Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Du 16 janvier au 10 février 2007
Du mardi au vendredi à 20 h
Les samedis à 15 h et 20 h

DON JUAN de MOLIÈRE,
MISE EN SCÈNE de LORRAINE PINTAL

EN COLLABORATION AVEC LE FESTIVAL DE STRATFORD

«SI LE CIEL ME DONNE UN AVIS, IL FAUT QU’IL PARLE UN PEU PLUS CLAIREMENT, S’IL VEUT QUE JE L’ENTENDE.»

DON JUAN AU TNM : TOUTE UNE HISTOIRE!

Il y a de ces pièces qu’il faut voir et revoir. Inépuisables, elles touchent à chaque fois notre sensibilité avec une énigmatique fraîcheur. Don Juan en fait partie. Tous les directeurs artistiques du TNM ont, un jour ou l’autre, été confrontés au chef-d’oeuvre de Molière. Héritière de cette tradition de maîtres, Lorraine Pintal se evait de faire renaître et revivre à son tour cette grande pièce sur la transgression qu’est Don Juan. Qui plus est, reprenant le flambeau de Jean Gascon, elle entame à son tour un dialogue avec le prestigieux Festival de Stratford, où sa mise en scène de Don Juan fut créée l’été dernier dans la langue de Shakespeare. Aujourd’hui, le spectacle arrive à Montréal, porté par les critiques acclamant le génie comique de Benoît Brière, qui reprend donc le rôle de Sganarelle qu’il jouait déjà en anglais l’été dernier.

Mais en revenant à sa langue maternelle, Sganarelle accompagnera un nouveau Don Juan dans sa quête éperdue : James Hyndman, qui succède à Colm Feore, effectue ainsi un grand retour au TNM avec l’un des rôles les plus exigeants et
les plus complexes de tout le répertoire français.

LES MÉTAMORPHOSES D’UN MYTHE

Chacun connaît Don Juan et pourtant, chaque nouvelle représentation de la pièce continue de fasciner. Molière y tisse une intrigue mêlant tragique et comique, qui, trois siècles et demi après sa création, nous questionne encore avec une pertinence inégalée sur les valeurs de la société, sur l’argent et l’honneur, sur la religion, l’amour et la mort. Au gré de ses multiples réincarnations, Don Juan, cet enfant roi à qui nul n’a jamais posé de limites, cet homme à l’appétit démesuré et à l’orgueil monstrueux est resté une énigme : séducteur impénitent, jouisseur sensuel, funambule ou mécréant, sa grâce n’est pas de ce monde et son commerce avec les femmes demeure lié à un dialogue intime avec l’absolu. Don Juan n’est pas que le jouisseur et le séducteur sans scrupules que le 17e siècle catholique jette en enfer, il est le profanateur du sacré, l’offenseur de Dieu. En effet, Don Juan n’est pas Casanova. Plaisirs terrestres et feux célestes, élans de la chair et châtiments du ciel, la figure de Don Juan mêle le physique et le métaphysique, le corps et l’esprit. Ce héros mythique ne suit pas seulement la voie de ses désirs interdits, mais cherche sa damnation comme une joie, à corps et âme perdus. Le Don Juan de Molière ne croit ni en Dieu ni au Diable. Il se refuse à respecter les règles ancestrales de la famille, de la parenté, de l’Église et de tous les commandeurs. Il transgresse les interdits et regarde la mort en face. Il défie la Loi sous toutes ses formes et s’impose comme un héros de la raison, comme l’infatigable interlocuteur d’un Dieu apparemment silencieux.

HYNDMAN ET BRIÈRE : DEUX PRÉSENCES MAJUSCULES

Douze ans après Le Temps et la chambre de Botho Strauss, James Hyndman et Benoît Brière se retrouvent sur la scène du TNM pour incarner un maître et un valet aux visions du monde diamétralement opposées. Acteur qui sait réconcilier l’intellect et l’affect, homme féru de rencontres exigeantes et d’expérimentations scéniques, celui qui ensoleille nos lundis soirs dans la série Rumeurs suit depuis dix ans une trajectoire oblique qui l’a amené à s’associer au projet télévisuel le plus déjanté des dernières années, Le coeur a ses raisons,et l’a porté en même temps à la pointe des oeuvres chercheuses. Qu’on en juge seulement par le brelan de rôles joués sous la direction de Brigitte Haentjens :

Jean dans Mademoiselle Julie de Strindberg, Ventroux dans Mais n’te promène donc pas toute nue! de Feydeau et, bien sûr, la voix unique et anonyme de La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès. Aujourd’hui il est Don Juan,
autre personnage absolument seul qui va au bout de son désir et de sa fièvre, jusqu’à l’immolation. Comique décalé et inventif, acteur au potentiel infiniment complexe et que l’on ne saurait ramener à sa seule capacité de faire rire –
Hosanna nous l’a démontré de manière éclatante la saison dernière –, Benoît Brière est devenu au fil des années un véritable pensionnaire du TNM : La Locandiera, La Mégère apprivoisée, Le Misanthrope, Le Barbier de Séville,
L’Hôtel du libre-échange. Il revient maintenant dans la maison de Molière incarner Sganarelle, rôle dans lequel il brillait déjà à l’automne 2000, sous la direction
de Martine Beaulne.

DE LA FARCE AU SUBLIME

Jamais a-t-on eu droit dans le passé à projet théâtral plus singulier : une même mise en scène, présentée dans deux des théâtres les plus prestigieux du pays, en anglais puis en français. James Hyndman et Benoît Brière, ces deux présences majuscules, seront accompagnés sur scène par une solide troupe de comédiens venus de Stratford et de Montréal, en tête de laquelle figure Jean-Louis Roux, qui reprend ici le rôle de Don Louis qu’il endossait déjà en 1979 lorsqu’il montait lui-même Don Juan au TNM. Et tous seront soutenus dans leur dialogue avec le mythe de Don Juan par une équipe de concepteurs que Lorraine Pintal retrouve avec plaisir. Tous réunis dans un Molière en dialogue avec Dieu et qui pourtant flirte avec le théâtre de foire et de tréteaux, dans une oeuvre où jamais le sublime n’exclut la jonglerie.

«L’HYPOCRISIE EST UN VICE À LA MODE, ET TOUS LES VICES À LA MODE PASSENT POUR DES VERTUS.»

Avec JAMES HYNDMAN / BENOÎT BRIÈRE / JEAN-FRANÇOIS BLANCHARD / PAUL ESSIEMBRE / ÉVELINE GÉLINAS / NOÉMIE GODINVIGNEAU / FRÉDÉRIC-ANTOINE GUIMOND / SARA HANLEY / CLAUDE LAROCHE / JEAN-MICHEL LE GAL / MAGALIE LÉPINE-BLONDEAU / GARETH POTTER / JEAN-LOUIS ROUX / NICOLAS VAN BUREK

Assistance à la mise en scène et régie BETHZAÏDA THOMAS / Décor DANIÈLE LÉVESQUE /Costumes FRANÇOIS ST-AUBIN / Éclairages AXEL MORGENTHALER /Musique ROBERT NORMANDEAU / Chorégraphies des combats JOHN STEAD /Chorégraphie ESTELLE CLARETON / Conception des maquillages JACQUESLEE
PELLETIER / Coiffures et perruques GERALD ALTENBURG

AU THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE
84 rue Sainte-Catherine Ouest
métro Place des Arts

Réservations 514.866.8668 ou sur le site du TNM