Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Disparu.e.s
(August : Osage County)
23 octobre au 23 novembre 2019

Texte Tracy Letts
adaptation et mise en scène René Richard Cyr
traduction Frédéric Blanchette

interprétation Sophie Cadieux, Chantal Baril, Yves Bélanger, Alice Dorval, Hugo Dubé,
Antoine Durand, Renaud Lacelle-Bourdon, Robert Lalonde, Roger Léger, Christiane Pasquier, Kathia Rock, Évelyne Rompré, Marie-Hélène Thibault,
conception
décor Jean Bard / costumes : Cynthia St-Gelais / éclairages : Alexandre Pilon-Guay /
musique Alain Dauphinais/ accessoires  Normand Blais
assistance mise en scène Marie-Hélène Dufort

Beverly Weston, poète jadis célèbre, disparaît mystérieusement. D’urgence, ses trois filles se réunissent dans la maison de leur enfance, au milieu des plaines suffocantes de l’Oklahoma. Souffrant d’un cancer et d’une dépendance aux médicaments, leur mère Violet fera de ces retrouvailles familiales un champ miné de confrontations aussi savoureuses qu’implacables. Reproches cinglants et ripostes décapantes, les secrets étouffés volent en éclats, les rancoeurs tenaces refont surface. En ce mois d’août, dans le canton d’Osage, personne n’est épargné. Et si, au bout du compte, ce violent orage d’été se révélait salutaire…

Avec humour, vivacité et intelligence, Disparu.e.s oscille sans cesse entre comédie noire et mélodrame. Véritable escalade de tensions culminant lors d’un infernal dîner qui frise l’hystérie, cette pièce de Tracy Letts propose treize partitions truculentes, absolument réjouissantes. Autant de personnages denses, à la fois cruels et attendrissants, qui composent cette étonnante fresque familiale. Et au-delà de cette plongée dans les malheurs et les obsessions du clan dysfonctionnel des Weston, cette histoire évoque plus largement une Amérique ébranlée, en perte de repères.

Considérée par plusieurs comme l’une des pièces américaines les plus marquantes des vingt dernières années, Disparu.e.s valait à son auteur un prix Pulitzer en 2008 et cinq Tony Awards, dont celui du meilleur texte.

TRACY LETTS, auteur
Tracy Letts est auteur dramatique, scénariste et acteur américain. Il est né à Tulsa, en
Oklahoma. Son père était un professeur d’anglais et sa mère une romancière à succès.
Son oeuvre la plus célèbre est certainement August : Osage County, présentée sous le titre Disparu.e.s cette saison chez DUCEPPE, inspirée d’un chapitre sombre de sa propre histoire familiale et sacrée meilleure pièce aux New York Drama Critics’ Circle Awards, les Tony Awards, les Drama Desk Awards, elle récoltait de plus le prix Pulitzer en 2008. Elle fut créée au Steppenwolf Theatre à Chicago, avant de déménager sur Broadway en décembre 2007pour y tenir l’affiche jusqu’en juin 2009, après 648 représentations et 18 avant-premières. À Chicago comme à New York, Dennis Letts, le père du dramaturge, était de la distribution.

Devenu acteur après sa carrière dans l’enseignement, il incarnait avec un succès
indiscutable le patriarche Beverly Weston. Parmi les autres pièces de Tracy Letts, mentionnons Linda Vista, Mary Page Marlowe, The Scavenger’s Daughter, Superior Donuts, Man from Nebraska (finaliste prix Pulitzer), Bug, Killer Joe et The Minutes (finaliste prix Pulitzer). En plus de ses écrits pour la scène, il a signé les scénarios des
adaptations cinématographiques de Bug (2006) et Killer Joe (2011), tous deux dirigés par William Friedkin, et d’August : Osage County (2013), mettant en vedette les stars Meryl Streep et Julia Roberts. L’année 2019 marquera la sortie du film
The Woman in the Window, une adaptation de Letts du best-seller d’A. J. Finn.
Tracy Letts est également acteur. Couronné du Tony Award 2013 du meilleur acteur pour sa performance sur scène dans Qui a peur de Virginia Woolf ?, on l’a aussi vu au cinéma et à la télévision, notamment dans le rôle du sénateur Lockhart lors de deux saisons de la série Homeland. Récemment, il a joué dans trois films acclamés par la critique : The Lovers, Lady Bird et The Post.

RENÉ RICHARD CYR, metteur en scène
Metteur en scène, comédien, auteur, réalisateur et animateur, René Richard Cyr est un
homme de théâtre complet, un homme de spectacle passionné. Il a de nombreuses fois
conquis les spectateurs de DUCEPPE avec ses mises en scène inspirées. Pensons
notamment à Soudain l’été dernier de Tennessee Williams, À toi, pour toujours, ta Marie-Lou et Le vrai monde ? de Michel Tremblay, 24 poses (portraits), Les bonbons qui sauvent la vie, Là et Excuse-moi de Serge Boucher, Amadeus de Peter Shaffer et, finalement, Minuit Chrétien de Tilly en 2011. Il est enfin de retour cette saison avec l’adaptation du texte et la direction de l’impressionnante distribution de Disparu.e.s de Tracy Letts.

René Richard Cyr est derrière de nombreuses autres productions théâtrales marquantes, dirigeant des oeuvres d’ici et d’ailleurs, de Molière à Brecht, de Michel Marc Bouchard à René Daniel Dubois. Il a également assuré la direction artistique de divers spectacles musicaux, notamment de Diane Dufresne et Céline Dion. Il a créé, avec Dominic Champagne, Zumanity, le cabaret érotique du Cirque du Soleil présenté à Las Vegas depuis 2003, en plus de signer la mise en scène de quelques grands opéras, parmi lesquels Don Giovanni de Mozart et Macbeth de Verdi produit à Montréal, Melbourne et au prestigieux Opéra de Sydney. En 2010, il concevait l’adaptation et la mise en scène de Belles-Soeurs, le théâtre musical et, en 2013, Le Chant de Sainte Carmen de la Main était créé.

Récemment, il a dirigé au TNM Caligula et Demain matin, Montréal m’attend — qui lui valait pour la cinquième fois le Félix du metteur en scène de l’année décerné par l’ADISQ — ainsi que les nouveaux spectacles de Luc Langevin et Fred Pellerin avec l’OSM, Les jours de la semelle. René Richard Cyr fut directeur artistique et codirecteur général du Théâtre d’Aujourd’hui de 1998 à 2004. Il a également assuré la codirection artistique du Théâtre PÀP de 1981 à 1998.

FRÉDÉRIC BLANCHETTE, traducteur
Auteur, acteur, traducteur et metteur en scène, Frédéric Blanchette occupe une place
importante dans le paysage théâtral québécois. Chez DUCEPPE, en plus de signer la mise en scène de l’audacieuse pièce Consentement en décembre dernier, il a monté avec succès Quand la pluie s’arrêtera, L’espérance de vie des éoliennes et À présent. Comédien, on l’a aussi applaudi sur les planches du Théâtre Jean-Duceppe dans Sunderland, Août – Un repas à la campagne et Le Terrier.

Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 1998, Frédéric Blanchette fait sa marque dans chacun des domaines artistiques qu’il touche. Il a d’ailleurs récolté plusieurs nominations au gala des Masques, étant notamment en lice en 2004 pour la révélation et la mise en scène de l’année pour Cheech ou les hommes de Chrysler sont en ville de François Létourneau. Trois ans plus tard, il reçoit le convoité Masque du meilleur texte original pour sa pièce Le Périmètre.

Parmi ses nombreuses mises en scène, mentionnons L’ancien quartier de David Mamet,
Appelez-moi Stéphane de Claude Meunier et Louis Saia, Les Grandes Occasions de
Bernard Slade, Le paradis à la fin de vos jours de Michel Tremblay, L’obsession de la beauté de Neil LaBute, Enfantillages de François Archambault, Being at home with Claude de René-Daniel Dubois et Tribus de Nina Raine. Tout récemment, il montait Dans le champ amoureux de Catherine Chabot et Amour et information de Caryl Churchill. Il signe aussi la mise en scène de Trahison d’Harold Pinter présentée au printemps 2018 au Rideau Vert.

Comédien, Frédéric Blanchette est apprécié autant au théâtre (Ennemi public, Les Trois Mousquetaires, Raphaël à Ti-Jean, Hamlet, etc.) qu’à la télévision (Béliveau, Boomerang, 19-2, Toute la vérité, etc.). Il jouait également dans la série
Tu m’aimes-tu ?, dont il est idéateur et coscénariste. Au cinéma, il était de la distribution des films Horloge biologique, Louis Cyr et Autrui.

Au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts

Accueil

ou billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou http://www.laplacedesarts.com