Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Du 8 juin au 2 août 2006

Le Festival Mozart Plus débute aujourd’hui. Les concerts seront suivis de récitals intimes

Le Festival Mozart Plus de l’Orchestre symphonique de Montréal, présenté depuis plus de 25 ans, offre une série de 6 concerts les 28 juin, 5, 12, 19 et 26 juillet ainsi que le 2 août à 19h30 à la basilique Notre Dame. En grande nouveauté cette année, l’OSM vous propose un récital de 30 minutes qui suivra chaque concert !

En plus de poursuivre son intégrale des concertos de Mozart initiée en 2003, le pianiste canadien Louis Lortie (présent lors de trois concerts) dirigera notamment l’Orchestre dans des œuvres vocales de Mozart, les Wesendonck Lieder de Richard Wagner et La Nuit transfigurée d’Arnold Schoenberg.

Il sera rejoint, lors de ces concerts, par sa complice la pianiste Hélène Mercier dans le Concerto pour deux pianos, K. 242 « Lodron » de Mozart le 26 juillet, par la soprano Hélène Guilmette dans un extrait d’Idomeneo et de la Messe en do de Mozart le 28 juin, et par la mezzo-soprano Michaela Schuster dans un air de concert de Mozart et les Wesendonck lieder le 5 juillet.

Les trois autres concerts mettront en vedette la violoniste Viviane Hagner, le chef d’orchestre et altiste Pinchas Zukerman et l’Orchestre du Centre National des Arts le 12 juillet, le chef d’orchestre Jacques Lacombe et le violoniste Scott St. John le 19 juillet, et le chef d’orchestre Bernhard Klee ainsi que le pianiste Alain Lefèvre le 2 août.

Veuillez prendre note qu’il y a deux changements au programme pour les concerts de la série Festival Mozart Plus qui se tiendront à la basilique Notre Dame : le Concerto pour piano n° 16 en ré majeur, K. 451 de Mozart est retiré du programme du 28 juin 2006 et inséré au programme du 26 juillet 2006 en remplacement de la suite Ma Mère l’Oye de Maurice Ravel.

Le 28 juin : Louis Lortie et la soprano Hélène Guilmette

Le chef d’orchestre et pianiste Louis Lortie se démarque par le regard neuf et l’originalité qu’il insuffle aux œuvres très diversifiées qu’il défend. En 1984, il remportait le premier prix au Concours Busoni et était lauréat du Concours de Leeds. M. Lortie a plus de trente enregistrements à son actif.

L’invitée, la soprano canadienne Hélène Guilmette, a remporté le 2e prix au Concours International reine Élisabeth de Belgique en mai 2004. Depuis, sa carrière est en pleine lancée. Elle a notamment chanté avec l’Orchestre national de Belgique et l’Academy of Ancient Music de Londres, et elle vient de lancer un premier enregistrement de mélodies françaises et québécoises sous étiquette Ambroisie. Elle interprétera un extrait de l’opéra Idomeneo de Mozart, l’air « Zeffiretti lusinghieri », ainsi que l’extatique et exubérant « Et incarnatus est » extrait de la Messe en do mineur de Mozart, l’un des sommets de la production mozartienne.

Louis Lortie dirigera ensuite La Nuit transfigurée d’Arnold Schoenberg. Cette œuvre, conçue dans l’esprit du romantisme tardif et de l’hyperexpressivité de la fin du XIXe siècle, reste l’ouvrage le plus populaire du maître autrichien.

M. Lortie interprétera ensuite le Concerto pour piano n° 17 en sol majeur, K. 453 de Mozart, une œuvre chaleureuse empreinte d’une gaieté toute charmante et teintée ça et là de quelques touches d’humour.

Le mercredi 28 juin 2006 à 19 h 30
Basilique Notre-Dame

Louis Lortie, chef d’orchestre et pianiste
Hélène Guilmette, soprano

Wolfgang Amadeus Mozart, « Solitudini amiche – Zeffiretti lusinghieri », extrait de l’opéra Idomeneo, K. 366
Hélène Guilmette, soprano

Wolfgang Amadeus Mozart, « Et incarnatus est », extrait de la Messe en do mineur, K. 427 (K. 417a)
Hélène Guilmette, soprano

Arnold Schoenberg, Verklärte Nacht, opus 4
Wolfgang Amadeus Mozart,Concerto pour piano n° 17 en sol majeur, K. 453
Louis Lortie, pianiste

Le Concerto pour piano n° 16 en ré majeur, K. 451 de Mozart qui devait figurer au programme de ce soir sera présenté le 26 juillet 2006.

Après le concert, le public est convié à un récital de 30 minutes avec Louis Lortie et Hélène Guilmette.

Le 5 juillet : Louis Lortie et la mezzo-soprano Michaela Schuster

Michaela Schuster est née à Fürth (Bavière) et a été remarquée, sur la scène internationale, pour ses interprétations d’Ortrud dans Lohengrin au Norske Opera d’Oslo et de Sieglinde dans Die Walküre au Teatro Real Madrid et à l’Opéra d’État de Vienne. Elle chantera l’air de concert « Ch’io mi scordi di te ?… Non temer, amato bene », K. 505 de Mozart, qui fut écrit à l’intention de la soprano Nancy Storace. Mozart appréciait cette jeune femme et lui a écrit cet air qui figure parmi ses plus beaux.

Mme Schuster chantera aussi les Wesendonck Lieder de Richard Wagner. Alors qu’il vivait en Suisse, Wagner entreprit une relation avec Mathilde Wesendonck, l’épouse d’un riche marchand, et mit en musique quelques-uns des poèmes de cette dame dans les Wesendonck Lieder.

Louis Lortie interprétera pour sa part deux concertos de Mozart : le Concerto pour piano n° 5 en ré majeur, K. 175/382 et le Concerto pour piano n° 25 en do majeur, K. 503.

Le Concerto pour piano n° 5 en ré majeur, K. 175/382 est le premier d’une série de 23 concertos qui sont presque tous des chefs-d’œuvre. Mozart a composé cette œuvre enjouée et énergique à l’âge de 17 ans. Lors de son installation à Vienne en 1781, il l’emporta en guise de carte de visite.

Le Concerto pour piano n° 25 en do majeur, K. 503 est une œuvre majestueuse. Le premier mouvement évoque le célébrissime motif de la Cinquième Symphonie de Beethoven et semble préfigurer La Marseillaise.

Le mercredi 5 juillet 2006 à 19 h 30
Basilique Notre-Dame

Louis Lortie, chef d’orchestre et pianiste
Michaela Schuster, mezzo-soprano

Wolfgang Amadeus Mozart, « Ch’io mi scordi di te ? … Non temer, amato bene », K. 505
Michaela Schuster, mezzo-soprano

Wolfgang Amadeus Mozart Concerto pour piano n° 5 en ré majeur, K. 175/382
Louis Lortie, pianiste
Richard Wagner, Wesendonck Lieder
Michaela Schuster, mezzo-soprano

Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano n° 25 en do majeur, K. 503
Louis Lortie, pianiste

Après le concert, le public est convié à un récital de 30 minutes avec Louis Lortie et Michaela Schuster.

Le 12 juillet : prestation de l’Orchestre du Centre National des Arts sous la direction de Pinchas Zukerman

Le 12 juillet, l’Orchestre du Centre National des Arts jouera sous la baguette de Pinchas Zukerman. M. Zukerman est le directeur musical de l’Orchestre du CNA depuis 1998. Il est renommé aussi bien comme chef d’orchestre qu’en qualité de violoniste, altiste, chambriste et professeur. Sa discographie comprend plus d’une centaine d’enregistrements qui lui ont valu 21 nominations et deux prix Grammy.

La soliste invitée, la violoniste munichoise Viviane Hagner est reconnue pour ses interprétations passionnées, virtuoses et empreintes de discernement. Depuis ses débuts sur la scène internationale à l’âge de 12 ans, elle a été invitée à se produire auprès des orchestres internationaux les plus prestigieux. Elle a remporté le Prix Borletti-Buitoni. Elle interprétera la célèbre « Chaconne » de la Partita pour violon seul en ré mineur, BWV 1004 de Johann Sebastian Bach, dans laquelle le compositeur explore tous les aspects du thème de base au sein de plusieurs variations magnifiques.

M. Zukerman se joindra à elle à l’alto pour interpréter la Symphonie concertante en mi bémol majeur pour violon, alto et orchestre, K. 364 (320d) de Mozart, l’une des œuvres les plus émouvantes de toute la production mozartienne. Les trois mouvements nous offrent une série de dialogues entre le violon et l’alto que le compositeur traite de manière magistrale.

Finalement, M. Zukerman dirigera l’OSM dans la Sérénade n° 2 en la majeur, opus 16 de Johannes Brahms, une œuvre qui nous transporte dans un univers doux, calme, chaleureux et intimiste, et dans laquelle les violons sont absents. Comme Brahms était très critique envers lui-même, il convient de mentionner qu’il s’est déclaré particulièrement satisfait de cette œuvre.

Le mercredi 12 juillet 2006 à 19 h 30
Basilique Notre-Dame

Orchestre du Centre National des Arts
Pinchas Zukerman, chef d’orchestre et altiste
Viviane Hagner, violoniste

Johann Sebastian Bach, « Chaconne », extraite de la Partita pour violon seul en ré mineur, BWV 1004
Viviane Hagner, violoniste

Wolfgang Amadeus Mozart Symphonie concertante en mi bémol majeur pour violon, alto et orchestre, K. 364 (320d)
Viviane Hagner, violoniste
Pinchas Zukerman, altiste
Johannes Brahms, Sérénade n° 2 en la majeur, opus 16

Après le concert, le public est convié à un récital de 30 minutes avec Pinchas Zukerman et des musiciens du Centre National des Arts.

Le 19 juillet : Jacques Lacombe dirige l’OSM et reçoit Scott St. John

Ce concert présentera l’OSM sous la direction de Jacques Lacombe, premier chef invité de l’OSM de 2002 à 2006. Le soliste invité sera le violoniste canadien Scott St. John.

Grâce à ses prestations virtuoses et fascinantes au violon et à l’alto, M. St. John s’est mérité plusieurs éloges. Il a notamment reçu la bourse Avery Fisher Career, le Prix Young Concert Artists, le Prix Lincoln Center’s Martin E. Segal et le Premier Prix au Concours de violon et d’alto Alexander Schneider. Il interprétera le Rondo D. 438 de Mozart et les Zigeunerweisen de Pablo de Sarasate. Évocation colorée de la tradition tzigane, les Zigeunerweisen (Airs gitans) constituent la plus célèbre des œuvres de Pablo de Sarasate s’inspirant des musiques d’ailleurs.

Jacques Lacombe dirigera ensuite l’Orchestre dans un programme qui mettra en lumière la Symphonie no 35 de Mozart et Les Tableaux d’une exposition de Modest Moussorgski.

Désireuse de commander une musique en vue des célébrations entourant l’anoblissement d’un de ses fils, la famille Haffner s’est tournée vers Mozart. Le compositeur – qui lui avait déjà écrit la Sérénade « Haffner » (K. 250) et qui manquait cruellement de temps – utilisa le matériau de cette sérénade pour composer sa Symphonie n° 35.

Espérant soulager le désespoir de son ami Modest Moussorgski, le critique musical Vladimir Stassov organisa une exposition réunissant près de 400 dessins, esquisses et maquettes de l’architecte et dessinateur Victor Hartmann, décédé depuis peu. Moussorgski y puisera l’inspiration nécessaire à la réalisation d’une suite de 10 portraits musicaux pour piano. Cette œuvre, qui fut terminée en 1874, ne s’est imposée que dans l’orchestration de Maurice Ravel, en 1923.

Le mercredi 19 juillet 2006 à 19 h 30
Basilique Notre-Dame

Jacques Lacombe, chef d’orchestre
Scott St. John, violoniste

Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie n° 35 en ré majeur, K. 385, « Haffner »
Franz Schubert, Rondo en la majeur pour violon et cordes, D. 438
Scott St. John, violoniste
Pablo de Sarasate,Zigeunerweisen, opus 20
Scott St. John, violoniste
Modest Moussorgski,Les Tableaux d’une exposition (orch. Maurice Ravel)

Après le concert, le public est convié à un récital de 30 minutes avec Scott St. John et des musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal.

Le 26 juillet : le piano et la harpe sont à l’honneur avec Louis Lortie, Hélène Mercier et Jennifer Swartz

Louis Lortie agira de nouveau en tant que chef d’orchestre et pianiste lors du concert du 26 juillet. Les solistes invités seront la pianiste Hélène Mercier et la harpiste Jennifer Swartz.

Hélène Mercier a remporté de nombreux premiers prix et fut lauréate du Concours International de Musique de Chambre de Prague. Deux de ses enregistrements avec Louis Lortie furent inclus dans le « Top six » de la revue Gramophone de Londres. Elle se joindra à Louis Lortie dans le Concerto pour deux pianos n° 7 en fa majeur, K. 242, « Lodron » de Mozart, écrit à l’origine pour trois pianos mais transcrit par Mozart pour deux instrumentistes.

Jennifer Swartz, harpiste canadienne réputée, poursuit une carrière florissante de soliste, chambriste, musicienne d’orchestre et professeur. Elle occupe actuellement le poste de harpe solo à l’OSM et de professeur assistant de harpe à l’Université McGill. Elle interprétera les deux Danses de Claude Debussy qui occupent une place de choix au répertoire.

M. Lortie interprétera également le Concerto pour piano n° 16 en ré majeur, K. 451 et le Concerto pour piano n° 24 en do mineur, K. 491 de Mozart.

Le Concerto pour piano n° 16 en ré majeur, K. 451 se démarque en raison de l’importance accordée à l’orchestre et des liens serrés qu’il tisse avec le piano.

Les contrastes expressifs, le chromatisme et la richesse de l’orchestration qui caractérisent le Concerto pour piano n° 24 en do mineur, K. 491, l’un des deux seuls concertos en mineur de Mozart, en font un important précurseur du romantisme musical.

Le mercredi 26 juillet 2006 à 19 h 30
Basilique Notre-Dame

Louis Lortie, chef d’orchestre et pianiste
Hélène Mercier, pianiste
Jennifer Swartz, harpiste

Claude Debussy, Danses pour harpe et orchestre à cordes
Jennifer Swartz, harpiste

Wolfgang Amadeus Mozart Concerto pour deux pianos n° 7 en fa majeur, K. 242 « Lodron »
Louis Lortie et Hélène Mercier, pianistes

Wolfgang Amadeus Mozart Concerto pour piano n° 16 en ré majeur, K. 451
Louis Lortie, pianiste

Wolfgang Amadeus Mozart Concerto pour piano n° 24 en do mineur, K. 491
Louis Lortie, pianiste

Veuillez noter que la suite Ma Mère l’Oye de Maurice Ravel qui devait figurer sur le présent programme a été remplacée par le Concerto pour piano n° 16 en ré majeur, K. 451 de Mozart.

Après le concert, le public est convié à un récital de 30 minutes avec Louis Lortie et Hélène Mercier.

Le 2 août : programme mettant en lumière Bernhard Klee, l’OSM et Alain Lefèvre

Le pianiste canadien Alain Lefèvre rejoindra le chef allemand Bernhard Klee lors du dernier programme du Festival.

Réputé pour ses prestations éblouissantes et sa grande musicalité empreinte de discernement, Bernhard Klee est l’un des chefs d’orchestre les plus en demande sur la scène musicale internationale.

Consacré « héros » par le Los Angeles Times et qualifié de
« spectaculaire » par le Washington Post, le pianiste Alain Lefèvre poursuit une impressionnante carrière internationale. Il est récipiendaire de 3 Félix et d’un Classical Internet Award. Il interprétera le Concerto pour piano en sol majeur de Maurice Ravel.

Dans ce concerto, l’influence de la musique jazz est évidente. L’Adagio assai est superbe, et un exubérant rondo jazzy et virtuose conclut cette page essentielle du répertoire concertant.

Bernhard Klee dirigera l’Orchestre dans le ballet La Création du monde, opus 81a, de Darius Milhaud, l’une des œuvres les plus célèbres du compositeur. La musique de Milhaud constitue l’un des premiers exemples de l’assimilation du jazz dans la musique classique.

M. Klee dirigera finalement la Symphonie no 39 en mi bémol majeur, K. 543 de Mozart. Les 3 dernières symphonies de Mozart sont considérées comme étant le sommet de l’art symphonique classique, et la Symphonie n° 39 en mi bémol majeur, K. 543 est la plus lyrique et la plus sereine de ces symphonies.

Le mercredi 2 août 2006 à 19 h 30
Basilique Notre-Dame

Bernhard Klee, chef d’orchestre
Alain Lefèvre, pianiste

Darius Milhaud, La Création du monde, opus 81a
Maurice Ravel,Concerto pour piano en sol majeur

Alain Lefèvre, pianiste
Wolfgang Amadeus Mozart Symphonie n° 39 en mi bémol majeur, K. 543

Après le concert, le public est convié à un récital de 30 minutes avec Alain Lefèvre.

Les billets simples sont disponibles au coût de 15 $, 28 $ et 45 $ taxes incluses. Ces billets incluent, pour ceux qui le souhaitent, le récital offert en postlude.

Billeterie de l’OSM au (514) 842-9951 ou sur le site. Vous pourrez aussi vous les procurer à la porte.

Le Festival Mozart Plus est présenté grâce à la généreuse contribution
de Power Corporation du Canada. Nous remercions également Hydro-Québec, le commanditaire en titre de l’OSM.