Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 5, 7, 9, 10 et 12 mars 2011 à 20 h


LE CONSUL
de Gian Carlo Menotti

au Monument-National
D’UNE ACTUALITÉ BRÛLANTE

26e saison / 2010-2011
Une nouvelle production de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, en collaboration avec l’École nationale de théâtre du Canada, le Monument-National et l’Orchestre de chambre McGill.

Pour une septième saison, les chanteurs de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal présentent leur production, en collaboration avec l’École nationale de théâtre du Canada, le Monument-National et l’Orchestre de chambre McGill (une première collaboration). L’oeuvre choisie : Le Consul de Gian Carlo Menotti, un opéra du 20e siècle qui garde toute sa pertinence au 21e. Héros épris de liberté forcés de fuir une police secrète impitoyable, étrangers se languissant dans l’anonyme salle d’attente d’un consulat, humains se heurtant à une bureaucratie froide et lourde : les thèmes abordés conservent encore aujourd’hui leur impact. À la fois revendicateur et idéaliste, l’opéra de Menotti convient tout à fait à de jeunes artistes pleins de fougue ! Le Consul est présenté les 5, 7, 9, 10 et 12 mars 2011 à 20 h au Monument-National dans un arrangement pour quintette à corde, clarinette et piano.

Aux stagiaires de cette année se joignent trois « anciens », la soprano Caroline Bleau, le baryton Étienne Dupuis, qui vient tout juste de triompher en Europe dans le rôle de Figaro du Barbier de Séville ainsi que le baryton Roy Del Valle. La distribution est complétée par la mezzo Christianne Bélanger et sept des chanteurs actuels de l’Atelier. La mise en scène a été confiée à un autre finissant de l’Atelier, Oriol Tomas, qui a charmé les critiques de l’Ouest canadien, en 2010, avec sa vision de Rodelinda de Handel au Pacific Opera Victoria. Le chef Claude Webster dirigera des musiciens de l’Orchestre de chambre McGill dans une toute nouvelle transcription de l’oeuvre pour quintette à cordes, piano (Jérémie Pelletier) et clarinette, ce qui donne à l’événement le caractère d’une première mondiale !

MENOTTI : ÉCLECTISME ET HUMANISME

« Voici où nous en sommes rendus : l’homme refuse le monde à l’homme », s’exclame Magda, l’héroïne de cet opéra. Les frontières, l’exil… Le compositeur du Consul sait de quoi il parle, lui qui naît en Italie, vit aux États-Unis puis en Écosse et meurt à Monte-Carlo, après avoir assisté à toutes les guerres et à tous les régimes du XXe siècle.
On connaît surtout Gian Carlo Menotti (1911-2007) comme compositeur et auteur des livrets de ses opéras. Mais il est aussi metteur en scène, de ses oeuvres et de celles des autres, en plus d’écrire des pièces de théâtre et de réaliser des versions filmées de certains de ses opéras. Créateur prolifique toujours soucieux de rejoindre son public, il destine régulièrement ses opéras à la radio, à la télévision mais aussi aux scènes de Broadway. C’est le cas du Consul, qui triomphe en 1950 au Ethel Barrymore Theater de New York. La carrière de Menotti est une des plus complètes qui soient.

L’OEUVRE : « VOTRE NOM EST UN NUMÉRO… »
(LA SECRÉTAIRE)

Peu après la Seconde Guerre Mondiale, Menotti est frappé par un fait divers : une jeune Polonaise qui voulait fuir son pays soumis à la terreur communiste s’est suicidée après avoir demandé en vain l’asile politique aux États-Unis. À partir de cette histoire, Menotti crée une oeuvre d’un réalisme cruel auquel il ajoute des touches de poésie. À côté de moments bouleversants, comme la berceuse que chante la grand-mère à son petit-fils mourant, il y a des pages d’un surréalisme presque comique, comme cet incroyable choeur au cours duquel un magicien hypnotise et fait danser tous les gens présents dans la salle d’attente du consulat… Menotti écrit aussi de véritables airs, d’un lyrisme qui rappelle Puccini, comme le grand monologue où Magda laisse éclater sa rage dans la salle d’attente en lançant des liasses de formulaires.

Ce mélange de dureté et de poésie, d’ombre et de lumière a valu à son auteur un de ses plus grands triomphes en carrière. L’année de la création du Consul, Menotti remporte le prix Pulitzer de la musique ainsi que le Drama Critic Award. Il voit son oeuvre jouée 269 fois de suite sur Broadway. Rapidement reprise partout en Europe, la pièce est traduite en 20 langues et fait l’objet de constantes reprises. Avec Le Consul, Giancarlo Menotti conjugue tradition et modernisme pour créer une tragédie des temps modernes, où l’indifférence et la bureaucratie tuent plus sûrement que les fusils.

L’ARGUMENT

John Sorel est recherché par la police secrète pour activités subversives. Il doit se cacher dans les montagnes près de la frontière. Sa femme, Magda, se rend au consulat pour obtenir un visa, grâce auquel elle pourra quitter le pays et aller rejoindre John, avec sa mère et son enfant. Mais le Consul est un personnage mystérieux qu’on ne voit jamais, son bureau est gardé par une secrétaire impitoyable, véritable chien de garde. Et la salle d’attente est pleine de gens comme Magda, qui remplissent fiévreusement des formulaires en espérant ce visa qui doit leur sauver la vie. Mais le temps passe et, harcelée par la police secrète, Magda voit mourir tour à tour son fils et la mère de John. Son désespoir finira par émouvoir la Secrétaire, mais il sera trop tard…

Opéra : The Consul
Genre : Drame musical
Structure : En trois actes
Langues : En anglais avec surtitres français
Livret : Gian Carlo Menotti
Création : Schubert Theater de Philadelphie, le 1er mars 1950 ; Ethel Barrymore de New York, le 15 mars 1950.
Production : Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal – PREMIÈRE
Dernière présentation à l’Opéra de Montréal : mai 1999

DISTRIBUTION

JOHN SOREL: Étienne Dupuis1, baryton
MAGDA: Caroline Bleau1, soprano
LA MÈRE: Christianne Bélanger1, mezzo
AGENT DE LA POLICE SECRÈTE: Philip Kalmanovitch, baryton
LA SECRÉTAIRE: Aidan Ferguson, mezzo
MR. KOFNER: Pierre Rancourt, baryton
LA FEMME ÉTRANGÈRE: Karine Boucher, soprano
AMMA GOMEZ: Chantale Nurse, soprano
VERA BORONEL: Emma Parkinson, mezzo
LE MAGICIEN: (Nika Magadoff) -Aaron Ferguson, ténor
ASSAN: Roy Del Valle1, baryton
HOMME EN CIVIL 1: Alexandre Turp1, figurant
HOMME EN CIVIL 2: Luc Bouffard1, figurant
Voix sur disque enregistrement
DIECTION MUSICALE: Claude Webster
MISE EN SCÈNE: Oriol Tomas1
ASSISTANTE ET RÉGIE: Émilie Martel2
CHORÉGRAPHIE: Lucie Vigneault2
DÉCORS: Mylène Chabrol2
COSTUMES: Laurence Mongeau2
ÉCLAIRAGES: Francis-Emmanuel Hamel2
PIANISTE: Jérémie Pelletier
ARRANGEMENTS: François Vallières + Claude Webster
Orchestre de Chambre McGill Orchestra
Les 5, 7, 9, 10, 12 mars 2011 à 20 h

Salle Ludger-Duvernay
Monument-National
1182, boul. Saint-Laurent

1 artistes invités
2 École nationale de théâtre du Canada

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 1011

Tous les opéras sont présentés en langue originale, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.
SALLE WILFRID-PELLETIER DE LA PLACE DES ARTS (PDA)
STRAUSS – Salomé | 19.23.26.28.31 mars 2011 à 20 h
PUCCINI – La bohème | 21.25.28.30 mai 2011 & 2 juin 2011 à 20 h + 4 juin 2011 à 14 h
au Monument-National

VENTE DE BILLETS
BILLETS À LA PIÈCE

Billetterie du Monument-National : 514-871-2224 ou 1 866 844-2172
Billetterie de la Place des Arts : 514-842-2112 ou 1 866 842-2112
À partir de 35 $.
www.operademontreal.com

Pour obtenir plus de renseignements sur les productions, les événements spéciaux et les programmes éducatifs, les formules d’abonnement, le prix des billets simples et de groupe, les forfaits PRIMA et corporatifs.