Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Kent Nagano dirige cinq concerts :</i
La Passion selon saint Jean de Bach
Vadim Repin dans la Symphonie espagnole de Lalo
Radu Lupu dans le Concerto « Empereur » de Beethoven

Jacques Lacombe dirige deux concerts :
Hommage à Schumann et répertoire américain du XXe siècle

Kent Nagano, directeur musical désigné de l’OSM, dirigera trois programmes différents en février. On pourra l’entendre dans la Huitième Symphonie de Chostakovitch et l’estimé pianiste Radu Lupu se joindra à l’Orchestre dans le Cinquième Concerto de Beethoven les 7 et 9 février. Ce sera au tour du magistral violoniste Vadim Repin de collaborer avec Kent Nagano le dimanche 12 février alors qu’il interprétera la virtuose Symphonie espagnole d’Édouard Lalo. Les suites Pulcinella d’Igor Stravinski et Le Mandarin merveilleux de Béla Bartók feront également partie de ce deuxième programme. Le dernier des trois programmes, les 15 et 17 février, mettra en lumière la Passion selon Saint Jean de Bach, qui sera interprétée dans son intégralité pour la première fois par l’OSM et son chœur. Le ténor allemand Christoph Prégardien, renommé comme étant l’un des ténors lyriques les plus importants sur la scène internationale actuellement, y tiendra le rôle de l’Évangéliste. Doris Soffel, Ruth Ziesak, Michael Volle et Detlef Roth se joignent également à la distribution.

Jacques Lacombe, premier chef invité de l’OSM, dirigera quant à lui deux programmes, l’un consacré au compositeur Robert Schumann, dont on souligne cette année le 150e anniversaire de la mort, et l’autre dédié au répertoire américain du XXe siècle. On pourra notamment y entendre le pianiste Alain Lefèvre dans Rhapsody in Blue de George Gershwin.

Calendrier des concerts

Mardi 7 et jeudi 9 février 2006, 20 h : Les Grands Concerts / Radu Lupu et le Cinquième de Beethoven

Dimanche 12 février 2006, 14 h 30 : Les Dimanches en musique / Vadim Repin : « magistral »

Mercredi 15 et vendredi 17 février 2006, 20 h : Les Concerts Gala / La Passion selon J.S. Bach

Mardi 21 février 2006, 19 h 30 : Les Envolées musicales Air Canada / Rhapsody in Blue

Dimanche 26 février 2006, 14 h 30 : Les Dimanches en musique / Schafer rencontre Schumann

Les Grands Concerts / Radu Lupu et le Cinquième de Beethoven

Le pianiste roumain Radu Lupu ravit depuis plus de 40 ans les auditoires du monde entier par son jeu tout en profondeur, une facilité déconcertante mais toujours au service de l’interprétation et une sensibilité musicale exceptionnelle. Lauréat de trois premiers prix aux Concours Van Cliburn (1966), Enescu (1967) et Leeds (1969), il reste l’un des grands pianistes du XXe siècle. Il interprète le Cinquième Concerto, « L’Empereur » de Ludwig van Beethoven, pièce maîtresse du répertoire pianistique, avec son éclatante cadence d’ouverture et son dernier mouvement très virtuose.

En première partie de programme, Kent Nagano dirige la Huitième Symphonie de Dmitri Chostakovitch, compositeur dont on célèbre cette année le 100e anniversaire de naissance. Cette symphonie, en cinq mouvements, l’une des œuvres préférées du compositeur, a été écrite en 1943 et porte le sceau de la guerre. « J’ai voulu recréer le climat intérieur de l’être humain assourdi par le gigantesque marteau de la guerre, » explique Chostakovitch. « J’ai cherché à relater ses angoisses, ses souffrances, son courage et sa joie. Tous ces états psychiques ont acquis une netteté particulière, éclairés par le brasier de la guerre. »

Mardi 7 et jeudi 9 février 2006 à 20 h

Kent Nagano, chef d’orchestre
Radu Lupu, pianiste

Dmitri Chostakovitch Symphonie no 8
Ludwig van Beethoven Concerto pour piano no 5, « L’Empereur »

Soirée du 7 présentée par : BBA
Soirée du 9 présentée par : CGI

Les Dimanches en musique / Vadim Repin : « magistral »

Premier prix au Concours Reine Élisabeth alors qu’il n’avait que 17 ans, Vadim Repin est certainement l’un des plus grands violonistes sur la scène internationale actuellement. « Tout simplement le meilleur, le plus parfait violoniste que j’aie jamais entendu » n’avait pas hésité à affirmer Yehudi Menuhin après l’avoir entendu. Il jouera la Symphonie espagnole d’Édouard Lalo, pièce célébrissime du répertoire concertant pour violon, qui devait recevoir un accueil enthousiaste dès sa première interprétation par le légendaire Pablo de Sarasate. Parsemée de références aux thèmes espagnols (et au rythme d’habanera en particulier), l’œuvre n’est en fait ni symphonie ni concerto mais plutôt une suite en cinq mouvements dans laquelle le soliste s’intègre à l’orchestre.
Puis, Kent Nagano dirigera la suite de Pulcinella d’Igor Stravinski, qui comprend huit des scènes du ballet. Pulcinella (cousin méditerranéen de Petrouchka), un grand balourd d’ivrogne, déchaîne les passions et provoque l’ire des autres hommes. Après des déguisements, des fausses mises à mort, des dédoublements, des résurrections, l’histoire se conclue dans la plus grande bonne humeur. Stravinski portait une affection particulière à ce ballet, écrit dans un style néoclassique : « Pulcinella fut une découverte du passé, l’épiphanie grâce à laquelle l’ensemble de mon œuvre à venir devint possible. C’était un regard en arrière, certes, la première histoire d’amour dans cette direction-là mais ce fût aussi un regard dans le miroir. » Le dernier concert public du compositeur, le 17 mai 1967, devait d’ailleurs être consacré à cette œuvre.

Œuvre parente du Sacre du printemps de Stravinski par l’orchestration et les rythmes, Le Mandarin merveilleux de Béla Bartók était, dans sa version originale, une pantomime dansée, proche dans l’esprit du cinéma de Fritz Lang (Metropolis).
L’« immoralité » du spectacle créa le scandale (le livret raconte une histoire plutôt scabreuse) et le compositeur décida alors de retirer son œuvre de la scène et d’en faire une suite orchestrale. Celle-ci reprend à peu près les premiers deux tiers de la partition originale auxquels Bartók y intégrera une conclusion de concert.

Dimanche 12 février 2006 à 14 h 30

Kent Nagano, chef d’orchestre
Vadim Repin, violoniste

Édouard Lalo, Symphonie espagnole
Igor Stravinski, Pulcinella, suite
Béla Bartók, Le Mandarin merveilleux, suite

Les Concerts Gala / La Passion selon J.S. Bach

Œuvre dramatique exceptionnelle, d’une intériorité et d’une sobriété remarquables, la Passion selon Saint Jean de Johann Sebastian Bach sera présentée pour la première fois à l’OSM dans son intégralité. Bach y privilégie une écriture symbolique, des choix éclairés de timbres et d’instrumentation et des textures polyphoniques inégalées.

Le ténor Christoph Prégardien, qui a collaboré à de nombreuses reprises avec Kent Nagano, reprendra le rôle de l’Évangéliste, narrateur de l’histoire des derniers instants de Jésus et le Chœur de l’OSM deviendra tour à tour la foule haineuse qui assiste à l’arrestation puis à la mort du Christ et l’assemblée des fidèles qui réaffirme la foi d’un peuple tout entier.

La soprano Ruth Ziesak, découverte par le chef d’orchestre Georg Solti au Festival de Salzbourg en 1991, la mezzo-soprano Doris Soffel, invitée régulière du Festival de Bayreuth et du Deutsch Oper, le baryton Michael Volle, qui a enregistré l’œuvre récemment avec Philippe Herreweghe et la basse Detlef Roth, premier prix au Concours Belvedere à Vienne en 1992, complèteront cette distribution.

Mercedi 15 et vendredi 17 février 2006 à 20 h

Kent Nagano, chef d’orchestre
Ruth Ziesak, soprano
Doris Soffel, mezzo-soprano
Christoph Prégardien, ténor
Michael Volle, baryton
Detlef Roth, basse
Chœur de l’OSM
Iwan Edwards, chef de chœur

Johann Sebastian Bach, La Passion selon saint Jean

Soirée du 15 présentée par : GazMétro

Les Envolées musicales Air Canada / Rhapsody in Blue

Dirigé par Jacques Lacombe ce programme, consacré au répertoire américain de la première moitié du XXe siècle, reprend certaines des œuvres emblématiques du genre, dont la Rhapsody in Blue de George Gerswhin, œuvre concertante de jazz symphonique qui, dès sa première, connaît un succès retentissant. « J’entends souvent de la musique au cœur même du bruit » expliquait Gershwin. « Et, tout à coup, j’ai entendu – et l’ai même vu sur le papier – la structure entière de Rhapsody, du début à la fin. Aucun nouveau thème n’est venu à moi, mais j’ai travaillé sur du matériau thématique déjà dans mon esprit et tenté de concevoir l’œuvre comme un tout. Je l’entendais comme une espèce de kaléidoscope musical de l’Amérique – de notre vaste pot-pourri (melting pot), de notre inégalable énergie, de notre blues, de notre folie des métropoles. » Elle sera interprétée par le pianiste canadien Alain Lefèvre, gagnant de deux Félix dans la catégorie « Meilleur album classique de l’année ».

On retrouve également au programme la suite Appalachian Spring d’Aaron Copland, œuvre inspirée par les montagnes au sud de la Pennsylvanie ainsi que les danses symphoniques de West Side Story de Leonard Bernstein, regard moderne sur l’histoire de Roméo et Juliette. La version cinématographique de la comédie musicale devait récolter 10 Oscars en 1961. Le Concerto pour cor de John Williams, maître de la musique de film d’aujourd’hui mais qui a aussi composé plusieurs concertos pour instruments solistes, sera interprété par John Zirbel, cor solo de l’OSM.

Mardi 21 février 2006 à 19 h 30

Jacques Lacombe, chef d’orchestre
Alain Lefèvre, pianiste
John Zirbel, cor solo de l’OSM

Aaron Copland, Appalachian Spring, suite
John Williams, Concerto pour cor
George Gershwin, Rhapsody in Blue
Leonard Bernstein, West Side Story, danses symphoniques

Soirée présentée par Air Canada et la Succession J.A. De Sève

Les Dimanches en musique / Schafer rencontre Schumann

Particulièrement reconnu pour ses miniatures et ses talents de portraitiste, Robert Schumann est l’un des compositeurs importants du Romantisme allemand. Au cours d’une vie où musique et littérature restent ces deux grands centres d’intérêt, il portera le langage pianistique et les lieder vers de nouveaux sommets. Une des œuvres les plus significatives du compositeur reste son unique Concerto pour piano, inspiré et créé par Clara, son épouse, pianiste de concert. « Entre le concerto, la symphonie et la grande sonate » selon les termes du compositeur, le Concerto devient un poème musical où le piano occupe un rôle important, soutenu par un orchestre presque évanescent. Le pianiste ukrainien Sergei Salov, lauréat du Grand Prix lors de l’édition 2004 du Concours Musical International de Montréal, en sera le soliste, sous la direction du premier chef invité de l’OSM, Jacques Lacombe.

Composée en 1841, année « symphonique » dans la production de Schumann, soit immédiatement après sa Première Symphonie (et le premier mouvement du Concerto pour piano), l’Ouverture, scherzo et finale est quant à elle une courte symphonie dépourvue de mouvement lent. Manfred, héros romantique par excellence, très proche de Schumann (notamment par sa hantise de la folie et de la mort), mis en vers par Byron, inspirera à Schumann une dizaine de numéros musicaux. Seule l’ouverture continue d’être interprétée de nos jours.

Le compositeur canadien R. Murray Schafer écrit en 1978 pour Maureen Forrester, Adieu Robert Schumann, une œuvre qui s’amorce avec une citation d’un lied de Schumann « Dein Angesicht » (le visage). Le reste du texte est formé d’extraits du journal de Clara Schumann, qui nous replonge dans les derniers instants de folie de Robert et nous fait vivre les réactions de Clara qui assiste, impuissante, à sa chute vers la folie. De nombreuses citations d’œuvres de Schumann parsèment cette partition d’une grande intensité, qui sera chantée par la mezzo-soprano Noella Huet, qui a eu l’occasion à de nombreuses reprises de côtoyer l’univers de Schafer.

Dimanche 26 février 2006 à14 h 30

Jacques Lacombe, chef d’orchestre
Sergei Salov, pianiste
Noëlla Huet, mezzo-soprano

Robert Schumann, Ouverture, Scherzo et Finale
R. Murray Schafer, Adieu Robert Schumann
Robert Schumann, Manfred, ouverture
Robert Schumann, Concerto pour piano

Tous les concerts ont lieu à la Salle Wilfrid-Pelletier.

Billets à partir de 15 $ Renseignements et réservations : Billetterie OSM (514) 842-9951 ou sur le site www.osm.ca ou Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou sur le site