Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Du 16 mai au 15 octobre 2006

Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire de Montréal
présente, en exclusivité, l’exposition internationale Japon

Pointe-à-Callière aura l’immense privilège d’accueillir en ses murs des collections d’artefacts exceptionnels dans le cadre de l’exposition Japon. Grâce à un partenariat privilégié avec le Musée national de Tokyo, les visiteurs auront la chance de voir des pièces magnifiques parmi les plus importantes du patrimoine ancien du Japon. Ces collections n’ont jamais été prêtées à aucun autre musée étranger et retourneront au Japon après leur séjour à Pointe-à-Callière.
« Le Musée national de Tokyo, au premier chef, et dix autres institutions japonaises, ont bien voulu appuyer notre rêve. Mieux, ils l’ont fait avec une immense générosité en nous prêtant, parmi une centaine d’artefacts ayant précédé la naissance d’un État nippon, un Trésor national et dix-huit Biens culturels importants. Fines pointes d’obsidienne, vases d’argile dont certains des plus anciens de l’humanité, intrigantes statuettes dogu, impressionnantes cloches de bronze, animaux et personnages de terre cuite ou haniwa de l’époque des grandes sépultures impériales… Ces collections riches de sens révèleront aux visiteurs la grande créativité des premières cultures de ce territoire et l’esthétique déjà spécifiquement japonaise », de dire Francine Lelièvre, directrice générale de Pointe-à-Callière.

Cette exposition unique sur le Japon ancien sera un événement culturel majeur pour Montréal et le Canada. Le Japon préhistorique apparaît comme une halte aussi fascinante qu’indispensable. Car si la culture japonaise imprègne aujourd’hui de mille façons le quotidien de Montréal et de l’Amérique du Nord tout entière, que connaissons-nous du passé très lointain de cet archipel extrême-oriental? D’ailleurs un important programme d’activités culturelles est en préparation, dont un partenariat avec le Consulat général du Japon à Montréal, organisateur de l’événement Mai, mois du Japon.

Une traversée de plus de 37 000 ans d’histoire

C’est à un voyage à travers quatre périodes de la préhistoire japonaise auquel les visiteurs sont conviés : le pré-Jomon, le Jomon, le Yayoi et le Kofun. Il s’agira d’une traversée de plus de 37 000 ans d’histoire évoquant les débuts du peuplement de l’archipel jusqu’à la naissance du premier État unifié.

Les pièces présentées à Montréal : de véritables merveilles
Pointe-à-Callière a la chance de présenter une exposition d’une très grande richesse sur le plan du patrimoine culturel mondial. Les objets en montre sauront provoquer l’admiration par leur réalisation raffinée et leur perfectionnement technique. Les visiteurs se verront également touchés et intrigués à la fois par ces objets chargés d’expression.

La sélection exceptionnelle d’artefacts provenant des collections du Musée national de Tokyo et d’autres prêteurs partenaires comprendront notamment des outils taillés dans l’obsidienne, une roche volcanique tranchante comme du verre datant de la période pré-Jomon (30 000 à 10 000 avant notre ère). Les visiteurs découvriront un Japon qui n’est pas encore archipel et apprendront comment les éruptions passées aident aujourd’hui les archéologues à retracer le peuplement initial.

Âge de la poterie mais pas encore celui de l’agriculture, la période Jomon (10 000 à 300 avant notre ère) dévoile des trésors en terre cuite qui révèlent l’extraordinaire imaginaire des chasseurs-cueilleurs du temps. Ces populations ont produit des poteries considérées à ce jour comme étant les plus anciennes au monde. L’un des vases Jomon les plus spectaculaires est couronné de hautes saillies tourmentées, à l’allure de flammes. On le considère comme un véritable chef-d’œuvre de la poterie, un aboutissement de siècles d’évolution et de maîtrise artistique, quelque 3 000 ans avant notre ère! C’est aussi l’époque des statuettes en terre cuite, appelées dogu. Ces énigmatiques statuettes confirment l’extraordinaire créativité et le sens artistique des Jomon.
Le passage à la période Yayoi (300 avant notre ère à 300 de notre ère) est marqué par la triple introduction de la riziculture, du bronze et du fer par des immigrants de la péninsule coréenne et entraîne des transformations profondes. En témoignent des armes guerrières devenues cérémonielles, et d’impressionnantes cloches de bronze ou dotaku, qui initieront au quotidien et aux rituels des peuples des rizières. Cette période se caractérise également par ces poteries lisses et simples tout en contraste avec l’époque précédente.
Finalement, c’est l’âge des grandes sépultures avec la culture Kofun (du 4e au 7e siècle), ces tumuli imposants, dont les plus connus en forme de trou de serrure, sur lesquels de hautes statuettes en terre cuite étaient déposées pour veiller au sommeil éternel de l’empereur ou de personnages importants.
Ces statuettes d’argile ou haniwa, par leur diversité — maisons, bateaux, armes, personnages, animaux, — illustrent la société et les croyances du temps, souvent avec une extraordinaire expressivité. Comment résister au sourire de ce fermier qui nous salue, sa houe sur l’épaule?; à ce chien chasseur à l’affût? Comment ne pas s’émerveiller devant la finesse de ce guerrier en armure de plus d’un mètre trente de haut, Trésor national du Japon?

Vers la fin du Kofun surviennent plusieurs événements majeurs, comme l’introduction de l’écriture et du bouddhisme. Un premier gouvernement central adopte des lois et introduit des institutions empruntées à la Chine, comme l’utilisation des caractères chinois. Le premier état japonais est né.

L’exposition s’achèvera ainsi à l’aube d’une nouvelle ère, le Japon de la période historique — ce que viendra souligner un vase du 7e siècle, et une évocation photographique de l’entrée du Musée national de Tokyo, aujourd’hui le gardien de ces trésors exceptionnels.

Pointe-à-Callière offre une occasion unique aux visiteurs en Amérique du Nord : voir des pièces magnifiques, témoins des ancêtres des Japonais d’aujourd’hui. L’exposition Japon est présentée du 16 mai au 15 octobre 2006.

Pointe-à-Callière,
musée d’archéologie et d’histoire de Montréal
350, place Royale
Vieux-Montréal
Tél. (514) 872-9150

Visitez le site du Musée
pour avoir un aperçu des trésors que vous y verrez.

Le Musée est subventionné par la Ville de Montréal.