Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

LE CHEMIN DES
PASSES-DANGEREUSES

Du 14 février au 24 mars 2018

TEXTE MICHEL MARC BOUCHARD
MISE EN SCÈNE MARTINE BEAULNE
AVEC MAXIME DENOMMÉE, FÉLIX‐ANTOINE DUVAL, ALEXANDRE GOYETTE
CONCEPTEURS : NORMAND BLAIS, LUDOVIC BONNIER, DANIEL FORTIN, CLAUDE GOYETTE, YVES LABELLE, GUY SIMARD

Résumé

Quelques heures avant le mariage du plus jeune, trois frères qui se rendaient au camp de pêche familial se retrouvent isolés à la suite d’un accident de la route. Pour Carl, Ambroise et Victor, éloignés au quotidien tant géographiquement que culturellement, un lien étroit résiste : le mutisme autour de la mort de leur père. Aujourd’hui, au bord du Chemin des Passes-Dangereuses, à l’endroit où leur père est disparu quinze ans auparavant, ils attendent les secours. Contraints à un huis clos imprévu, ils plongent dans leurs souvenirs d’enfance et leurs mensonges d’adultes, affrontent fantômes et blessures, jusqu’à atteindre le secret qui les hante. Une cérémonie des aveux brutale, définitive et terriblement humaine.

CRITIQUE
Pour tout décor, une falaise abrupte tout aussi grise que le bout de route qui y passe, avec quelques projections de verdure en fond de scène. Loin de se sentir sur une route dans la forêt, on a plutôt l’impression d’être devant une route effondrée où les trois frères attendent du secours. C’est le jour de mariage de Carl, le benjamin mais, Victor, l’aîné, a convaincu les deux plus jeunes de venir voir son camp de pêche avant la cérémonie. Évidemment, Carl est troublé parce que sa fiancée Lucie l’attend à l’église tandis qu’Ambroise pense à son amoureux qui se meurt du sida. Comme l’attente est longue, les frères se remémorent l’accident qui a coûté la vie à leur père, au même endroit, il y a des années. Ils vivent dans des univers bien différents et font face à la vie avec des sensibilités qui ne se ressemblent en rien. Trois frères qui n’ont pas beaucoup en commun, sinon que d’êtres nés du même père dont ils répètent à tout instant un  poème de sa plume. Chaque interprète rend son rôle adéquatement mais, même s’il y a quelques moments de tendresse entre eux, la pièce, pourtant jouée à travers le monde, ne m’a absolument pas émue. Le décor froid n’a certainement pas aidé.

***

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts
http://www.duceppe.com
ou billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou http://www.laplacedesarts.com