Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->


Branché sur le monde !

21e édition du
Festival de musique de chambre de Montréal

SÉRIE CÉLÉBRITÉS | 23 FÉVRIER, 29 MARS, 30 AVRIL, 3 JUIN

SÉRIE TD JAZZ | 3, 10, 17 JUIN

ÉLÉGANCE CLASSIQUE| 9, 11, 12, 14, 15, 16, 18, 19 JUIN

SIMONE DINNERSTEIN CAMERON CARPENTER
BEN HEPPNER DENIS BROTT
FINE ARTS STRING QUARTET OLIVER JONES ALEXANDER FITERSTEIN AMIT PELED
MEASHA BRUEGGERGOSMAN
EMERSON STRING QUARTET
DEAN BURRY ALON GOLDSTEIN
THÉÂTRE DE MARIONNETTES DE SALZBOURG
JACOB RICHLER JENS LINDEMANN PAQUITO D’RIVERA
JOSEPH ROULEAU DANIÈLE HENKEL
BANQUE D’INSTRUMENTS DE MUSIQUE
DU CONSEIL DES ARTS DU CANADA

Le Festival de musique de chambre de Montréal marque sa 21e édition par un passionnant voyage autour du monde – du Canada à Salzbourg, en passant par La Havane et Israël – en présentant un magnifique éventail de concerts et de premières. Aujourd’hui, en compagnie du ténor Ben Heppner et de l’ambassadrice du Festival 2016, madame Danièle Henkel, le fondateur et directeur artistique Denis Brott, C.M., a dévoilé la programmation complète de cette nouvelle édition du Festival de musique de chambre de Montréal. Précédé de quatre concerts de la Série Célébrités, respectivement donnés en février, mars, avril et juin – le Festival proprement dit (9 – 19 juin) accueillera plusieurs des plus brillantes étoiles du classique et du jazz dans les meilleures salles de concert de Montréal. De la première montréalaise de l’audacieux organiste Cameron Carpenter, au brio de la pianiste Simone Dinnerstein, et des irrésistibles sonorités cubaines du légendaire jazzman Paquito D’Rivera, à la première mondiale de l’adaptation musicale du conte pour enfants Jacob Two-Two Meets the Hooded Fang, la remarquable diversité de cette programmation 2016 offrira quelque chose de spécial à tous les publics.

Dans la foulée du retentissant succès de son édition 2015 – augmentation de 38 % de la fréquentation, et de 65 % des revenus de billetterie – le Festival a programmé une édition 2016 encore plus ambitieuse, qui comptera 55 artistes et 14 concerts répartis en trois séries, présentés dans quatre grandes salles de concerts. « Avec le thème Branché sur le monde !, le Festival met en lumière le pouvoir de la musique comme langage universel, qui unit nationalités, styles et genres, auditeurs et interprètes, dans d’exceptionnelles expériences affectives », affirme Denis Brott. L’ambassadrice du Festival 2016 et mélomane Danièle Henkel apporte, quant à elle, sa compétence en matière de bien-être pour évoquer le plaisir spirituel et affectif que crée la musique en tout être humain. « Je suis très heureuse de collaborer à l’édition de cette année du Festival de musique de chambre de Montréal, aux côtés de mon bon ami Denis Brott. La musique est essentielle à la santé et à une belle vie. Un festival tel que celui-ci constitue un élément important de la scène culturelle de Montréal, et c’est pour moi un grand honneur que de contribuer ainsi à son rayonnement ! »

Repoussant toute espèce de doute quant au dynamisme et à la vitalité de la musique classique, voici Cameron Carpenter et son International Touring Organ. Le Festival est ravi d’offrir les débuts montréalais de l’extraordinaire et audacieux organiste américain le mardi 29 mars au Théâtre Maisonneuve. Réputé pour sa virtuosité, son sens du spectacle, sa technique et ses arrangements – ainsi que pour son propre instrument numérique, l’International Touring Organ – Carpenter suscite éloges et controverses à un degré encore jamais atteint par un organiste. Selon le San Francisco Chronicle, « aucun autre musicien de la génération de Carpenter n’a plus habilement mêlé art de la mise en scène, technique flamboyante et profonde réflexion concernant son instrument et sa place dans l’univers musical. » Le concert de Cameron à Montréal coïncide avec la sortie de son nouvel album signé Sony Classique, All You Need is Bach. L’artiste offrira une démonstration de son unique instrument à 16 h, présenté gratuitement à tous ceux qui assistent au concert en soirée.

Autre concert à ne pas manquer : la grande soprano canadienne et lauréate d’un Prix Juno, Measha Brueggergosman, dont la polyvalence et l’énergie séduisent les publics du monde entier, chantera en compagnie de Jens Lindemann, trompettiste virtuose et ancien de Canadian Brass. Cette prometteuse soirée « Voix d’or », présentée le jeudi 9 juin, Salle Pollack, évoquera la légendaire collaboration qui a existé entre Kathleen Battle et Wynton Marsalis.

Pour la première fois de son histoire, le Festival a prévu deux concerts famille qui plairont sûrement à tous. Le mardi 23 février, à la Cinquième Salle de la Place des Arts, à 13 h et à 20 h, le Théâtre de marionnettes de Salzbourg, dont la dernière visite à Montréal remonte à 1954, présentera The Sound of Music. Fondé en 1913 et devenu l’une des grandes fiertés de la ville, le Théâtre de marionnettes de Salzbourg donnera une fidèle adaptation du grand succès de Broadway, truffé de ces bijoux musicaux que sont notamment My Favorite Things et Climb Every Mountain. Puis, le samedi 12 juin à 15 h, Salle Pollack, le Festival présentera fièrement une création mondiale, sa toute première œuvre de commande, signée Dean Burry, compositeur en résidence à la Canadian Opera Company, ici inspiré par le conte pour enfants Jacob Two-Two Meets the Hooded Fang de l’écrivain montréalais Mordecai Richler. Adaptée par Jacob Richler (Jacob Two-Two lui-même!), la nouvelle œuvre, écrite pour septuor par Dean Burry, sera narrée par le ténor Ben Heppner. Au même programme, et pour le même ensemble instrumental, le Festival a aussi inscrit le conte musical de Stravinski L’Histoire du Soldat, narré en français par Danièle Henkel et la célèbre basse Joseph Rouleau.

Ben Heppner sera aussi le récitant de Enoch Arden, mélodrame épique – et rarement présenté – de Richard Strauss. Le pianiste québécois Stéphane Lemelin se joindra à Ben Heppner dans ce conte captivant, basé sur un poème écrit en 1864 par lord Alfred Tennyson. Cette soirée du samedi 18 juin, Salle Pollack, rendra hommage au légendaire ténor Jon Vickers dont l’interprétation de la même œuvre en 1998, avec le pianiste Marc-André Hamelin, au sommet du Mont-Royal, reste gravée dans la mémoire de tous ceux qui y ont assisté.

Le cœur du Festival demeure le grand répertoire classique, interprété par les plus grands interprètes d’aujourd’hui. L’un des ensembles favoris du Festival – lauréat de neuf Grammy – l’Emerson String Quartet, universellement considéré comme l’un des meilleurs quatuors à cordes au monde, offrira le samedi 30 avril, Salle Bourgie, un programme tout Schubert qui inclura le grandiose Quintette en do majeur, avec la participation de Denis Brott au violoncelle.

On retrouvera également Schubert au programme du samedi 11 juin, Salle Bourgie, lorsque le jeune et brillant clarinettiste israélien Alexander Fiterstein interprétera l’exquis Pâtre sur le rocher, avec le pianiste virtuose André Laplante et la soprano Aline Kutan. Par la suite, les violonistes Andrew Wan et Giora Schmidt, l’altiste Barry Shiffman et le violoncelliste Denis Brott se joindront à lui pour jouer le Quintette avec clarinette de Mozart, et quelques pièces pittoresques issues du répertoire klezmer.

Le mardi 14 juin, Salle Pollack, Mozart sera en vedette lors de la première canadienne de la transcription récemment découverte du compositeur viennois Ignaz Lachner de deux concertos pour piano de Mozart, transcription d’ailleurs enregistrée il y a peu de temps sous étiquette Naxos. Le grand pianiste israélien Alon Goldstein – très applaudi pour ses exécutions de ces transcriptions – sera entouré du Fine Arts Quartet et du contrebassiste virtuose Ali Yazdanfar.

Le mercredi 15 juin, Salle Pollack, le Festival accueille la brillante pianiste américaine Simone Dinnerstein qui présentera sa remarquable interprétation des Variations Goldberg de Bach. Son enregistrement de 2007 de ce chef-d’œuvre intemporel a secoué le monde classique par son interprétation qualifiée de « prestation décisive », qui comporte « des couleurs sonores supérieures à la palette que Bach connaissait », selon le New York Times.

Le concert du jeudi 16 juin, Salle Pollack, fournira une rare occasion d’entendre le son du violoncelle du légendaire Pablo Casals. En effet, le violoncelliste israélien Amit Peled, qui a le privilège de jouer sur ce Matteo Gofriller de 1733, présentera la première montréalaise de Cinq pièces sur des thèmes folkloriques du compositeur russe Sulkhan Fyodorovich Tsintsadze, El cant dels ocells (le chant des oiseaux) de Casals lui-même, ainsi que des œuvres magistrales de Mendelssohn, exécutées avec Miguel da Silva, l’altiste du Quatuor Ysaÿe, et le Fine Arts Quartet.

Au fil des ans, le légendaire Oliver Jones s’est souvent produit au Festival, et toujours pour le plus grand plaisir des différents auditoires. Le vendredi 3 juin, Salle Bourgie, sera le cadre d’un événement à la fois triste et heureux, à l’occasion du départ à la retraite du grand pianiste montréalais de jazz, dont ce sera la toute dernière prestation au Festival. Ce concert réunira Oliver à plusieurs de ses plus proches collègues musicaux et aux merveilleux artistes qu’il a soutenus tout au long de sa carrière, dont le pianiste Daniel Clarke Bouchard, la violoniste Josée Aidans, la chanteuse Ranee Lee et le guitariste Richard Ring, sans oublier ses fidèles partenaires, le contrebassiste Eric Lagacé et le percussionniste Jim Doxas.

Le vendredi suivant, soit le 10 juin, Salle Pollack, on pourra de nouveau entendre du grand jazz lorsque Measha Brueggergossman et Jens Lindemann nous reviendront pour se joindre au légendaire pianiste et chef d’orchestre Tommy Banks dans un programme de Spirituals.

Et pour conclure la Série Jazz TD, le populaire clarinettiste de réputation mondiale Paquito d’Rivera sera de retour au Festival le vendredi 17 juin, Salle Pollack, cette fois avec son propre quatuor, dans « Une Soirée à La Havane ». Grâce à son inimitable style cubain – lauréat de 14 Grammy – Paquito fait de chaque concert un moment électrisant !

Le Festival de musique de chambre de Montréal a toujours fait valoir le talent de brillants musiciens classiques de la génération montante. Cette année ne fait pas exception puisque le Festival se terminera brillamment le dimanche 19 juin à compter de 15 h, Salle Pollack, par la réunion de plusieurs des récents lauréats de la Banque d’instruments de musique du Conseil des arts du Canada, qui rendront hommage à William Turner, l’un des fondateurs de la Banque. Les jeunes musiciens nous feront entendre l’exceptionnelle collection de prestigieux violons et violoncelles fabriqués par des luthiers légendaires tels qu’Antonio Stradivarius et Guarnerius del Gesù, collection évaluée à plus de 40 millions de dollars. Ces jeunes, qui brillent déjà comme solistes, créent une réelle magie lorsqu’ils jouent ensemble, comme ils le feront dans ce programme qui comprendra des divertimenti de Mozart et de Bartók, ainsi que la Sérénade pour cordes de Dvořák.

Un passeport incluant l’accès aux 14 concerts de la programmation du Festival est disponible au coût de 600 $ (20 % de rabais par rapport aux prix réguliers), uniquement disponible par le biais du bureau du Festival : 514.489.7444.

Enfin, parce qu’il tient toujours à rendre la musique de chambre accessible au plus grand nombre, le Festival présentera à l’heure du lunch, cinq concerts gratuits qui mettront en vedette des lauréats du concours de la Banque d’instruments du Conseil des arts du Canada. Ces concerts auront lieu du lundi 13 juin au vendredi 17 juin inclusivement, de 12 h 10 à 13 h, dans le Hall nord de la Place Ville-Marie.

www.festivalmontreal.org
514.489.7444