Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 30 mars, 1er, 2 et 4 avril à 20 h

L’Atelier Lyrique de l’Opéra de Montréal
présente une nouvelle version
de ce chef d’œuvre de Mozart

COSÌ FAN TUTTE
en collaboration avec
l’École nationale de théâtre du Canada
et le Monument-National

AINSI FONT TOUTES LES FEMMES !
D’emblée, l’énoncé en dit long ! Et l’on peut affirmer que Wolfgang Amadeus Mozart aimait les femmes, et qu’il les connaissait bien ! Mais en dehors de son penchant pour la gent féminine, l’histoire dit plutôt que COSÌ FAN TUTTE est la troisième collaboration de Mozart avec le librettiste Lorenzo da Ponte, après Les Noces de Figaro et Don Giovanni. Cet opéra bouffe est-il au fond une comédie dramatique ou simplement une bonne farce? C’est en tout cas une fusion audacieuse du comique et du grave, une pièce pleine de fantaisie et de cruauté, de finesse et de dérision, d’humour et de volupté. C’est aussi l’occasion de découvrir les chanteurs et stagiaires de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal qui, en collaboration avec l’École nationale de théâtre du Canada et le Monument-National présentent une nouvelle production de ce chef-d’oeuvre de Mozart.

Afin d’illuminer toutes les passions incandescentes des rapports humains de Cosi fan Tutte, les chanteurs de l’Atelier lyrique déploient leurs talents, en collaboration avec les finissants de l’École nationale de théâtre du Canada; le chef Paul Nadler dirige l’Orchestre de la francophonie canadienne, dans une mise en scène de François Racine.

Conjuguer la fidélité… conjugale !

Une fois de plus, Mozart étonne et émeut avec cette histoire de fidélité conjugale vieille comme le monde. Ici, le déguisement – procédé théâtral éprouvé – sert le pari et devient l’accessoire d’un jeu de bascule des plans scéniques très habile et inventif. Mais l’art et le métier du grand Wolfgang ne se situe-t-il pas justement dans l’aisance avec laquelle il exploite les nombreux revirements de l’action du livret en y insufflant une grande souplesse du langage, une virtuosité dans les styles et la science exceptionnelle d’agencer les timbres et les voix ? Il y a dans Così fan tutte une synthèse des genres, des formes et du génie musical de Mozart. On y trouve des éléments galants, l’art du récitatif, le comique, le tragique… Et au fil de toutes ces perles au collier d’une partition riche et subtile, le vif plaisir se mêle à un certain désenchantement comme si l’on était invité à rire pour ne pas pleurer.

Créé sous les applaudissements nourris en 1790, sous la direction de Mozart lui-même, Così fan tutte ne connut pas l’essor qu’il aurait mérité : cette même année, la mort de l’empereur d’Autriche Joseph II entraîna la fermeture des théâtres pour cause de deuil et, lorsque les salles rouvrirent, Così fan tutte était presque totalement oublié. L’opéra sera repris ensuite dans les théâtres allemands et connaîtra un accueil très favorable. En raison de la prétendue immoralité du sujet, l’oeuvre fut moins populaire au XIXe siècle, mais le XXe la verra réapparaître au répertoire, et de grands interprètes immortalisèrent les plus grands airs. On n’a qu’à penser à la légendaire version EMI de 1954 (dirigée par Karajan) avec Elisabeth Schwarzkopf en Fiordiligi et Léopold Simonneau en Ferrando… pour n’en nommer qu’une.

COSÌ FAN TUTTE
de Wolfgang Amadeus Mozart

A R G U M E N T

Ferrando et Guglielmo sont fiancés à deux soeurs, Dorabella et Fiordiligi. Alfonso, un vieux philosophe cynique, les met au défi de prouver la fidélité de leurs belles. Les deux jeunes hommes acceptent le pari. Ils font mine de partir à la guerre et reviennent déguisés en beaux étrangers. Méconnaissables, ils se lancent à la conquête des amoureuses éplorées. Mais leur plan dérape : chacun se retrouve à courtiser la fiancée de l’autre… Les couples d’origine sortiront-ils indemnes de ce jeu de l’amour et de la cruauté?

Opéra : Così fan Tutte de Wolfgang Amadeus Mozart
Genre : Opéra bouffe
Structure : En deux actes
Langue : En italien avec surtitres français et anglais
Livret : Lorenzo da Ponte
Création : Vienne, Burgtheater, le 26 janvier 1790, sous la direction de Mozart
Production : nouvelle production en collaboration avec l’École nationale de théâtre du Canada et le Monument-National.

DISTRIBUTION

Fiordiligi Caroline Bleau, soprano (28, 1, 4)
Lara Ciekiewicz, soprano (30, 2)
Dorabella Mireille Lebel, mezzo (28, 1, 4)
Catherine Daniel, mezzo (30, 2)
Guglielmo Pierre-Étienne Bergeron, baryton (28, 1, 4)
Roy Del Valle, baryton-basse (30, 2)
Ferrando David Menzies1, ténor (28, 1, 4)
Ryan Harper, ténor (30, 2)
Despina Marianne Lambert, soprano (28, 1, 4)
Emmanuelle Coutu, soprano (30, 2)
Don Alfonso Stephen Hegedus, baryton-basse (28, 1, 4)
Sébastien Ouellet1, baryton (30, 2)

Chef :Paul Nadler1
Metteur en scène : François Racine1
Concepteur des décors : Perrine Biette2
Concepteur des costumes : Marianne Thériault2
Concepteur des éclairages : Stéphane Hort2
Pianiste-répétiteur : Jérémie Pelletier
Orchestre de la francophonie canadienne
Continuo : Jérémie Pelletier

1 artistes invités
2 École nationale de théâtre du Canada

Ce que j’en ai pensé

Cosi fan Tutte est un opéra-bouffe, où l’on traite de la fidélité avec beaucoup d’humour. La musique de Mozart, toujours légère, se fait coquine tout au long du spectacle. L’Orchestre de la francophonie canadienne, dirigé par Paul Nadler, faisait honneur au compositeur. Vous n’y entendrez pas de grands airs comme dans les opéras modernes, mais des duos très harmonieux et quelques beaux solos. Tous les interprètes chantaient bien mais ils ont semblé beaucoup plus à l’aise au deuxième acte. J’ai particulièrement aimé la voix et le jeu de Stephen Hegedus en Don Alfonso. Les surtitres français et anglais nous facilitent toujours la compréhension de l’intrigue.
Cosi fan Tutte à entendre avec grand plaisir.

1/2

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Salle Ludger-Duvernay
Monument National
1182, boul. Saint-Laurent

PROCHAINE PRODUCTION à l’Opéra de Montréal

AIMER À LA FOLIE
LUCIA DI LAMMERMOOR
de Gaetano Donizetti
Salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts
23 • 27 • 30 mai • 1 • 4 juin 2009 à 20 h

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 0809
Pour ne rien perdre de l’intrigue, tous les opéras sont présentés en langue originale, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.

SALLE WILFRID-PELLETIER DE LA PLACE DES ARTS
DONIZETTI – Lucia di Lammermoor | 23, 27, 30 mai, 1, 4 juin 2009 à 20 h

BILLETS À LA PIÈCE à partir de 46 $.

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou
www.laplacedesarts.com

Pour avoir des renseignements sur les productions, les événements spéciaux et les programmes éducatifs, les formules d’abonnement, le prix des billets simples et de groupe, les forfaits PRIMA et corporatifs.

www.operademontreal.com