Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Jusqu’au 2 octobre 2005

Rétrospective Edwin Holgate

Edwin Holgate est Montréalais d’adoption. Il a voyagé ou vécu en Jamaïque, en Ukraine et en Bretagne, de même que sur la côte du Pacifique, dans les Laurentides, sur la Côte-Nord, dans Charlevoix et en Gaspésie. Paul-Émile Borduas, qui a été son élève, lui a un jour acheté une aquarelle, incluse dans cette rétrospective qui rassemble un grand nombre de tableaux empruntés auprès de collectionneurs privés et n’ayant jamais été vus par le grand public.

Montréal a son Cézanne … Il a peint le curé de Natashquan. Holgate, c’est ni plus ni moins la peinture fusion entre Cézanne et le Groupe des Sept dont il a été invité à devenir le huitième membre en 1929. Premièrement, Cézanne dans ses choix de teintes et de thèmes, arbres vert sombre, portraits, présence d’objets incluant pots et nappes, leur disposition sur la toile.

En deuxième lieu, on retrouve chez lui l’influence du Groupe des Sept (particulièrement Alexander Young Jackson et Lawren Stewart Harris) en raison des paysages d’arrière-plan dans lesquels il place tout naturellement des nus féminins, dans leur réalité vivante et tranquille.

Dans certains tableaux de la saison froide, on commence également à pressentir Jean-Paul Lemieux. Edwin Holgate a par ailleurs peint des Baigneuses en 1930, Le curé de Natashquan en 1931, Herman Smith Johannsen dit Jackrabbit, La violoncelliste Yvette Lamontagne, et il a fait son auto-portrait.

Coup de coeur
Le premier coup d’oeil dans la troisième salle sur Nu dans un paysage est aussi beau que lorsqu’il y avait exactement là une toile de Cézanne dans le cadre d’un exposition précédente du Musée des beaux-arts de Montréal. Aussi, l’encadrement des Baigneuses, tous les cadres d’ailleurs sont intéressants pour leur variété. Le petit film touné en 1925-27 chez les Gitxsan, peuple autochtone de la côte du Pacifique ainsi que la lampe du salon de thé Jasper, utilisée à l’hôtel du Château Laurier en 1929. ET toute la salle Morin Heights où il faut, après avoir regardé les toiles une à une, se placer au milieu de la pièce et admirer l’ensemble en tournant sans se presser dans le sens des aiguilles d’une montre.

Au Musée des beaux-arts de Montréal
1380 rue Sherbrooke ouest
métro Peel, bus 24
Tél. 285-2000

Entrée : 12$ adulte; 6$ aîné/étudiant; 3$ enfant -12 ans; Gratuit pour enfant -2 ans