Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Happy Hour : un duo percutant, entre tendresse et férocité
Création filmique en webdiffusion et représentations en salle

On fait semblant qu’on peut se réinventer
et transformer la crise en opportunité. Fuck that ! –

Crédit photo Gopesa Paquette

Le Théâtre Aux Écuries, en codiffusion avec Parrêsia Compagnie de Création, présente du 1er au 11 avril 2021, une création filmique à partir  de la pièce Happy Hour, coécrite par Ana Pfeiffer Quiroz, Anna Beaupré Moulounda et Thomas Leblanc et présentée au Prospero juste avant la pandémie, en février 2020.  Aussi, si les mesures permettent d’accueillir de nouveau du public en salle, une série de représentations de la pièce prendra l’affiche du 11 au 20 mars au Théâtre Aux Écuries.

« Faire une création filmique à partir du spectacle – plutôt qu’une captation – signifie pour moi la possibilité de créer un objet singulier qui reprend les codes de l’art cinématographique et ceux de l’espace performatif au théâtre, et qui restera dans le temps », dit la metteure en scène du spectacle Ana Pfeiffer Quiroz. Pour coréaliser le projet, Ana a choisi le créateur interdisciplinaire Alejandro De Leon, dont la carrière en arts visuels et création filmique est florissante.  « Dans ses travaux précédents, j’ai pu observer une sorte d’intimité et d’humanité visuelles, qui, je crois, correspondent bien à la nature de Happy Hour », ajoute-t-elle.

Le projet scénique Happy Hour – et maintenant aussi filmique – s’inscrit sur la forme d’une écriture de plateau, qui explore les limites de ce que veut dire construire un personnage, tant sur scène que dans la vie.  Le récit se développe à partir de la prise de parole urgente et solitaire d’interprètes aux abords d’une représentation. Ici, la frontière entre le réel et le théâtre s’estompe et s’entrecroise. Les parts fictionnelle et autofictionnelle se mêlent.

Deux êtres, interprétés par Thomas Leblanc et Anna Beaupré Moulounda se dévoilent ainsi crûment, par bribes, donnant parfois à entendre l’indicible et le monstrueux en soi-même et dans notre société. Le duo présente à la fois un visage attachant et menaçant, sans pudeur. L’homme parle sans fard de son enfance et de la découverte de sa sexualité, la femme se confie sur son rapport déconcertant à la maternité et à ses origines.  « Dans Happy Hour, je puise dans les fictions qui me composent pour nommer une vérité qui peut faire mal. C’est jouissif de jouer dans les zones d’ombre et de présenter mon côté laid. Et, avec ce qu’on vit depuis un an, je sais que la nouvelle mouture me permettra d’expier pas mal de sentiments qui ne demandent qu’à être exprimés! », dit Thomas Leblanc.

 « Jouer dans Happy Hour c’est accepter de se mettre à nu, de partager ses zones d’ombres avec le public. C’est faire vivre des personnages à mi-chemin entre le fictif et l’intime », dit Anna Beaupré Moulounda. 

Pour Ana Pfeiffer Quiroz, l’atmosphère décadente d’après fête de Happy Hour radiographie bien la sensation d’assister à l’accélération d’une fin d’époque, au point d’un non-retour de notre civilisation. « Cette œuvre vivante est, à la fois, le souvenir d’avant pandémie et le constat du confinement d’aujourd’hui. Il n’y a pas de fin d’histoire non plus, tout peut continuer jusqu’à l’épuisement, comme la vie elle-même », conclut-elle.

Peu importe ses origines culturelles, les morceaux de vies viennent creuser dans les sillons les plus profonds de notre humanité. Happy Hour devient un voyage à l’intérieur de personnages actuels et complexes, au cœur de la cité.

À propos de Parrêsia Compagnie de Création
Parrêsia Compagnie de Création est fondée en 2017 par Ana Pfeiffer Quiroz, actrice et metteure en scène d’origine péruvienne, avec Anna Beaupré Moulounda et Thomas Leblanc. La compagnie fait ses premiers pas officiels avec la création Happy Hour présentée à la salle intime du Théâtre Prospero en février 2020. Multidisciplinaire et indisciplinée, leur approche pulvérise les hypocrisies qui nous emprisonnent dans une illusion de progrès, pour ne garder que l’essentiel : la conviction que la vérité blessante est l’arme la plus redoutable du théâtre. Les trois artistes, venus de Lima, de Rouyn-Noranda, du Congo, de Montréal-Nord, de la côte Pacifique du Pérou, du quartier Côte-Saint-Paul, de la Gaspésie, de la banlieue, du Mile-End, d’ailleurs, de partout et de nulle part, descendent dans l’arène pour combattre. Leurs œuvres théâtrales sont des manifestes enracinés dans leurs contradictions intérieures, politiques, artistiques, sociales et physiques.

ANA PFEIFFER QUIROZ, metteure en scène, coréalisatrice et co-autrice
Arrivée à Montréal en 2010, Ana Pfeiffer Quiroz est une comédienne et metteure en scène formée à l’École nationale de théâtre de Lima, au Pérou. Elle fait ses armes comme directrice d’acteur•trice•s sur les plateaux de tournage avant d’étudier les pratiques cinématographiques et technologiques à la New York University (NYU). Après son arrivée au Québec, Ana se sent interpellée par la faible représentation des artistes immigrant•e•s dans le théâtre québécois francophone et réalise à ce sujet le projet de recherche-création Sans étiquette dans le cadre de sa maîtrise en théâtre à l’UQAM. En 2016, Ana réunit des artistes de différentes origines et met en scène la performance Parrêsia à l’Espace Georges-Émile-Lapalme. Le journaliste Mario Girard (La Presse) salue sa démarche dans une chronique qui questionne le « nous » québécois. En 2020, Ana signe la mise en scène et la dramaturgie de Happy Hour dans la Salle intime du Théâtre Prospero. Présentement, Ana mijote déjà sa prochaine création qui convoque les voix féminines de manière poétique, irrévérente et inattendue et continue ses études de doctorat en Études et pratique des arts à l’UQAM.

ANNA BEAUPRÉ MOULOUNDA, interprète et co-autrice
Anna Beaupré Moulounda termine des études en interprétation théâtrale au Cégep de Saint-Hyacinthe en 2002. Depuis, on a pu la voir à la tété (Club Mel, 100% Local, 14 000 millions de choses à savoir). En 2013, elle se joint au collectif humoristique Les Femmelettes. Elle collabore également au Projet Stérone, qui a connu un vif succès sur la toile, entre autres avec sa capsule « L-100-K-lisse ». Forte de cette expérience elle présente son premier one-woman-show Faite au Québec, mis en scène par Marie-Lise Pilote. Elle est aussi autrice et présente en 2015, sa première pièce de théâtre Sans pays en tournée dans plusieurs villes au Québec. En 2016, elle est interprète dans la pièce in-situ Parrêsia d’Ana Pfeiffer Quiroz, présentée à l’Espace George-Émile-Lapalme. En 2020, elle est une des interprètes de Happy Hour, mis en scène par Ana Pfeiffer, et présenté à la Salle intime du Théâtre Prospero. En 2021, Anna fera partie de la distribution de la pièce Les sorcières de Salem présentée au théâtre Denise-Pelletier et tiendra un des rôles principaux dans la nouvelle télésérie Survivre à ses enfants diffusée à l’automne à la télévision sur la chaîne de Radio-Canada.

THOMAS LEBLANC, interprète et co-auteur
Thomas Leblanc s’illustre autant sur scène qu’à la radio et sur le Web. Performeur autodidacte, il s’engage dans des ateliers de jeu à Montréal et à New York avec les professeurs Maggie Flanigan, Jean-Pierre Bergeron et Nicolas Cantin. Sur ICI Première, il commente l’actualité sociale et culturelle à plusieurs émissions, dont Plus on est de fous, plus on lit. Il co-anime divers projets avec l’humoriste Tranna Wintour dont le balado queer Chosen Family (CBC, Centre Phi) et le cabaret humoristique Sainte Céline (Fierté Montréal, Juste pour Rire). Il a commencé sa carrière dans les médias comme rédacteur en chef du mensuel artistique Nightlife avant de devenir recherchiste pour l’animatrice Christiane Charette. Depuis 2015, il participe aux créations scéniques d’Ana Pfeiffer Quiroz. En 2015, il est dans Sans étiquette (UQAM). En 2016, il est un des interprètes dans la pièce in-situ Parrêsia présentée à l’Espace George-Émile-Lapalme. En 2020, Thomas forme avec Anna Beaupré Moulounda le duo percutant de Happy Hour, présenté à la Salle intime du Théâtre Prospero.

ALEJANDRO DE LEON coréalisateur et directeur de la photographie

Alejandro a débuté son parcours de cinéaste il y a neuf ans, après avoir été danseur professionnel pendant presque toute sa vie. Depuis, il collabore avec de nombreux chorégraphes, dramaturges, musiciens et compagnies artistiques. Il a collaboré en tant que directeur, éditeur et directeur de la photographie à différentes séries web et courts métrages diffusés par Télé-Québec, Discovery Channel, CTV et ICI Artv.  Parmi son travail récent, Alejandro a développé, en 2016, une série d’interventions éducatives pour des groupes de jeunes adolescents de la communauté autochtone Mixe, située à Oaxaca, au Mexique. Ce projet l’a conduit à la création du documentaire Musical Chairs, qui a obtenu le Prix du Jury au Agite y Sirva Dance Film Festival. Alejandro développe actuellement une création filmique avec Rhodnie Désir et une série vidéo avec le poète et artiste multimédia Kama La Mackerel. Il est ravi de se lancer dans cette nouvelle collaboration avec la réalisatrice Ana Pfeiffer et Parrêsia compagnie de création.

Happy Hour – le spectacle – du 11 au 20 mars 2021
Texte : Ana Pfeiffer Quiroz, Anna Beaupré Moulounda et Thomas Leblanc
Production : Parrêsia compagnie de création
Idéation et mise en scène : Ana Pfeiffer Quiroz
Conception de scénographie et de costume : Manon Guiraud
Conception d’éclairage : Nicola Dubois
Conception de son : Lost Boys (David Rancourt et Antoine Rochette)
Distribution : Anna Beaupré Moulounda et Thomas Leblanc

Happy Hour – la création filmique en vidéo sur demande – du 1er au 11 avril 2021
Réalisation : Ana Pfeiffer Quiroz et Alejandro De Leon
Direction de photographie et montage : Alejandro De Leon
Assistance à la direction de photographie et opérateur caméra : Jean-Marc Abela
Traduction et sous-titrage anglais : Mishka Lavigne

Billetterie : http://www.auxecuries.com