Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

cantatrice-chauveLA CANTATRICE CHAUVE 

suivie de LA LEÇON

DU 31 JANVIER AU 4 MARS 2017 

Pièces de Eugène Ionesco 

Mise en scène: Normand Chouinard 

avec Dorothée Berryman et Sylvie Drapeau, Carl Béchard, Luc Bourgeois,                 Rosine Chouinard-Chauveau, Rémy Girard, Danièle Lorain 

Accessoires Normand Blais Costumes Suzanne Harel Décors Jean Bard Éclairages Claude Accolas Maquillages Jacques-Lee Pelletier 

Musique Yves Morin Perruques et coiffures Rachel Tremblay

Assistance à la mise en scène Geneviève Lagacé 

Dès le 31 janvier, La cantatrice chauve et La leçon, d’Eugène Ionesco seront présentées au Théâtre du Rideau Vert, dans une mise en scène de Normand Chouinard. Vingt ans après avoir lui-même interprété ces textes sur cette même scène, il s’attaque à cet incontournable du théâtre de l’absurde. Reposant sur une distribution remarquable, c’est un plaisir à ne pas bouder en ce frileux début d’année ! 

Normand Chouinard, de l’interprète à la mise en scène

Il y a vingt ans de cela, en 1996, il incarnait sur la scène du Rideau Vert le pompier dans La cantatrice chauve et le professeur de La leçon. Aujourd’hui, c’est à lui qu’en revient la mise en scène dans laquelle il s’attachera à mettre en avant le texte. C’est d’ailleurs un exercice de haute voltige pour tout comédien qui s’y frotte et c’est pourquoi il s’est entouré d’une distribution impeccable. Dorothée Berryman et Carl Béchard incarneront les Smith, et les Martin seront quant à eux interprétés par Sylvie Drapeau et Luc Bourgeois. Danièle Lorain sera des deux pièces dans le rôle de la bonne, tout comme Rémy Girard qui, à l’instar de Normand Chouinard à l’époque, interprètera le pompier puis le professeur face à Rosine Chouinard-Chauveau, l’élève. 

Des pièces d’anthologie

Au théâtre, il y a un avant et un après Ionesco qui en propose une vision nouvelle, celle d’un théâtre sans références et plein d’humour. 

Ses deux premières pièces La Cantatrice chauve – sous-titrée anti-pièce – et La leçon – drame comique – en annoncent déjà la couleur! Ce théâtre hors-normes détourne les règles et explose les frontières d’un univers dramaturgique familier. Ces deux textes d’avant-garde devenus classiques marquent les débuts du théâtre de l’absurde. C’est pourquoi il est bon de les retrouver, en programme double. 

Le langage, cette étrange mécanique

Pour Ionesco, le langage est un lieu de contradiction, un outil redoutable car manipulable à souhait, une source d’aliénation pouvant mener jusqu’à la folie. Démontrant l’incapacité à communiquer des êtres, La cantatrice chauve décortique la société contemporaine par le truchement de dialogues sans queue ni tête. En détruisant le langage pour le reconstituer sous une autre forme, Ionesco en repousse les limites jusqu’à leur paroxysme : l’angoisse et la violence montent devant ce vide de l’existence. Dans notre monde obsédé par la communication et où, l’isolement est souvent grandissant, la pièce reste d’actualité. La même folie s’empare de La leçon, qui voit une jeune élève malmenée par le discours de son professeur qui perd tout contact avec la réalité. Dans cette joute verbale allant crescendo, la parole devient un instrument de pouvoir.

Au Théâtre du Rideau Vert                                                                                                         4664 rue Saint-Denis  (métro Mont-Royal ou Laurier) 

Billetterie : 514.844.1793 ou http://www.rideauvert.qc.ca