Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 5, 7, 9, 10, 12 mars 2011 à 20 h


LE CONSUL
de Gian Carlo Menotti

CRITIQUE

L’histoire se passe en Europe au XXe siècle sous un régime totalitaire. John Sorel, dissident politique doit fuir le pays. Il quitte précipitamment sa famille. Sa femme Magda veut le rejoindre et soumet sa demande de visa au Consulat. Commencent alors les tracasseries administratives. Le règlement exige qu’on fournisse certains papiers pour l’obtention de ce visa et la Secrétaire est stricte. Ils sont nombreux à se présenter tous les jours au Consulat dans l’espoir d’obtenir le bout de papier qui leur donnera le droit de partir pour un pays meilleur. Quant au Consul, bien que l’opéra en porte le nom, on ne le voit jamais. L’administration entière est représentée par la Secrétaire.

Les décors sont bien conçus pour représenter la hiérarchie du pouvoir. À droite de la scène, en avant-plan, on voit l’intérieur de la maison des Sorel, en arrière-plan, presqu’un étage plus haut, le bureau de la Secrétaire. Un pan de mur se transforme intelligemment en rampe d’accès au bureau de la Secrétaire et toute la partie gauche de la scène devient une salle d’attente. Un tableau numérique indique l’ordre d’appel. Des jeux de lumière mettent en évidence l’endroit où la scène se déroule.

Chaque jour, ils reviennent au Consulat dans l’espoir d’obtenir leur visa. Ils ont beau chanter leur urgence de partir, la Secrétaire est inflexible, il faut les bons papiers. Pour elle, ils ne sont que des numéros. On voit leur espoir tourner en lassitude. Pour Magda qui ne réussira pas à obtenir de visa, c’en sera trop. Son fils est mort, le désespoir l’accule au pied du mur, elle se suicidera.

Gian Carlo Menotti a été écrit Le Consul en 1950 . Sa musique est moderne et rythmée, on y entend parfaitement l’urgence exprimée par les demandeurs de visa. L’opéra est chanté en anglais, langue qui se prête bien à signifier tant l’urgence que l’implacabilité des décisions administratives.

Les voix sont belles et expriment l’angoisse de leur situation. J’ai beaucoup aimé la voix de Caroline Bleau (Magda), particulièrement intense dans son dernier solo, celle de Christiane Bélanger (mère) dans les berceuses qu’elle chante à son petit-fils, la clarté de la voix de Aidan Ferguson en Secrétaire. Je m’en voudrais de ne pas mentionner les très belles voix de Pierre Rancourt (M. Kofner) et d’Aaron Ferguson (le magicien) et celle d’Étienne Dupuis (John Sorel) qui n’est pas longtemps en scène. On entend plusieurs belles harmonies tout au long de l’opéra mais particulièrement dans le dernier acte.

L’Orchestre de Chambre McGill a très bien rendu cette œuvre de Gian Carlo Menotti pour laquelle il a reçu un prix Pulitzer.

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Opéra : The Consul
Genre : Drame musical
Structure : En trois actes
Langues : En anglais avec surtitres français
Livret : Gian Carlo Menotti
Création : Schubert Theater de Philadelphie, le 1er mars 1950 ; Ethel Barrymore de New York, le 15 mars 1950.
Production : Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal – PREMIÈRE
Dernière présentation à l’Opéra de Montréal : mai 1999

DISTRIBUTION

JOHN SOREL: Étienne Dupuis1, baryton
MAGDA: Caroline Bleau1, soprano
LA MÈRE: Christianne Bélanger1, mezzo
AGENT DE LA POLICE SECRÈTE: Philip Kalmanovitch, baryton
LA SECRÉTAIRE: Aidan Ferguson, mezzo
MR. KOFNER: Pierre Rancourt, baryton
LA FEMME ÉTRANGÈRE: Karine Boucher, soprano
AMMA GOMEZ: Chantale Nurse, soprano
VERA BORONEL: Emma Parkinson, mezzo
LE MAGICIEN: (Nika Magadoff) -Aaron Ferguson, ténor
ASSAN: Roy Del Valle1, baryton
HOMME EN CIVIL 1: Alexandre Turp1, figurant
HOMME EN CIVIL 2: Luc Bouffard1, figurant
Voix sur disque enregistrement
DIECTION MUSICALE: Claude Webster
MISE EN SCÈNE: Oriol Tomas1
ASSISTANTE ET RÉGIE: Émilie Martel2
CHORÉGRAPHIE: Lucie Vigneault2
DÉCORS: Mylène Chabrol2
COSTUMES: Laurence Mongeau2
ÉCLAIRAGES: Francis-Emmanuel Hamel2
PIANISTE: Jérémie Pelletier
ARRANGEMENTS: François Vallières + Claude Webster
Orchestre de Chambre McGill Orchestra
1 artistes invités
2 École nationale de théâtre du Canada

Les 5, 7, 9, 10, 12 mars 2011 à 20 h

Salle Ludger-Duvernay
Monument-National
1182, boul. Saint-Laurent

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 1011

Tous les opéras sont présentés en langue originale, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.
SALLE WILFRID-PELLETIER DE LA PLACE DES ARTS (PDA)
STRAUSS – Salomé | 19.23.26.28.31 mars 2011 à 20 h
PUCCINI – La bohème | 21.25.28.30 mai 2011 & 2 juin 2011 à 20 h + 4 juin 2011 à 14 h
au Monument-National

VENTE DE BILLETS
BILLETS À LA PIÈCE
À partir de 35 $.

Billetterie du Monument-National : 514-871-2224 ou 1 866 844-2172
Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou
www.laplacedesarts.com

www.operademontreal.com