Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Jusqu’au 27 février 2016

Présenté dans le cadre de Montréal en lumières

Crédit photo: François Laplante-Delagrave
GLENGARRY
GLEN ROSS

Une pièce de David Mamet
Traduction et adaptation denis Bouchard | Frédéric Blanchette
Mise en scène Frédéric Blanchette

Avec Denis Bouchard | Éric Bruneau
Luc Bourgeois | Fabien Cloutier
Frédéric-Antoine Guimond | Renaud Paradis
Sébastien Rajotte | Mani Soleymanlou

Assistance à la mise en scène Marie-Hélène Dufort
Décors Olivier Landreville
Costumes Elen Ewing
Éclairages André Rioux
Musique Philippe Noireaut
Accessoires Jeanne Ménard Leblanc
Maquillages et coiffures Sylvie Rolland Provost

LA PIÈCE

Dépeignant deux jours dans la vie d’un bureau d’agents immobilier à Chicago, Mamet s’est largement inspiré de sa propre expérience, alors qu’il travaillait dans un bureau similaire quelques années auparavant. Le titre de la pièce provient du nom des deux lots de terrains à vendre: Glengarry Highland (ceux que tous les vendeurs se disputent) et Glen Ross Farms(ceux qui n’ont plus la cote).

Écrite en 1983, la pièce s’inspire de la propre expérience de David Mamet dans le milieu des agences immobilières et immerge le spectateur dans une intrigue au suspense certain. Quatre vendeurs d’une agence du North Side de Chicago sont engagés dans une compétition où la morale doit laisser la place au mensonge, à la manipulation et à la corruption. La mystification du client est le maître-mot et les vendeurs se perdent eux-mêmes dans cette bataille où le plus féroce gagnera.

CRITIQUE

Le décor: les bureaux d’une agence de courtage immobilier; néons au plafond, tables tout ce qu’il y a de plus ordinaires, téléphones et vieux classeurs le long du mur et bien en évidence, le tableau des ventes. Un lieu d’une grisaille sans âme où les vendeurs contactent les clients potentiels. Ils ne font qu’y passer. C’est pourtant là que le chef de l’agence distribue au compte-goutte les fiches des clients potentiels. Sur le tableau des ventes, le nom des meilleurs vendeurs. On leur a servi d’entrée de jeu un « pep talk » pour les stimuler, offrant une Cadillac au premier vendeur du mois, des couteaux à steak au deuxième et le renvoi au dernier.

Dans un milieu où la valeur de l’homme ne se mesure qu’en $ de ventes, il n’est pas permis d’avoir de mauvaises passes. La devise de l’agence se résume aux trois premières lettres de l’alphabet: ABC pour « Always Be Closing ». Seule la performance compte et les courtiers sont prêts à de bien basses manigances pour assurer leur gagne-pain.

La distribution est excellente et chacun apporte à son rôle une grande intensité. Denis Bouchard est terriblement humain en Levene, un vendeur qui ne réussit plus, alors qu’Éric Bruneau joue avec l’arrogance nécessaire le rôle de Roma, courtier au sommet de la pyramide. Luc Bourgeois (Williamson) est dur à souhait à titre de chef du bureau, Fabien Cloutier (Moss) et Mani Soleymanlou (Aaronow), nous font ressentir l’intensité de leur désespoir. Renaud Paradis a la tête du gars diplômé en marketing qui tente de motiver les vendeurs. Sébastien Rajotte a exactement celle du client « bon gars qui s’est fait flouer », tandis que Frédéric-Antoine Guimond rend bien le rôle du policier Baylen.

Belle mise en scène de Frédéric Blanchette pour cette pièce qui a été nommée quatre fois aux Tony Awards et qui présente la dure réalité de la vie où l’être humain ne vaut pas plus que sa dernière vente. Portrait juste de vie bête et méchante en un peu plus d’une heure.

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

GLENGARRY GLEN ROSS
HORAIRE DES REPRÉSENTATIONS

DU 2 AU 27 FÉVRIER 2016
Mardi et mercredi à 19 h 30
Jeudi et vendredi à 20 h
Samedi à 16 h et 20 h 30
Dimanche à 15 h

Au Théâtre du Rideau Vert
4664 rue Saint-Denis
(métro Mont-Royal ou Laurier)

Billetterie : 514.844.1793 ou sur le site http://www.rideauvert.qc.ca