Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Vendredi 7 octobre, dans la magnifique salle Tudor du magasin Ogilvy, l’Orchestre de chambre I Musici de Montréal présentait César et Drana, un conte tzigane.

Julie Vincent, comédienne, nous livre avec brio les états d’âme de Drana. À l’aide d’un seul accessoire, un étui de violoncelle, très joliment décoré, représentant d’un côté, César, son cheval, et de l’autre, son mari, elle nous fait vivre des pans de la vie de Drana, la Romanichelle.

Depuis son enfance dans la roulotte qui venait du grand-père mais qui n’a jamais su tenir qui que ce soit bien au chaud à ses errances jusqu’aux Saintes-Maries-de-la-Mer, en passant par son grand amour pour Tischel, dompteur d’ours, son cheval César l’accompagne. « Un Rom sans cheval, ce n’est pas un Rom! »

Julie Vincent rend le verbe avec l’éclat d’une Tzigane, superbement soutenue par les cordes de l’ensemble I Musici dirigé par Yuli Turovsky.

Les nombreux et courts numéros musicaux qui accompagnent l’histoire ont été choisis par la compositrice Catherine Gadouas. Ils proviennent de chansons populaires et folkloriques de la Hongrie, de la Roumnanie, de la Russie et de l’Ukraine, des oeuvres des compositeurs classiques comme Béla Bartok (Hongrie), Aram Khatchatourian (Arménie) et Erwin Schulhoff (Tchécoslovaquie).

La pièce en un acte écrite par Isabelle Doré a connu un succès international.

Si vous travaillez centre-ville ou si vous pouvez vous y rendre, offrez-vous une heure de pur bonheur au prochain concert Ogilvy de I Musici.

l/2

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément