Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Jusqu’au 4 février 2006
Matinée les samedis à 16 h

Adaptation et mise en scène du roman de Romain Gary par André Melançon

Avec Maxim Gaudette, Patrick Goyette, Sharon Ibgui, Andrée Lachapelle, Paul Savoie, Gabriel Favreau /Aliocha Schneider

Assistance à la mise en scène et régie : Manon Bouchard
Scénographie : Guillaume Lord
Lumières : Éric Champoux
Costumes : Ginette Noiseux
Musique : Catherine Gadouas
Accessoires : Normand Blais
Maquillage : Jacques-Lee Pelletier

Depuis son enfance sur les routes de l’exil jusqu’à la Libération, conduit par une mère à la confiance inébranlable, l’écrivain Romain Gary se raconte. « …Ma mère avait du talent et je ne m’en suis jamais remis. »

Sur seul décor d’une plage avec promenade de bois, Romain Gary raconte son enfance, les aspirations les plus grandioses dont sa mère, Nina, l’imprègne dès son jeune âge. Elle le voit ambassadeur, écrivain, danseur. Peu importe, Romain aura un magnifique destin; elle en est certaine et on sent que sa ferveur le portera là où il réussira.

André Lachapelle rend à merveille, avec juste ce qu’il faut d’exaltation, la dévotion excessive de Nina pour ce fils qu’elle adore.

Patrick Goyette, dans le rôle de Romain Gary-narrateur, dit le texte avec une certaine monotonie dans la voix qui m’a d’abord agacée mais qui, finalement, m’a fait oublier le personnage sur scène pour n’entendre que ses mots et laisser toute latitude à mon imagination.

Maxime Gaudette, dans le rôle de Romain Gary-adulte donne la réplique avec un peu moins d’émotion que je l’aurais souhaité.

Aliocha Schneider, dans le rôle de Romain Gary-enfant joue avec une très grande aisance et crédibilité.

La maîtrise de Paul Savoie se fait sentir à chacune de ses répliques et la fraîcheur de Sharon Ibgui trouve son espace.

J’ai particulièrement aimé l’utilisation des rares accessoires qui nous ont fait passer de pays en pays tout en douceur : de la Californie à la côte d’Azur en passant par la Russie. Les quelques courts extraits de piano et de violon étaient placés parfaitement, soutenant une scène sans jamais envahir l’espace.

Que la trinité des Gary se retrouve sur scène en même temps ajoute une autre dimension à la pièce. À croire vraiment que le temps n’est pas linéaire!

André Melançon a réussi une adaptation très émouvante d’un texte magnifique.

À l’ESPACE GO
4890, boulevard Saint-Laurent (métro Laurier)

Tarif régulier : 28 $ taxes incluses

Billetterie : (514) 845-4890 Admission : (514) 790-1245 1-800-361-4595 ou sur le site

1/2

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément