Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Pierre travaille dans un hôtel de villégiature très populaire. Il est responsable du bon fonctionnement de tous les équipements, les répare s’il le peut et donne à contrat au besoin. Il aime son travail et apprécie de passer des journées à travailler à l’extérieur.

Les jolis yeux de Martine, la jeune comptable, lui plaisent mais il est timide. Enfin il l’invite dans un petit restaurant. Il lui raconte son amour pour les animaux, les grands espaces. Il n’aime rien de mieux que de rouler sur sa moto. Ils se voient quelque temps mais ils ne parlent pas le même langage. Lui parle de liberté, elle des dernières modes.

Pas de chance, lors d’une randonnée, la moto tombe en panne. Martine appelle son papa qui vient les chercher et les ramène à la maison, la moto dans la boîte du camion.

On invite Pierre à casser la croûte avec la famille. Claudette, l’aînée, est curieuse de ce gars à moto. Elle s’inquiète de sa petite sœur. Elle pose beaucoup de questions et les réponses de Pierre les entraînent dans des discussions à chaque sujet abordé. Leurs opinions sont bien différentes mais la conversation ne tarit pas entre eux.

Quelques semaines passent et toutes les répliques de la grande sœur trottent dans l’esprit de Pierre.
« Décidément, une tête forte cette Claudette! » Certaines de ses réponses l’agacent encore. Il a envie de poursuivre cette conversation interrompue trop tôt.

Ils se revoient et il ne manque jamais de piquant dans leurs conversations; ils ne rendent pas les armes facilement, ni l’un ni l’autre. Ils ressentent le besoin de se voir et d’échanger continuellement. Enfin, ils réalisent qu’ils sont amoureux.

Dix-sept ans plus tard, ils ont deux beaux enfants, Alexandre et Stéphanie, une grande maison avec beaucoup d’espace autour, de nombreux chiens et un traîneau pour des randonnées l’hiver.

Au dernier Noël, les enfants ont acheté un collier et des boucles d’oreilles à leur mère et ont dit à Pierre : «Il ne lui manque plus qu’une bague».

Quand j’ai entendu Pierre dire : «Je marie ma femme!», j’ai entendu à travers ses mots tout simples, la reconnaissance d’un amour qui occupe toute sa vie.

La fête aura lieu en août, à la saison des fruits mûrs.