Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 29, 31 janvier et 2 février 2013


LA CHAUVE-SOURIS
de Johann Strauss fils

Distribution
Gabriel, Marc Hervieux, ténor
Rosaline, Caroline Bleau, soprano
Adèle, Marianne Lambert, soprano
Falke, Dominique Côté, baryton
Frank, Alexandre Sylvestre, baryton-basse
Alfred, Thomas MacLeay, ténor
Prince Orlofsky, Emma Parkinson, mezzo-soprano
Frosch, Martin Drainville, comédien
Blind, Aaron Ferguson, ténor
Ida, Jonathan Bédard, baryton
Joséphine Baker, Chantale Nurse, soprano
Mise en scène, Oriol Tomas
Chef d’orchestre, Thimothy Vernon
Décors, Richard Roberts
Costumes, Angus Strathie
Éclairages, Anne-Catherine Simard-Deraspe
Chef de choeur, Claude Webster

L’histoire

Condamné à passer quelques jours en prison, Gabriel décide d’aller faire d’abord un tour au bal masqué du Prince Orlofsky. Sa femme Rosaline s’y retrouve aussi, de même que sa servante Adèle, ainsi que le directeur de la prison Frank… Coïncidence? Non : c’est un plan organisé par Falke pour se venger de Gabriel qui l’a ridiculisé autrefois. Au cours de ce bal échevelé, personne n’est tout à fait lui-même : Gabriel est ridiculisé par une jeune actrice, qui n’est autre qu’Adèle… il entame une conversatio avec un noble chevalier, sous le masque duquel se cache son geôlier Frank… et il séduit une mystérieuse comtesse hongroise qui est en fait sa femme Rosaline! Tout le monde flirte, tout le monde ment, tout le monde danse… et tout le monde se retrouve en prison. Mais personne n’est vraiment puni, puisqu’il n’y a qu’un seul coupable : le champagne!

CRITIQUE

C’est dans un ravissant décor art déco que se déroule La chauve-souris, dans une atmosphère de divertissement sans fin. Le décor est campé à Montréal dans les années 30 où l’on voit la croix du Mont-Royal briller à la fenêtre et les lumières du «red light district» y clignoter momentanément. Le krach boursier est bien oublié et les costumes le prouvent bien.

Pas de drame réel dans une opérette, même les scènes où l’on peut croire que Rosaline trompe Gabriel sont traitées avec une certaine désinvolture, comme dans un vaudeville. Les voix sont claires et les dialogues davantage parlés que chantés, bien que Rosaline fasse de jolies vocalises. Tous les chanteurs évoluent très bien sur la scène, élaborent même quelques pas de danse, sans que cela ne nuise à leur performance.

La musique de Johann Strauss, surnommé le roi de la valse, occupe toute la place. Elle nous entraîne tantôt dans une valse, tantôt dans une polka ou encore dans une quadrille et confère légèreté au spectacle. Une oeuvre aussi légère que le champagne qui coule à flot.


0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

BLOGUES
Actualités lyriques : animé par Pierre Vachon
Mode de vie : animé par Geneviève Émond, propriétaire du spa bota bota, Jean-François Lamarche, directeur de programmation, Cinéma du Parc, Carl Coppens, écrivain et directeur de création, agence brad, et Christian Bélanger, designer.
Sur operademontreal.com

ESPACE.MU
Dans le but de favoriser l’accès à l’opéra pour tous et de bonifier l’expérience, l’Opéra de Montréal a conclu une entente avec Radio-Canada pour la diffusion d’extraits d’opéra sur le site Espace.mu et accessible via une console web sur le site de l’Opéra de Montréal. Les internautes ont ainsi accès en tout temps à tout un catalogue d’extraits d’opéras.

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 2012-2013

Tous les opéras sont présentés en langue originelle, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.

SALLE WILFRID-PELLETIER DE LA PLACE DES ARTS
HEGGIE – Dead Man Walking | 9, 12, 14, 16 mars 2013 à 19 h 30
MASSENET – Manon | 18, 21, 23, 25 mai 2013 à 19 h 30

MONUMENT-NATIONAL
Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal
MENOTTI – The Old Maid and the Thief + Amahl et les visiteurs du soir | 13, 16, 18 et 20 avril 2013 à 19 h 30

BILLETS
à l’unité à partir de 50 $ ; abonnements à partir de 157 $
18-30 ans : 30$ le billet avec un minimum de 2 opéras.

Billetterie : OdM (514) 985-2258 / PdA (514) 842-2112 / ou operademontreal.com

Prochain rendez-vous : Dead Man Walking de Jake Heggie
En grande première québécoise, une oeuvre phare et forte de l’opéra d’aujourd’hui d’après le film éponyme
les 9, 12, 14 et 16 mars 2013, 19 h 30
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

L’OPÉRA DE MONTRÉAL
Fondé en 1980 et basé à Montréal, l’Opéra de Montréal est la plus importante maison lyrique en Amérique du Nord. L’an dernier, plus de 54 000 spectateurs ont franchi les portes de l’Opéra de Montréal dirigé par son directeur général Pierre Dufour et son directeur artistique, Michel Beaulac. Sa saison comprend quatre à cinq opéras, un concert de l’Atelier lyrique, un Gala et de nombreuses activités de démocratisation. L’Opéra est un acteur de premier plan dans le développement économique, culturel et social puisque, chaque saison, il entretient des relations avec plus de 360 entreprises d’ici et embauche plus de 800 artistes et artisans. Près de 80 % des artistes qui s’y produisent sont Canadiens.