Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->


ZUBIN MEHTA & l’OSM : DE GRANDES RETROUVAILLES
Le mardi 19 mai à 19 h
Maison symphonique de Montréal

L’Orchestre symphonique de Montréal aura le privilège d’accueillir le chef d’orchestre Zubin Mehta, ancien directeur musical de l’OSM de 1961 à 1967, là où tout a commencé pour ce chef marquant à la direction d’orchestre puissante et flamboyante. Le mardi 19 mai prochain, à 19 h, et pour la première fois à la Maison symphonique de Montréal, le maestro dirigera l’OSM dans la majestueuse Symphonie no 3 en ré mineur de Gustav Mahler. Ce concert est présenté en hommage à son ami Pierre Béique, premier directeur général de l’OSM; une précieuse amitié qui avait alors permis au jeune Zubin Mehta de devenir directeur musical de l’OSM alors qu’il n’avait que 25 ans. Présenté au profit de la Fondation de l’OSM en hommage à Pierre Béique, ce concert mettra en lumière la mezzo-soprano Michelle DeYoung, le Chœur de femmes de l’OSM, la Chorale des jeunes du Conservatoire de McGill et le Chœur des enfants de Montréal.

C’est avec Zubin Mehta que l’Orchestre symphonique de Montréal a effectué sa première tournée outremer, se positionnant désormais sur la scène internationale. Non seulement s’agissait-il de la première tournée de l’OSM, mais également d’une première pour un orchestre canadien. L’histoire d’amour entre Zubin Mehta, l’un des plus grands chefs d’orchestre de notre époque, et l’OSM revivra le temps d’un concert. De grandes retrouvailles qui donneront lieu à un concert historique.

Programme musical :

Zubin Mehta, chef d’orchestre
Michelle DeYoung, mezzo-soprano
Chœur de femmes de l’OSM
Chœur des enfants de Montréal
Chorale des jeunes du Conservatoire de McGill
Andrew Megill, chef de chœur de l’OSM

Mahler, Symphonie no 3 en ré mineur (approximativement 100 minutes)
Mardi, 19 mai 2015, à 19 h, à la Maison symphonique de Montréal

De grands moments historiques
C’est en octobre 1960 que Zubin Mehta a dirigé l’OSM pour la première fois : des débuts grandioses au Forum de Montréal pour ce chef indien qui avait alors seulement 24 ans. Au cours de cette même année, le maestro a dirigé l’OSM à deux autres reprises avant d’en devenir le directeur musical l’année suivante, au grand bonheur du public et des musiciens.

Ses premières années à l’OSM sont marquées par une première tournée outremer pour un orchestre canadien et par l’inauguration de la Grande Salle de la Place des Arts (qui allait devenir la salle Wilfrid-Pelletier en 1966), la nouvelle résidence de l’OSM, alors que Zubin Mehta partageait le podium avec Wilfrid Pelletier.

Après six ans à titre de directeur musical de l’OSM, Zubin Mehta a positionné l’Orchestre sur la scène internationale et a terminé son mandat de façon spectaculaire : directeur musical du Los Angeles Philharmonic depuis 1962, Zubin Mehta a invité son « autre orchestre » à se produire à Montréal dans le cadre de l’Exposition universelle en mai 1967. Les deux orchestres ont joué conjointement la Symphonie fantastique de Berlioz et La valse de Ravel, suivi de la majestueuse œuvre Les pins de Rome de Respighi. Un moment grandiose !

Chef émérite de l’OSM
Après son départ, Zubin Mehta est revenu des dizaines de fois diriger l’OSM dont il demeure chef émérite, titre qu’il partage d’ailleurs avec Wilfrid Pelletier, premier directeur musical de l’Orchestre. Parmi ses derniers passages, Zubin Mehta a dirigé la Deuxième symphonie de Mahler lors d’un concert spécial soulignant le lancement du Fonds de dotation Pierre-Béique qui assure la pérennité de l’Orchestre. Sa dernière présence à l’OSM remonte à septembre 2008 dans un programme musical présenté à la basilique Notre-Dame. Le concert du 19 mai marquera sa première présence à la Maison symphonique.

La Troisième symphonie de Mahler
La Troisième symphonie est la plus longue que Mahler ait composée avec près de 100 minutes d’ode à la nature, de musique profonde et épique, retraçant les étapes de la Création. « De même que Wagner a saccagé l’ordre artificiel de l’opéra pour créer dans le drame une démarche infiniment plus démiurgique, de même Mahler bouleverse la symphonie, ravage ce territoire trop bien ordonné, investit de ses fantasmes le saint des saints de la logique… » Voilà en quels termes Pierre Boulez évoque l’univers si particulier des symphonies de Mahler. En six mouvements, la Troisième s’attarde aux étapes de la Création, des forces telluriques à la végétation, puis aux animaux et à l’homme, pour enfin s’élever jusqu’aux anges et à l’amour.

Pour réserver vos billets : 514 842-9951 ou
www.osm.ca

Maison Symphonique
1600, rue Saint-Urbain