Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Le lundi, 19 décembre 2005 à 20 h

Pourquoi Dieu n’a-t-il pas laissé de message sur mon répondeur ?
Combien de temps une pierre peut-elle cesser de respirer ?
Qui a tué la mer morte ?
Combien font bleu fois terre divisé par joie ?

Il est possible que vous trouviez la réponse à ces questions lors de ce spectacle!!!

Ce qui est sûr, c’est que ce sera la dernière occasion d’entendre les conteurs au Sarajevo cette année.

Aux commandes : les conteurs des Productions Cormoran

FX Liagre, auteur/conteur « tombé dans le conte » tel Obélix dans sa marmite de potion magique, mêle les genres avec bonheur : noir, fantastique, urbain, traditionnel, psychotique…

Julie Turconi, auteur/conteuse, vous emportera dans son monde de rêves et de fantasmes, émouvant et sensuel, sensible et cruel, mais toujours profondment féminin…

Yves Robitaille, poète lunaire qui affectionne particulièrement les ambiances poétiques et les contes qui nous communiquent une sagesse universelle, dans le rire ou l’émotion.

Éric Gauthier, un homme qui cultive ses obsessions et se fait un plaisir de les partager : ce qui aurait pu se passer, ce qui se passera, et ce qui s’est passé sans que personne ne s’en soit aperçu.

Au Café Sarajevo
2080 rue Clark, Montréal
Tél : (514) 284-5629

Entrée libre et contribution volontaire suggérée de 5 à 10 $

Spectacle possiblement diffusé sur CIBL 101,5 FM (mercredi à 19 h, « Aux portes du conte »)
et Québec Radio sur www.lequebecois.org/quebecradio (mardi à 22 h, « La soirée du conte »)

Réactions en chaîne :

Sur un collectif des Productions Cormoran (« On règle nos contes ! ») :
« (…) Par ailleurs, je dois vous avouer que la représentation de jeudi soir m’a fortement impressionné. En quelque cinquante ans et plus, j’ai assisté à des dizaines, voire des centaines de spectacles, en Amérique comme en Europe. Rarement en ai-je vu de cette qualité et aussi de cette aimable simplicité.
Merci encore. »
C. Sutto, professeur à l’Université de Montréal – 18 novembre 2005

« Merci au propriétaire du sympathique Café Sarajevo, Osman Koulenovitch d’offrir le micro de son établissement.
(…) Une telle soirée de contes, poétiques ou coquins, nous amène dans l’imaginaire de ces artistes qui font ainsi revivre un art plutôt méconnu mais combien agréable à écouter. Une soirée à recommander. »
Article de Michel Parent, http://quebecpop.com, 15 décembre 2004

« (…) Inspirant pourtant, ce Café Sarajevo. Dans son coin sombre de la rue Clark, j’ai l’impression d’y côtoyer les derniers vestiges du Red Light montréalais.
Pas très loin de la Place des Arts mais à ses antipodes, on y boit du vin blanc en écoutant (…) conter (…) Cette semaine, je me suis pointée au mardi du conte. Ça tombait bien. J’adore me faire raconter des histoires à dormir debout. Ces contes venaient d’ailleurs ou d’ici, d’aujourd’hui ou d’hier (…)
Et vive le charme discret de ceux qui ne font pas partie des happy few dont tout le monde parle, de ceux que Guy A. Lepage n’invitera pas sur son plateau. De ceux, en somme, avec qui je placote à l’entracte entre deux verres de vin et qui causent d’art avec des yeux brillants (…)
À un de ces quatre (…)
Mais n’en parlez à personne, surtout… »
Article d’Odile Tremblay, Le Devoir, 18 et 19 septembre 2004