Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Du 15 janvier au 9 février 2008

Du mardi au vendredi à 20 h
Les samedis à 15 h et 20 h

Elizabeth, roi d’Angleterre

De Timothy Findley

Traduction René-Daniel Dubois

Mise en scène René Richard Cyr

Avec Yves Amyot / Éric Bruneau / Jean -François Casabone / René Richard Cyr / Éric Cabana / Benoît Dagenais / Marie -Thérèse Fortin / Geoffrey Gaquère / Roger La Rue / Agathe Lanctôt / Olivier Morin / Éric Paulhus / Adèle Reinhardt /
Assistance à la mise en scène et régie Lou Arteau / Décor et accessoires Pierre -Etiene Locas / Costumes François Barbeau / Éclairages Etiene Boucher / Musique Alain Dauphinais / Maquillages François Cyr / Perruques Rachel Tremblay

LE CHOC DES TITANS

René Richard Cyr effectue son retour sur la scène du TNM avec une pièce puissante sur les combats intérieurs qui nous agitent tous. Elizabeth, roi d’Angleterre est l’oeuvre d’un des plus grands écrivains canadiens anglais du 20e siècle, Timothy Findley, qui lui-même fut acteur avant que s’impose en lui le désir d’écrire.

Créée en 2000 pour le public de Stratford, la pièce renaît au TNM dans une traduction de René-Daniel Dubois, qui rend brillamment les collisions entre les divers niveaux de langue qui émaillent les échanges entre ces trois personnages plus grands que nature.

C’est l’histoire d’une reine qui tue la femme en elle afin d’assurer le pouvoir. C’est l’histoire d’un acteur, qui a joué tous les grands personnages féminins de Shakespeare et qui, face à la mort, se rend compte qu’il peut tout jouer, sauf sa propre vie. Et c’est l’histoire de Shakespeare lui-même, cet écrivain de génie qui sans cesse s’est inspiré des conflits que vivait la cour d’Angleterre et qui, une nuit, se retrouve face à sa souveraine. Une souveraine hautement fidèle à ses obligations, mais porteuse de blessures innommées, interprétée par cette reine de coeur qu’est Marie-Thérèse Fortin.

Entre l’histoire réelle et l’invention pure, Elizabeth, roi d’Angleterre, cette pièce à la fois grave et fantaisiste, fait de personnages historiques le sujet d’une
oeuvre digne de Shakespeare!

SE RÉCONCILIER AVEC SOI –MÊME

L’action se passe la nuit du 22 avril 1616, dans une grange de Stratford-upon-Avon. William Shakespeare vit ses derniers jours. Et il se souvient d’une autre nuit, celle du Mardi Gras de l’an de grâce 1601 où, à la veille de faire exécuter son amant le comte d’Essex, Elizabeth 1re lui demande, à lui et aux comédiens de sa troupe, de la distraire. C’est ainsi qu’après une représentation de Beaucoup de bruit pour rien, Elizabeth rencontre Ned, un acteur spécialisé dans les rôles de femmes et qui se meurt de la syphilis. Elle lui offre alors un marché. Entre Jean-François Casabonne dans le rôle de Shakespeare et Marie-Thérèse Fortin en reine vierge, René Richard Cyr, en plus de signer la mise en scène, incarne lui même le rôle de Ned Lowenscroft, cet acteur pour qui le grand Will écrivit tant de rôles marquants et qui semblait connaître les secrets de la féminité mieux que les femmes elles-mêmes. À ses yeux, la pièce parle du combat entre la femme amoureuse et la reine qui ne peut se permettre d’aimer, observe la lutte que se livrent un homme souvent figé dans des attitudes féminines et une femme qui s’est elle-même condamnée à agir en homme. Et à travers tous ces combats, la pièce de Findley perce le coeur de deux créatures blessées,
amenées à se réconcilier avec la mort et avec elles-mêmes.

« Écoutez-moi. Je vous offre un marché. Enseignez-moi à être une femme…
et je vous enseignerai à être un homme. »
— Elizabeth 1re

TIMOTHY FINDLEY, L’AIMABLE MISANTHROPE

Auteur de douze romans et de deux recueils de nouvelles, de pièces de théâtre, de scénarios pour le cinéma, la télévision et la radio, lauréat à deux reprises du prix du Gouverneur général du Canada, récipiendaire du City of Toronto Book Award, officier de l’Ordre du Canada, chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de France, traduit en quinze langues, Timothy Findley est né en 1930 à Toronto. Après avoir bourlingué de Londres à New York et de Berlin à Moscou, il y revient et entreprend, avec Le Dernier des fous, paru en 1967, le début d’une oeuvre romanesque qui compte parmi les plus puissantes qu’ait engendrées le Canada anglais. Amoureux de la France, Findley y acquiert une maison. Le 21 juin 2002, il meurt non loin de là, face à la mer. Cette pièce est née de son désir de trouver une réponse à une énigme qui l’a captivé durant des années : dans le théâtre élisabéthain, les femmes n’avaient pas la permission de monter sur les planches et les personnages féminins étaient plutôt défendus par de tout jeunes garçons. Mais alors, qui jouait Cléopâtre et Lady Macbeth ? Qui jouait les rôles féminins exigeant une maturité et une profondeur hors de portée pour d’aussi jeunes hommes ?

LE RETOUR DE RENÉ RICHARD CYR

Le nombre de mises en scène qu’a signées René Richard Cyr depuis 25 ans est impressionnant et couvre tous les recoins de la planète théâtre. Mais le codirecteur du Théâtre Petit à Petit du début des années 1980 à 1998, le directeur artistique du Théâtre d’Aujourd’hui de 1998 à 2004 a conservé une fidélité et une foi inébranlables en la création. Aussi, ce n’est pas un hasard s’il revient aujourd’hui au TNM avec l’oeuvre d’un grand auteur canadien anglais hélas méconnu au Québec, une oeuvre dans laquelle un certain William Shakespeare est en pleine création ! Il s’adjoint pour l’occasion le jeune scénographe Pierre-Etienne Locas, l’éclairagiste Etienne Boucher et lecompositeur Alain Dauphinais qui, en peu de temps, ont imposé leur marque
dans le paysage théâtral québécois. Elizabeth, roi d’Angleterre les inscrit aux côtés du grand maître du costume au Québec : François Barbeau. Pour René Richard Cyr, cet ausculteur des âmes et de la pénombre des sentiments,
collaborer avec des concepteurs de générations différentes lui permet de poursuivre le dialogue avec des artistes au talent immense et de rester attentif aux nouveaux langages de la scène, de contribuer à la naissance et à la reconnaissance de voix nouvelles.

Depuis Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay en 1987 jusqu’à Elizabeth, roi d’Angleterre, René Richard Cyr a signé de mémorables productions au TNM : L’École des femmes (1990) et Le Misanthrope (1998) de Molière, Le Malentendude Camus (1993), En pièces détachées de Tremblay (1994), Le Voyage du couronnement de Michel Marc Bouchard (1995), Le Barbier de Séville de Beaumarchais (1999) et Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams (2002).

AU THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE
84 rue Sainte-Catherine Ouest

Du 15 janvier au 9 février 2008
Du mardi au vendredi à 20 h
Les samedis à 15 h et 20 h

Réservations 514.866.8668 ou www.tnm.qc.ca


Elizabeth, roi d’Angleterre : Tournée, février / mars 2008

~ Sainte-Foy 28 février 2008 (salle Albert-Rousseau)
~ Chicoutimi 1er mars (Auditorium Dufour)
~ Sherbrooke 4 mars (Salle Maurice O’Bready)
~ Drummondville 6 mars (centre culturel)
~ Rimouski 8 mars (Salle Desjardins Telus)
~ Trois-Rivières 11 mars (Salle J.-Antonio-Thompson)
~ Gatineau 14 mars et 15 mars (Maison de la culture)
~ Laval 18 mars (Salle André-Mathieu)

Pour en savoir davantage www.tnm.qc.ca