Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Le dimanche 28 mai 2006, 19 h 30

Soirée de clôture des Dimanches du conte

Les Dimanches du conte sont animés par Jean-Marc Massie et présentées par les productions du Diable Vert

Conteur du mois
Le but de la soirée « Conteur du mois » est de permettre à un conteur talentueux et ayant déjà une bonne expérience de la scène de s’installer au Sergent un mois complet, lui permettant ainsi de toucher un plus vaste public. Chaque conteur du mois voit son visage immortalisé dans un moule de plâtre exposé en permanence sur la scène du Sergent, histoire d’alimenter la légende.

Donnant suite à l’incroyable succès remporté lors des deux dernières saisons par les « conteurs du mois », Simon Gauthier et Mathieu Lippé, les productions du Diable vert récidivent cette année en faisant du jeune et talentueux François Lavallée le « conteur du mois ». Durant tout le mois de mai, accompagné du multi-instrumentiste Normand Perron, a présenté en alternance « Menton poilu et tête cornue » et son tout nouveau spectacle « Contes du village qui marque le début du monde ».

À la fin mai, son visage sera immortalisé dans un moule de plâtre qui sera exposé en permanence sur la scène du Sergent, histoire d’alimenter la légende.

Contes du village qui marque le début du monde
Cette nouvelle création de François Lavallée est inspirée de l’univers de son livre «Le recycleur de talents» publié aux éditions Les voisins d’en face. Ici, la thématique principale est celle de la responsabilité, celle que nous avons envers nous-même et envers le monde qui nous entoure. Nos deux compères nous proposent un spectacle poétique jetant un regard ludique sur la vie. En fait, le conteur François Lavallée et le multi-instrumentiste Normand Perron se lancent dans un chantier d’histoires portées par un souffle personnel qui n’a comme prétention que le désir de sentir et de rechercher l’humanité.

François Lavallée
François Lavallée est auteur et conteur de métier depuis 1996. Il a cumulé une trentaine de tournées en France et en Belgique. Il a promené ses souliers qui courent vite chez les Inuits du Grand Nord québécois, les autochtones des volcans d’Équateur, en Acadie et aux quatre coins du Québec.
Il fait partie des membres fondateurs des célèbres soirées Les Dimanches du conte au Sergent recruteur à Montréal.

Depuis, il a entre autre eu l’honneur d’écrire et d’interpréter le récit des vingt-cinq années de vie politique de M. Bernard Landry, a reçu du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada deux bourses en recherche et création pour écrire un spectacle en partenariat avec la Maison nationale des patriotes sur les événements de 1837, a écrit le spectacle Comme un frisson dans le do en collaboration avec L’Arsenal à musique qu’il a raconté avec l’Orchestre symphonique de Québec au Grand théâtre et repris par le comédien Bernard Fortin et l’Orchestre symphonique de Montréal à la Place des arts, a créé en collaboration avec la Maison Saint-Gabriel et l’historien Jacques Lacoursière une trilogie sur l’épopée des filles du roy en amérique et a fondé avec ses voisins la maison d’édition Les voisins d’en face et publié Le recycleur de talents qui connait une très belle vie.

En décembre 2005, il a gagné la médaille d’or dans la discipline Contes et conteurs aux 5es Jeux de la francophonie à Niamey au Niger.

C’est au bord du feu dans les camps de vacances et dans des locaux trop petits pour accueillir la marmaille en service de garde qu’il a été nommé conteur par les enfants. Depuis, il parcours les écoles, bibliothèques, festivals de contes et d’oralité, immeubles désafectés de la banlieue parisienne, petites îles de Bretagne, musées et grands théâtres pour raconter, rencontrer et écouter les bruits et silences de l’humanité.

C’est un homme de paroles et d’idées, un forgeron de menteries, un rêveur de réalités, un bricoleur d’images, un sculpteur de langues de bois, un « ramancheur » de vieilles légendes, un semeur de doutes, un bâtisseur de rêves qui dit comme il respire…

Normand Perron
Face au St-Laurent ou sur d’autres continents, l’auteur-compositeur-interprète puise ses influences musicales dans les sons d’ici et d’ailleurs. Il a déjà produit 4 albums : «Perron» (1983), «Méli-mélo» (1992), «Dérive» (1999) et «Balbuzard» (2002) en plus d’écrire la musique du film «David chez les Coréens» (Simoneau, 1989) et la musique du conte «La valse des clochers» (Lavallée, 2004). Il a de plus effectué plusieurs spectacles au Québec et en Europe (France, Belgique,Turquie, etc.) et représenté le Québec pour la semaine de la Francophonie à Boston, Lewinston et Roxbury au Étas-unis (2004). Récemment, il a représenté le Canada en duo avec Liette Lomez en France dans le cadre d’une tournée passant notamment par Aix-en-Provence et Marseille (mars 2005). Depuis 1997, il fait partie du projet du Ministère de l’Education »Les artistes a l’école » en tant qu’auteur-compositeur. En résumé, c’est un instrumentiste accompli qui peut aussi bien jouer les guitares 6 et 12 cordes que le banjo, la mandoline ou l’harmonica.

Ce que les médias en ont dit
«François Lavallée a les pieds dans ses racines et le nez au vent de la modernité. Quand François Lavallée dit au public qu’il va le quitter, les yeux éblouis s’attristent, les sourires qui débordent des oreilles disparaissent. Parce qu’un conteur comme celui-là, on ne voudrait pas qu’il s’en aille. C’est vrai: « Les gens ne meurent que quand les conteurs ne les racontent plus.» Et François Lavallée sait si bien les faire vivre…»
Ouest France, Décembre 2001

«Conteur, expert en menteries, ébéniste, constructeur d’armoires, jeune père de famille, chevelu, barbu, rustique et délicat… Sur scène, il est endiablé. Dans sa maison de bois, presque timide… Il est jeune. Il balance. il s’inquiète. il questionne à voix haute avec toujours, dans le regard, la malicieuse pureté d’un lutin que viendrait à peine corriger une sorte de lourdeur paysanne. Le chevalier cuivré a trouvé son poète.»
Daniel Conrod, Télérama (France), 7 août 2002

«Savamment travaillés, les mots déboulent dans la bouche du conteur comme de la poésie… L’humour est au rendez-vous, tout comme la truculence. Du véritable bonbon.»
Roger Lafrance, L’oeil, Juillet 2002

«Il y a une telle poésie dans ce livre-là et c’est vrai que ce n’est pas seulement pour les enfants. Il y a un message qui dit justement : trouve ton talent dans la vie et laisse le talent de l’autre exister également. Les notes de l’auteur dans la marge sont extraordinaires ! […] Bref, j’espère qu’on vous a donné le goût de mettre le nez dedans !»
France Beaudoin, Deux filles le matin (TVA), 2004

«Many adults collect children’s picture books for the pure delight of a simple story well told, for the whimsically poetic language of the genre or for the often stuning artwork. For them, Le recycleur de talents is a rare find. The book is a coffee-table treasure.»
Michelle Lalonde, The Gazette, 4 septembre 2004

Les meilleurs moments des Dimanches du conte sont radiodiffusés sur les ondes de CIBL 101,5 FM à l’émission « Aux portes du conte », chaque mercredi à 19 h.

Les Dimanches du conte sont animés par Jean-Marc Massie et présentés par les productions du Diable Vert

Au Sergent Recruteur
(4801 rue St-Laurent
Tél : 514. 287 1412

Resto-bar non-fumeur, le Sergent recruteur offre une impressionnante variété de bières et de pizzas maison.

10$ contribution volontaire suggérée