Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

OPÉRA DE MONTRÉAL,
30 ANS ET ENCORE L’ENCHANTEMENT

Les 7, 11, 14, 16, 19 novembre 2009 à 20 h & 21 novembre 2009 à 14 h


LA FLÛTE ENCHANTÉE
de Wolfgang Amadeus Mozart

C’est littéralement l’enchantement que l’Opéra de Montréal offre à tous les amants de la musique de Mozart en présentant un de ses grands classiques, La flûte enchantée . Une distribution rêvée et presque entièrement canadienne fera rayonner cette œuvre exquise qui promet immanquablement la magie, le rire, le mystère et l’émerveillement. La soprano Karina Gauvin offre à la compagnie sa première Pamina, et la soprano colorature Aline Kutan reprend son rôle de La reine de la Nuit devenu une signature internationale. Leurs vis-à-vis masculins, le ténor John Tessier (Tamino), le baryton Aaron St.Clair Nicholson (Papageno) et la basse Reinhard Hagen (Sarastro) complètent la distribution de cette production du San Francisco Opera.

Dans la fosse, l’Orchestre Métropolitain et le Choeur de l’Opéra de Montréal seront dirigés par le Québécois Alain Trudel. Le metteur en scène canadien Kelly Robinson, rompu aux œuvres lyriques et théâtrales, mettra en lumière l’univers fantastique aux nombreux symboles de l’œuvre de Mozart. La conception des décors et des costumes est signée David Hockney et les éclairages, Anne-Catherine Simard-Deraspe.

Die Zauberflöte (littéralement: « La flûte magique », ou plutôt « ayant un pouvoir d’enchantement »), est un opéra (Singspiel) en deux actes, donné en allemand sur un livret d’Emanuel Schikaneder (1751-1812), acteur, metteur en scène et directeur du Theater auf der Wieden de Vienne. Il programma dans son théâtre plusieurs opéras de Mozart, et c’est lui qui avait convaincu le grand Wolfgang d’écrire pour son théâtre populaire de la banlieue de Vienne La flûte enchantée.

Conte symbolique, baignant dans un univers féerique et fantastique avec son oiseleur, ses clochettes magiques et sa mythique Reine de la Nuit, La flûte enchantée est considéré, à raison, comme le plus populaire des opéras de Mozart. La flûte enchantée allie la forme populaire du Singspiel, faisant alterner les dialogues parlés et le chant, et, au travers d’un canevas unissant trame franc-maçonnique (cet aspect fait encore aujourd’hui la controverse) et épisodes comiques, concilie musique savante, musique populaire et une grande variété de styles. Épisodes chorals, instrumentation riche et singulière, airs et duos de virtuosité légendaires, atmosphères où se succèdent habilement légèreté, rire, tristesse et folie, on peut s’étonner que l’œuvre ait été écrite en deux semaines, et se désoler que La flûte enchantée ait été le dernier opéra de Mozart, qui s’éteignait deux mois après la première… L’opéra, qui gagna en popularité au fil des reprises, connut sa 100e représentation en novembre 1792.

A R G U M E N T
Le prince Tamino, menacé par un énorme serpent, est sauvé par trois dames voilées. Arrive l’oiseleur Papageno qui, se prétendant être le sauveur, se fait poser un cadenas sur la bouche par les dames. Celles-ci montrent à Tamino le portrait d’une jeune femme, Pamina, fille de la Reine de la Nuit. Il s’en éprend aussitôt. La Reine donne pour mission au prince de sauver sa fille, prisonnière de Sarastro, le grand-prêtre d’Isis et Osiris. S’il y parvient, il pourra l’épouser.

Accompagné de Papageno, il se met à la recherche du palais de Sarastro. Pour les aider dans leur combat contre les forces maléfiques, ils reçoivent l’un une flûte enchantée, l’autre des clochettes magiques. Mais la Reine de la Nuit se révèle être l’incarnation du Mal et Sarastro un gardien du Bien. Tamino doit affronter de nombreuses épreuves – garder le silence, traverser l’eau et le feu – avant d’être initié au culte sacré et de retrouver Pamina. Quant à Papageno, il échouera sur la voie de la sagesse mais trouvera néanmoins sa Papagena.

Genre : Singspiel (opéra comique)
Structure : En deux actes
Langue : En allemand avec surtitres français et anglais
Livret : Emanuel Schikaneder (d’après Lulu ou la flûte enchantée de Christoph Martin Wieland)
Création : Vienne, Theater auf der Wieden, le 30 septembre 1791
Production : San Francisco Opera
Dernière production à la compagnie : mars 2003

DISTRIBUTION
Tamino
John Tessier
, ténor (Canada)
Sur les scènes internationales de l’opéra, du concert et du récital, John Tessier retient l’attention et s’attire des éloges pour la beauté et la franchise de sa voix, son style raffiné et sa grande polyvalence. Il a travaillé sous la baguette de plusieurs chefs renommés et paru sur des scènes prestigieuses telles le New York City Opera, l’Edmonton Opera, l’Austin Lyric Opera, l’Opéra de Québec, le Glimmerglass Opera, le Calgary Opera, le Vancouver Opera, Opera Lyra Ottawa, l’Arizona Opera, l’Opéra de Montréal et l’Opera Company of Philadelphia. Au cours de la saison 2008-2009, il s’est produit notamment dans les rôles d’Almaviva (Le barbier de Séville) au English National Opera, le Pilote (Le vaisseau fantôme) au Royal Opera House-Covent Garden, ainsi que Tamino (La flûte enchantée) à Opéra Lyra Ottawa. Dernière présence à l’OdM : Don Giovanni (2007)

Pamina
Karina Gauvin
, soprano (Canada)
Karina Gauvin impressionne tant les spectateurs que les critiques avec son timbre somptueux, sa musicalité et la grande étendue de son registre. Son répertoire va de Jean-Sébastien Bach à Luciano Berio. Parmi les moments forts de sa carrière figurent le Requiem de Mozart et le Magnificat de Bach avec le Chicago Symphony, la Messe en si mineur de Bach au Carnegie Hall, Iole (Hercules) avec l’Akademie für alte Musik de Berlin, Eurydice (Orphée et Eurydice) avec Les Violons du Roy, de même que le rôle-titre d’Alcina avec le Gabrieli Consort. Elle a remporté des Prix Juno en 2001 et 2003, pour ses enregistrements de Silete venti / Apollo e Dafne et du Requiem de Mozart ; par ailleurs, son Ariadne sur étiquette CPO a été en nomination pour un Grammy Award en 2006. Dernière présence à l’OdM : Les pêcheurs de perles (2008)

Papageno
Aaron St. Clair Nicholson
, baryton (Canada)
Cet artiste de premier plan a recueilli des éloges pour ses dons vocaux et pour l’intégrité dramatique de ses interprétations. Au cours des dernières saisons, il fut plus particulièrement remarqué pour les rôles de Schaunard (La bohème) et Papageno (La flûte enchantée) au Metropolitan Opera, Figaro (Le barbier de Séville) au Glimmerglass Opera, Don Giovanni à l’Opéra de Montréal et au New York City Opera, et Valentin (Faust) au Vancouver Opera. En 2008-2009, il a chanté Athanaël (Thaïs) au Pacific Opera Victoria, Frédéric (Lakmé) et le Comte (Les noces de Figaro) au Florida Grand Opera ainsi que Figaro (Le barbier de Séville) au Calgary Opera. Ses engagements pour 2009-2010 : le Pirate King (Pirates of Penzance) au Edmonton Opera, le Comte Almaviva (Le nozze di Figaro) à Vancouver et Ping (Turandot) à Opéra Lyra Ottawa. Dernière présence à l’OdM : Le barbier de Séville (2008)

La Reine de la nuit
Aline Kutan
, soprano (Canada)
Faisant carrière à la fois en Europe et en Amérique, elle est étroitement associée aux rôles de Lakmé et de la Reine de la nuit (La flûte enchantée), rôles qu’elle a chantés dans des compagnies comme l’Opéra d’Avignon, l’Opéra de Toulon, l’Opéra de Montréal, le Michigan Opera Theatre, l’Opéra de Tours, le New York City Opera et l’Opéra de Québec. Elle a aussi à son répertoire Zerbinetta (Ariane à Naxos), qu’elle a chanté au Théâtre du Capitole de Toulouse, au Teatro San Carlo de Naples et à l’Opéra de Montréal, Olympia (Les contes d’Hoffmann) à l’Opéra Royal de Wallonie et au Grand Théâtre de Genève, une Fille-Fleur (Parsifal) à l’Opéra de Paris-Bastille et Semele (Europa riconosciuta) à La Scala. Dernière présence à l’OdM : Le Gala (2007)

Sarastro
Reinhard Hagen
, basse (Allemagne)
Reinhard Hagen est en train de devenir rapidement un pilier de quelques-unes des plus grandes maisons d’opéra et des meilleurs orchestres. Les moments forts de sa carrière comprennent entre autres Sarastro (La flûte enchantée) aux opéras de Hambourg et de Munich, au Teatre Liceu de Barcelone, au Los Angeles Opera, à l’Opéra National de Paris-Bastille et au Metropolitan Opera ; Rocco (Fidelio) au Festival de Glyndebourne, au Dallas Opera et au San Diego Opera ; Fasolt (Das Rheingold) et Hunding (
Die Walküre
) au San Francisco Opera ; et enfin le Roi (Aida) au Metropolitan Opera. Il est à l’aise également au concert et dans les studios, ayant enregistré notamment Sarastro sur étiquette Erato et plusieurs cantates de Bach pour la marque DGG Archiv. Débuts à l’OdM

Chef d’orchestre
Alain Trudel
(Canada)
Alain Trudel jouit d’une réputation de musicien hors-pair. Chef titulaire du CBC Radio Orchestra et principal chef invité du Victoria Symphony Orchestra, il est également le chef du Toronto Symphony Youth Orchestra, en plus d’être directeur musical et chef de l’Orchestre symphonique de Laval. Il a été invité à diriger de nombreux orchestres ici et ailleurs, parmi lesquels le Toronto Symphony Orchestra, le Vancouver Symphony Orchestra, l’orchestre du Centre National des Arts, Les Violons du Roy, l’Orchestre Métropolitain, le City Chamber Orchestra of Hong Kong, l’Orquestra Sinfonica de Guatemala, le Tokyo Metropolitan Chamber Orchestra, le Northern Sinfonia au Royaume-Uni et l’Orchestre de Saint-Pétersbourg. Débuts à l’OdM

Metteur en scène
Kelly Robinson
(Canada)
Directeur du programme « Opera as Theatre » et directeur du théâtre du Centre d’art de Banff, Kelly Robinson mène une carrière qui couvre l’opéra, le théâtre, le cinéma et la télévision. Parmi ses réalisations, on note Les pêcheurs de perles, Eugène Onéguine, The Turn of the Screw et La Cenerentola, à Edmonton, Victoria, Calgary, Winnipeg et Vancouver, de même que les premières mondiales de Filumena et Frobisher à Calgary, en plus de remarquables productions de The Sound of Music et Guys and Dolls au Festival de Stratford. Aux États-Unis, il a dirigé des productions très applaudies de La flûte enchantée, La bohème et La belle Hélène pour des maisons d’opéra à Dallas, en Utah, à Portland et en Arizona. Débuts à l’OdM

Décors et costumes
David Hockney
(Royaume-Uni)
L’œuvre de David Hockney comprend des tableaux, des portraits, des photographies, des illustrations pour des magazines, des livres, des films et des vidéos, mais aussi plusieurs célèbres séries de gravures et d’autres créations réalisées avec l’aide de l’ordinateur. Il commence à créer pour la scène en 1986, réalisant des décors et des costumes pour le Royal Court Theatre de Londres. Il a conçu des productions de The Rake’s Progress, La femme sans ombre, L’enfant et les sortilèges, La flûte enchantée, Tristan und Isolde, Le rossignol et Les mamelles de Tirésias pour de nombreuses compagnies incluant Glyndebourne, le Royal Opera House, le Metropolitan Opera, le Lyric Opera de Chicago et le San Francisco Opera. Débuts à l’OdM

Éclairages
Anne-Catherine Simard-Derespe
(Canada)
Au théâtre, elle a conçu les éclairages pour Les fourberies de Scapin (Théâtre Denise-Pelletier), Le caillou de saturne (Théâtre du p’tit loup), Le père Léonidas et la Réaction (Montreal Arts Interculturel), Ce fou de Platonov (Théâtre Prospero); Molière en hiver (Bain St-Michel) et Théâtre sans animaux (Théâtre La Licorne) À l’opéra, elle a réalisé les éclairages pour Il tabarro/Suor Angelica (Opéra de Montréal, 2006) et était assistante aux éclairages pour Thaïs (Palm Beach Opera). Directrice technique et conceptrice pour I Musici de Montréal, elle est présentement directrice technique au Centre d’Arts Orford. Dernière présence à la compagnie : Lucia di Lammermoor (2009)

À la Salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou
www.laplacedesarts.com

Billets à partir de 48 $.

PréOpéra – conférence sur l’œuvre, donnée par le musicologue Pierre Vachon avant chaque représentation, à 18 h 45 (soirée) ou 12 h 45 (matinée), au Piano Nobile de la PDA.

MétrOpéra – consacré entièrement aux apprentis chanteurs d’Apéro à l’opéra : les usagers de la STM pourront les entendre et faire connaissance avec eux. Présenté à la station Berri-UQAM, le mercredi 4 novembre à 16 h 45, à l’extérieur des tourniquets. Une collaboration STM.

Opéra de Montréal | Saison 0910
Tous les opéras sont présentés en langue originelle, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts (PDA)
Le Gala | 14e édition, le 6 décembre 2009 à 14 h
Puccini – Tosca | PRODUCTION 30e ANNIVERSAIRE – 30 janvier, 3, 6, 8, 11 février 2010 à 20 h & 13 février 2010 à 14 h
Verdi – Simon Boccanegra | 13, 17, 20, 22, 25 mars 2010 à 20 h
Massenet – Cendrillon | 22, 26, 29, 31 mai 2010 & 3 juin 2010 à 20 h

Monument-National
Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal

Gagnon-Tremblay – Nelligan | 6, 8, 10, 11 mars 2010 à 20 h & 13 mars 2010 à 14 h

Abonnement pour les 18 à 30 ans : La banque td t’emmène à l’opéra
Grâce au soutien de TD Canada Trust, l’Opéra de Montréal poursuit son offre spéciale d’abonnement destinée aux jeunes de 18 à 30 ans : 30 $ le billet avec l’abonnement ! Achat minimal requis de deux opéras de la saison régulière. Abonnements offerts dès le 10 août 2009 à la billetterie de l’Opéra de Montréal, et dès le 9 octobre 2009 à la billetterie de la Place des Arts.

www.operademontreal.com pour obtenir plus de renseignements sur les productions, les événements spéciaux et les programmes éducatifs, les formules d’abonnement, le prix des billets simples et de groupe, les forfaits PRIMA et corporatifs.