Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

OPÉRA DE MONTRÉAL
GALA, 16e ÉDITION
Événement-bénéfice
MAISON SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL
Le dimanche 4 décembre 2011 à 14 h

Le Gala sera précédé de l’intronisation au Panthéon canadien de l’art lyrique
Du baryton Bruno Laplante

NOS STARS LYRIQUES
DANS UNE NOUVELLE ACOUSTIQUE

Marc Hervieux
Crédit photo: Yves Renaud

L’Opéra de Montréal présente la 16e édition de son Gala. Cette édition mettra en vedette dix chanteurs canadiens, deux musiciens solistes, le Choeur de l’Opéra de Montréal et l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Timothy Vernon. Le baryton Bruno Laplante sera intronisé au Panthéon canadien de l’art lyrique en reconnaissance de son apport inestimable à la vie lyrique canadienne. Événement toujours très attendu du public, le Gala se tiendra cette année dans la nouvelle salle – la Maison symphonique de Montréal – le dimanche 4 décembre 2011 à 14 h.

Ce rendez-vous des amoureux du chant offrira un florilège des plus grands airs d’opéra, duos et ensembles choisis du répertoire opératique parmi les favoris du public. Il permettra aussi d’entendre chaque artiste plus d’une fois en solo ou en ensemble. Les compositeurs au programme sont Leoncavallo, Donizetti, Mozart, Gounod, Bizet, Verdi, Giordano, Massenet, Delibes, Puccini, Cilea, Bizet, Bellini, Tchaikosky, Wagner, Offenbach, Plamondon/Cocciante. Les artistes invités sont : Phillip Addis, Alain Coulombe, Gregory Dahl, Antonio Figueroa, Lyne Fortin, Marc Hervieux, Marie-Josée Lord, Sonia Racine, Lauren Segal, Alexandre Sylvestre, Stéphane Tétreault* (violoncelliste), Serhiy Salov* (pianiste).
*Débuts à la compagnie

Chef d’orchestre
TIMOTHY VERNON (CANADA)

Récemment nommé membre de l’Ordre du Canada, Timothy Vernon s’affirme depuis de nombreuses années comme un des chefs d’orchestre canadiens les plus en vue. Fondateur et directeur artistique de Pacific Opera Victoria, il y dirige la majorité des productions, couvrant un vaste répertoire qui va de Handel à Berg, en passant par Verdi et Puccini. On a pu l’entendre au cours des dernières années dans plusieurs maisons d’opéra canadiennes, dont le Calgary Opera, l’Edmonton Opera et l’Opera Lyra Ottawa. Présent aussi au concert, il a été le chef invité des meilleurs orchestres canadiens : le Calgary Philharmonic, le Vancouver Symphony, l’Edmonton Symphony, l’Orchestre symphonique de Montréal et le Toronto Symphony. Professeur réputé, il a enseigné notamment à l’Université McGill, en plus de participer à différents projets au disque et à la télévision. Dernière présence à la compagnie : The Turn of the Screw (1996)

Intronisation au Panthéon canadien de l’art lyrique

Le Gala rend un hommage vibrant à une personnalité lyrique qui a marqué le monde de l’opéra au Canada. Cette année, les honneurs reviendront au baryton Bruno Laplante. Son nom s’ajoute aux 52 membres intronisés à ce jour.

BRUNO LAPLANTE, INTRONISÉ 2011 AU PANTHÉON CANADIEN DE L’ART LYRIQUE

Né à Beauharnois, au Québec, Bruno Laplante fut influencé dès son très jeune âge par la musique française. En famille, on y chantait déjà les grands succès de Massenet, de Franck ou de Hahn. Au Collège Bourget de Rigaud, il étudie avec le Père Jacob, qui jouera un rôle prédominant dans sa formation. Il lui fera découvrir un répertoire varié, qui lui donnera des assises solides: une diction exemplaire, un sens du phrasé et des nuances, et, déjà, un intérêt grandissant pour le répertoire français.

Il prépare ensuite son entrée au Conservatoire de musique du Québec à Montréal avec Edouard Wooley. Là, il suit, entre autres, la classe de l’Opéra français, avec Raoul Jobin, et celle de la Mélodie française, avec Roy Royal. Il donne ses premiers concerts : une Sérénade de Léo Delibes pour Geneviève Bujold dans « À quoi rêvent les jeunes filles », le rôle de Siméon de « L’Enfant Prodigue » de Debussy avec l’Orchestre et les Choeurs du Conservatoire, les Choeurs de « L’Arlésienne » de Daudet-Bizet sous la direction de Wilfrid Pelletier …

Après cinq années d’études, il obtient un Premier Prix en Art vocal avec Grande Distinction. Il poursuit sa formation auprès de Pierre Bernac, à Paris, durant trois ans. Il y acquiert une véritable technique de l’interprétation, faisant ressortir l’essentiel d’une mélodie, et d’abord du texte littéraire, pour réussir ensuite à en communiquer toutes les couleurs. Son séjour lui permet également de faire connaissance de l’intérieur avec la culture européenne. Il participe à plusieurs concours nationaux et internationaux, reçoit diverses récompenses et médailles, dont un Prix spécial d’interprétation à Guelph.

À son retour au Québec, à l’aube des années 70, il organise de grands récitals de Mélodies françaises. L’originalité de son répertoire lui donne d’être très souvent enregistré par les radios, ce qui le révèle au public de mélomanes. Il reçoit des musiques inconnues, et fait plusieurs créations. Il chante également pour la télévision, fait quelques tournées pour les Jeunesses musicales du Canada et de France, crée et dirige l’Ensemble «Cantabile» de Montréal.

Sa carrière internationale prend son essor dès la parution de ses premiers récitals enregistrés sur étiquette Calliope. Il fait le tour de l’Europe : soliste dans de grandes oeuvres avec choeur et orchestre comme les « Béatitudes » de César Franck, enregistrant en public « Pelléas » de Debussy, des opéras de Massenet, ou des mélodies de Duparc, avec orchestre, faisant la création mondiale de « La Chute de la Maison Usher » de Debussy à Francfort avec Eliahu Inbal, travaillant avec des chefs comme Jean Fournet, Spiros Argiris, Charles Dutoit, Franz-Paul Decker, Pierre Bartholomée, Philippe Herreweghe, Kenneth Montgomerry, James de Preist, Louis de Froment, Henry Lewis, José Cérébrier, Jérôme Kaltenbach …

Il se produit en récital dans les salles les plus prestigieuses: Wigmore Hall à Londres, Concertgebouw à Amsterdam, Kunstring Diligentia à La Haye, Salle Gaveau à Paris, Musikverein à Vienne, Theatro São Luis à Lisbonne, Bunka Kaikan, Oji Hall et Casals Hall à Tokyo, Izumi Hall à Osaka, au Festival du Marais à Paris, à celui d’Aix-en-Provence, aux Nuits de Septembre en Wallonie, à celui des Flandres ou du Canada, à Ottawa …

L’enregistrement tient une part importante dans sa démarche artistique. Sa lecture des oeuvres, sa curiosité, son sens de la recherche, et surtout son interprétation d’oeuvres méconnues du public ou du répertoire habituel lui donnent une notoriété. Les radios nationales d’Europe (Norvège, Suède, Allemagne, Autriche, Roumanie, Suisse, Grèce, Espagne, Portugal, Angleterre) mais surtout de France, de Belgique et des Pays-Bas, et celles du Japon et du Canada le sollicitent à maintes reprises.

En plus d’être invité par plusieurs compagnies d’opéra en France, en Allemagne et au Canada, Bruno Laplante, comme directeur artistique, a été producteur d’une cinquantaine d’oeuvres lyriques en tous genres, pour plus de 800 représentations, employant environ 400 artistes, 200 créateurs et artisans… dans un effort unique au Canada de renouveler la présentation de l’Art lyrique et d’ouvrir le marché du travail aux jeunes artistes professionnels. Il a aussi été chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) pendant plusieurs années.

Depuis 1989 il forme un duo lyrique avec la mezzo-soprano France Duval. Leur port d’attache est la ville de Québec, d’où ils initient leurs tournées internationales. En 1998, pour les Fêtes de la Nouvelle-France, ils ont re-créé le premier opéra historique canadien, « l’Intendant Bigot » d’Ulric Voyer, et en mai 2004, ils ont créé mondialement
deux oeuvres que le NTM venait d’éditer : la cantate « Fernand » (1839) et l’Hymne « La Liberté éclairant le monde » (1876) de Charles Gounod. En octobre 2003, Bruno Laplante a été honoré de la Médaille de l’Assemblée Nationale du Québec.

Sa dernière passion est l’édition musicale et il a entrepris depuis quelques années une oeuvre monumentale, celle d’éditer une Anthologie de la musique québécoise, des origines jusqu’aux contemporains, de Calixa Lavallée à François Morel. Soixante (60) partitions sont déjà disponibles.

Récemment, la France l’a honoré en le nommant au grade de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française. En décembre 2011, il sera intronisé au Panthéon canadien de l’Art lyrique.

Opéra de Montréal
Gala – 16e édition
Dimanche 4 décembre 2011 à 14 h
10 chanteurs, 2 artistes musiciens, le Choeur de l’Opéra de Montréal et l’Orchestre Métropolitain,
sous la direction de Timothy Vernon.
Précédé de l’intronisation au Panthéon canadien de l’art lyrique de Bruno Laplante.

À la Maison Symphonique de Montréal
Place des Arts

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou
www.laplacedesarts.com

Spectacle à venir : Il trovatore de Verdi
Le 21.24.26.28 janvier 2012 à 19 h 30
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.
Francesco Maria Colombo dirige l’Orchestre symphonique de Montréal.