Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Jusqu’au 26 mars 2016
avec supplémentaires les 29, 30 et 31 mars 2016

Crédit photo: Yves Renaud
EN ATTENDANT GODOT

de SAMUEL BECKETT

DISTRIBUTION

BENOÎT BRIÈRE (Estragon)
EMMANUEL SCHWARTZ (Lucky)
ALEXIS MARTIN (Vladimir)
MOUNIA ZAHZAM (Le garçon)
PIERRE LEBEAU (Pozzo)

ÉQUIPE DE CRÉATION

Assistance à la mise en scène et régie:
ELAINE NORMANDEAU
Décor: FRANÇOIS SÉGUIN
Costumes: RENÉE APRIL
Éclairages: DAVID FINN
Conception sonore: JESSE PETER ASH
Accessoires: CÉDRIC LORD
Conseiller en mouvement et techniques de combat:
JEAN-FRANÇOIS GAGNON
UN TEXTE CONTEMPORAIN
DEVENU UN GRAND CLASSIQUE

Au pied d’un arbre, Vladimir et Estragon attendent quelqu’un qui ne vient pas, dont on ne sait rien. Eux-mêmes, qui sont-ils ? Des vagabonds ? Des réfugiés ? Pour l’auteur, ce n’est pas important de le savoir. Survient Pozzo, autre personnage énigmatique : il tient en laisse Lucky, qui semble être sa victime ou son esclave. Ils repartent comme ils sont venus et l’attente recommence… En attendant Godot est une oeuvre sur la condition humaine, traitant de l’absurdité de l’existence face à un monde incompréhensible.

CRITIQUE

En fond de scène un rideau dans des teintes de gris laisse transparaître un soleil lumineux. Une dune se forme du sable qui coule d’une dune presque identique au plafond donnant l’impression d’un gigantesque sablier qui marque le temps. Sur la dune, un arbre sans feuilles. Deux vagabonds s’y arrêtent pour s’y reposer et surtout pour attendre Godot. Ils sont devenus amis en faisant route ensemble, bien qu’ils soient assez différents l’un de l’autre. L’un prévoit ce qui peut advenir, l’autre bon enfant, s’étonne de tout. Tout au long de la pièce on attendra avec eux ce Godot qui ne se viendra jamais. Il pourrait aussi bien représenter un passeur, un employeur ou le Messie, eux seuls le savent.

Les deux amis, ce sont Estragon amicalement appelé Gogo par son ami Valdimir ou plutôt Didi. Benoît Brière et Alexis Martin sont merveilleux d’ingénuité et de complicité dans leurs interprétations. S’amènent sur leur dune un vilain bourgeois qui traîne son serviteur en laisse. Pierre Lebeau incarne à merveille la brute sans remords. Le serviteur tremble constamment mais se plie quand même à toutes ses volontés. Rôle difficile à jouer mais superbement rendu par Emmanuel Schwartz. Le soleil se couche derrière le rideau gris et fait place à la lune et un jeune garçon vient avertir les deux amis que Godot ne viendra pas. Ils l’attendront encore.

Dans le deuxième acte, les mêmes évènements se reproduisent, à quelques différences près, bien sûr puisque le temps a passé, nous laissant une drôle d’impression de déjà vu. La mise en scène est parfaitement réussie et elle soutient parfaitement le texte et l’ambigüité des personnages.

Le rideau tombé, on ne peut que faire le parallèle avec la vie de tout un chacun. On attend toujours quelque chose, comme Gogo et Didi.

½

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

EN ATTENDANT GODOT
JUSQU’AU 26 MARS 2016
SUPPLÉMENTAIRES:
LES 29 + 30 + 31 MARS
Mardi 19h30
Mercredi au vendredi 20h
Samedi 15h et 20h

AU THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE
84 rue Sainte-Catherine Ouest

Réservations 514.866.8668 ou www.tnm.qc.ca