Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Combien de souvenirs se rappellent à nous par une odeur. Vous marchez dans une rue et tout à coup une odeur bien particulière vous taquine les narines. Une odeur que vous vous ne remarquez même pas et vous êtes ailleurs, catapulté des années en arrière dans le souvenir.

Je ne sais combien de fois j’ai pensé « J’ai déjà vécu ça! » et c’était toujours un odeur qui me ramenait en arrière.

Nous ne sommes jamais plus animal que lorsque nous sentons quelque chose. Les jeunes animaux reconnaissent leur mère à son odeur, ils reconnaissent même la tétine qu’ils préfèrent.

Les animaux se sentent pour se reconnaître et nous, humains, que faisons-nous? Nous utilisons le savon à outrance et nous aspergeons ensuite de parfums parfois si violents qu’ils en en deviennent outranciers pour tous ceux qui nous croisent.

Fermez les yeux et rappelez-vous l’odeur de la peau d’un bébé, l’odeur du café frais moulu, du basilic fraîchement cueilli, de l’herbe fraîchement coupée. L’évocation de ces souvenirs ne sont-ils pas suffisants pour vous faire sentir un moment de plaisir.

Les animaux mâles reconnaissent la femelle en rut à son odeur. Et vous, avez-vous déjà pensé que votre propre odeur pouvait être sensuelle?

Si vous pensez avoir perdu votre charme, délaissez votre parfum, il y aura peut-être un changement dans votre vie.