Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Du 31 octobre au 25 novembre 2006
Du mardi au vendredi à 20 h
Les samedis à 15 h et 20 h

INCENDIES
TEXTE ET MISE EN SCÈNE DEWAJDI MOUAWAD

Une présentation du Théâtre Abé carré cé carré ‡ Une création du Théâtre de Quat’Sous en coproduction avec le Festival de théâtre des Amériques, le Théâtre Ô Parleur, l’Hexagone,Scène nationale de Meylan, le Dôme Théâtre d’Albertville Scène conventionnée, Scène nationale d’Aubusson Théâtre Jean Lurçat, le Festival international des Francophonies en Limousin et le Théâtre 71 Scène nationale de Malakoff.

BRÛLANT SECRET
«S’il faut être brûlée, mieux vaut un incendie», disait déjà la dame aux camélias. Après Alexandre Dumas fils, voilà qu’un nouvel éclaireur, qu’un nouvel éveilleur de consciences et de coeurs animé d’un intense feu intérieur vient enflammer la scène du TNM. Et ce, au moment où l’on n’hésite pas, comme le disait Voltaire, à «brûler ses compatriotes pour des arguments». Auteur, metteur en scène, comédien, directeur de théâtre, romancier, réalisateur, Wajdi Mouawad grille les feux rouges et met en cendres les frontières entre les disciplines. Libanais d’origine, Français de formation, Montréalais d’adoption, il met en flammes tous les drapeaux et crée des mondes impurs et fascinants ; il accouche de fables allégoriques et de récits initiatiques dans lesquels l’on ne parvient chez soi qu’en passant par l’ailleurs. Avec Littoral, Rêves, Incendies et Forêts, il a embrasé les scènes d’Europe. Avec Don Quichotte et Les Trois Soeurs, présentés au TNM, il a consumé les lieux communs et les clichés attachés à ces œuvres afin de leur donner une nouvelle vie. Wajdi Mouawad est un incendiaire. Et toujours de fabuleux phénix renaissent de ses brasiers…

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU
Sans être une suite de Littoral, où un fils cherchait à donner une sépulture à son père, Incendies poursuit la réflexion sur l’origine. Une femme vient de mourir. Et aujourd’hui, en présence d’un notaire, elle ouvre l’accès à son silence et ses secrets, aux mystères douloureux d’une famille. Elle a laissé à ses jumeaux un cahier rouge, une veste en toile verte et deux enveloppes porteuses d’une demande lourde de conséquences : autant de boîtes de Pandore, sources de maux et de merveilles, dont le contenu entraînera Jeanne et Simon dans une odyssée initiatique vers un passé inconnu, vers un continent lointain, vers une seconde naissance. «L’enfance est un couteau planté dans la gorge. On ne le retire pas facilement. » Et si seuls les mots pouvaient arracher ce couteau sanglant et ainsi calmer la brûlure?…

WAJDI, RACONTE-NOUS UNE HISTOIRE POUR
QUE L’ON NE SE RACONTE PAS D’HISTOIRE

Oui, Wajdi Mouawad est un incendiaire. Brûlant de fièvre. De cette fièvre contagieuse que nous rêvons tous de contracter. Il est un conteur, un bonimenteur, un ensorceleur. Un vrai moulin à paroles. Un auteur qui nous permet de redécouvrir le plaisir simple de se faire raconter des histoires. Et il en arrive des choses dans une oeuvre de Mouawad, que ce soit au théâtre ou sous forme de roman! Ses oeuvres sont d’immenses bordels, de formidables foutoirs, des overdoses d’images-chocs et d’émotions contradictoires. Elles forment un tapis persan d’histoires entremêlées. Wajdi Mouawad n’explique rien : ni la guerre, ni les rapports mère-fils, père-fils, ni les terreurs de l’enfance, ni la nécessité de création, ni la part de courage qu’il faut pour parvenir à rompre et ainsi se retrouver.

Il tente seulement de mieux s’appartenir en élaborant des récits permettant la conquête de soi. Il a dans la tête un monde prodigieux et effroyable. Il ne saurait être question de le retenir ou le contraindre, car sa survie en dépend.

HISTOIRE D’UN GROUPE
Wajdi Mouawad l’a lui-même dit : «L’origine d’Incendies se construit dans la rage de dire l’inconcevable et dans la force des liens tissés. Au coeur de son processus de création, il y a une confiance. Une confiance faite à ce que
l’on raconte, plus qu’à ce que l’on dit. Pour l’atteindre il fallait prendre le temps.

À l’été 2002, les comédiens et les concepteurs se sont assis autour d’une table. Ils ont questionné le sens, personnel à chacun, de monter sur une scène pour y porter une parole, et celui de l’histoire qu’ils avaient décidé de raconter ensemble.

Et jusqu’au tout dernier mois les scènes ont été écrites à mesure des répétitions, mais il fallait avant en avoir ancré le sens dans le corps de chacun pour pouvoir se permettre de l’oublier et lui faire une confiance absolue. Pour pouvoir
garder jusqu’à la toute dernière minute la tête dans le guidon. Et faire de la rencontre avec le public un instant de clairvoyance.»

UNE PRÉSENCE TROP RARE
C’est avec un incommensurable plaisir que le TNM accueille à nouveau la grande Andrée Lachapelle, dont le feu sacré a nourri Incendies. Inoubliable Paprikouce dans Les oranges sont vertes de Claude Gauvreau, Andrée Lachapelle s’est faite trop rare sur la scène du TNM. Celle qui a pourtant marqué de sa présence quelques productions mythiques, de La Saga des poules mouillées de Jovette Marchessault aux Paravents de Jean Genet mis en scène par Brassard, revient enfin parmi nous pour la reprise de cette oeuvre-phare de Wajdi Mouawad, présentée pour la première fois à Montréal au Festival de théâtre des Amériques en 2003, reprise au Quat’Sous en 2004 et qui a arpenté depuis toutes les régions de France, semant partout l’émoi sur son passage.

Avec ANNICK BERGERON / ÉRIC BERNIER / GÉRALD GAGNON, REDA GUERINIK / ANDRÉE LACHAPELLE / MARIE-CLAUDE LANGLOIS /
ISABELLE LEBLANC / ISABELLE ROY / RICHARD THÉRIAULT ‡‡‡ Assistance à la mise en scène ALAIN ROY / Décor et costumes ISABELLE LARIVIÈRE / Éclairages ÉRIC CHAMPOUX / Direction musicale et conception sonore MICHEL F. CÔTÉ / Maquillages et coiffures ANGELO BARSETTI / Accessoires MARIE-EVE LEMIEUX / Direction de production MARYSE BEAUCHESNE / Régie ALEXANDRE BRUNET

‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡
AU THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE
84 rue Sainte-Catherine Ouest
métro Place des Arts

Réservations 514.866.8668 ou sur le site du TNM

‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡

‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡
WAJDI MOUAWAD AUX BELLES SOIRÉES
DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

Sous le thème Théâtre et Conflit, les Belles Soirées, en collaboration avec le TNM, vous convient à trois conférences percutantes. La série s’ouvrira le lundi 23 octobre à 19h30 avec Wajdi Mouawad. Suivront le 30 octobre et le 6 novembre,
deux autres conférences présentées tour à tour par Cécile Rousseau (Traumatisme et processus de guérison) et Philip Wickham (Théâtre et guerre :une longue fréquentation).
Informations : www.bellessoirees.umontreal.ca ‡ 514 343-2020

‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡‡
INCENDIES EN TOURNÉE – Hiver 2007
LONGUEUIL 26 janvier LAVAL 30 janvier
GATINEAU 2+3 février JOLIETTE 6 février
CHICOUTIMI 9 février TROIS-RIVIÈRES 13 février
DRUMMONDVILLE 15 février RIMOUSKI 17 février
SHERBROOKE 20 février