Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Drame de 105 minutes, écrit et réalisé par Niki Caro et Witi Ihimaera sous le titre original The Whale Rider. Int. : Kiesha Castle-Hughes, Rawiri Paratene,Vicky Haughton, Cliff Curtis, Grant Roa, Mana Taumaunu, Rachel House, Taungaroa Emile, Tammy Davis, Mabel Warekawa-Butt, Rawinia Clarke, Tahei Simpson, Roi Taimana, Elizabeth Skeen, Tyronne White.

Dans un petit village côtier de Nouvelle-Zélande, la tradition veut qu’à chaque génération, un des fils du Chef prenne la relève de son père dans la tribu. Koro est le Chef actuel du village. La femme de Porourangi, son fils aîné, donne naissance à des jumeaux, un garçon et une fille, mais elle meurt en accouchant du garçon. La fille survivante est nommée Pai. Rongé par la tristesse, Porourangi abandonne sa fille à Koro et quitte le village. Il revient douze ans plus tard mais brise rapidement les espoirs de Koro de le voir lui succéder à la tête du village. Pendant ce temps, au plus profond de l’océan, des baleines, se sentant attirées par la présence de Pai, viennent s’échouer en grand nombre sur la plage, laissant croire à Koro que sa tribu est vouée à une fin apocalyptique. Le chevaucheur de baleines se prépare à faire l’ultime sacrifice pour sauver son peuple.

Koro initie les jeunes garçons aux rites sacrés du savoir: l’art des chants ancestraux, les danses des guerriers et la pratique des arts martiaux pour tenter de se trouver un successeur.

Il ignore complètement sa petite fille, comme si elle n’était pas de sa lignée. La grand-mère de Pai lui suggère de demander à son oncle, le second fils de Koro, de l’initier en secret à tous les rituels importants de la tribu.

Lorsque les baleines s’échouent sur la plage, c’est Pai qui réussit à les entraîner vers le large grâce à ses chants, chevauchant une baleine tout comme son ancêtre. Elle deviendra par la force des choses, le nouveau Chef de la tribu Ngati Konok.

Une histoire finalement banale tellement elle se reproduit partout au monde mais avec une fin différente puisqu’on acceptera qu’une femme devienne chef Maori.

Les paysages sont magnifiques, les prises de vue des baleines sous l’eau, superbes. Dommage que l’histoire ne décolle pas vraiment.

Critique d’Uparathi

** 1/2
0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément