Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Du 2 au 12 décembre 2007

Deuxième édition du Festival Bach de Montréal

comprenant 18 concerts sous le parrainage de Ton Koopman

L’ensemble autrichien moderntimes_1800 marie l’ancien et le moderne

Martin Stadtfeld interprète les Variations Goldberg
L’OSM sous la direction de Kent Nagano en clôture de festival

Les plus grands ensembles de Montréal se réunissent de nouveau lors de la tenue de la deuxième édition du Festival Bach de Montréal, placée sous le parrainage de Ton Koopman, claveciniste, organiste et chef d’orchestre hollandais, fondateur et directeur du Chœur et de l’Orchestre baroque d’Amsterdam. Cet événement organisé par la Bach-Académie de Montréal, en partenariat avec Arion, Autour de la flûte, les Idées heureuses (Geneviève Soly), Ludwig Semerjian, l’Orchestre symphonique de Montréal, le Studio de musique ancienne de Montréal, le Theatre of Early Music, et Les Violons du Roy, se tiendra du 2 au 12 décembre 2007. Lors du Festival, 23 événements (18 concerts, 2 classes de maître, un atelier, un symposium et un service religieux) seront présentés au cœur même de Montréal, ville effervescente sur la scène baroque.

Des artistes prestigieux

Pour cette deuxième édition, le festival accueillera des artistes des scènes tant locale qu’internationale, notamment le pianiste Martin Stadtfeld qui interprètera les célèbres Variations Goldberg et offrira aussi une classe de maître, le luthiste Andreas Martin et l’Orchestre symphonique de Montréal. Sous la direction de son directeur musical, Kent Nagano, l’OSM interprètera en clôture de festival les trois premières cantates de L’Oratorio de Noël de Bach, œuvre phare du cantor de Leipzig.

On pourra aussi entendre les ensembles Il Gardellino de Belgique qui ouvrira le Festival à l’Église St James United, moderntimes_1800 d’Autriche (sous la direction d’Ilia Korol), Arion (sous la direction du chef et claveciniste anglais Gary Cooper), Les Violons du Roy (sous la direction de son directeur musical Bernard Labadie), le Theatre of Early Music (sous la direction de Daniel Taylor), le Studio de musique ancienne de Montréal (sous la direction de Christopher Jackson) et Voces boreales et Camerata St. John’s (sous la direction de Michael Zaugg).

De nombreux artistes invités se joindront à ces ensemble : le luthiste Andreas Martin, les sopranos Suzie LeBlanc, Karina Gauvin et Sibylla Rubens, la mezzo-soprano Doris Soffel, les altos Daniel Taylor et Matthew White, les ténors Michael Schade et Frédéric Antoun, le baryton Joshua Hopkins, la basse Detlef Roth, la claveciniste et organiste Geneviève Soly, la claveciniste Erin Helyard, les pianistes Ludwig Semerdjian et Sara Laimon, les violonistes Ilia Korol, Sophie Gent et Chantal Rémillard, l’altiste Peter Sestak, les violoncellistes Matt Haimowitz et Claire Pottinger-Schmidt, les flûtistes Jan De Winne, Claire Guimond, Mathias Maute, Chantal Rémillard et Mika Putterman, la saxophoniste Claudia Schaetzle, le Chœur de l’OSM et la Chapelle de Québec. Les organistes Patrick Wedd, Jonathan Oldengarm et Philippe Bélanger offriront quant à eux des concerts à midi trente.

Des œuvres phares

Parmi les œuvres maîtresses de Johann Sebastian Bach interprétées lors de ce Festival, mentionnons les Variations Goldberg qui seront interprétées par le pianiste Martin Stadfelt, les trois premières cantates de L’Oratorio de Noël avec l’OSM sous la direction de Kent Nagano, les Concertos brandebourgeois nos 2 et 4 interprétés par l’ensemble belge Il Gardellino et la version de Noël du Magnificat en mi bémol majeur BWV 243a par Les Violons du Roy.

Des activités d’éducation au cœur même de l’événement

Des cours de maîtres sont également prévus à l’horaire de ce festival unique en son genre ainsi qu’un symposium, sous le thème de « Musique entre texte et foi ». Sous la direction de Peter Schubert, le symposium accueillera notamment les professeurs Martin Petzoldt (Université de Leipzig) et Mark Peters (Pittsburg University) le samedi 8 décembre. De plus, une journée complète sera dédiée au « Phrasé et articulation à l’époque baroque », dans le cadre d’un atelier donné par l’ensemble autrichien moderntimes_1800 à l’École de musique Schulich de l’Université McGill.

Une philosophie unique

Le Festival Bach de Montréal, dédié au compositeur emblématique de la musique baroque, souhaite devenir une référence internationale, au même titre que les festivals Bach de Leipzig, de l’Oregon ou de Londres et aux centaines de festivals consacrés à ce musicien légendaire et universel. Il a été mis sur pied par Dr Alexandra Scheibler, musicologue, présidente et directrice exécutive de la Bach-Académie ainsi que Sabine Pletat, directrice générale de l’organisation, afin que se retrouve au Canada un organisme se consacrant spécifiquement à l’étude et à la diffusion de l’œuvre de Johann Sebastian Bach.

La Bach-Académie de Montréal est un organisme sans but lucratif fondé à Montréal, une ville reconnue pour le raffinement de ses activités culturelles et l’exceptionnelle qualité de ses ensembles musicaux. Étant donné l’intérêt particulier que porte la ville à la musique baroque, à son esthétique et à son langage, la Bach-Académie de Montréal organisera aux deux ans un festival réunissant des ensembles montréalais de haut calibre et des artistes renommés sur la scène internationale.

Les billets seront en vente sur le Réseau Admission au (514) 790-1245. www.admission.com

Tous les détails sur les concerts sur le site du Festival : www.bach-academie-montreal.com

Ton Koopman, parrain de la deuxième édition

Dès ses premières années d’études, Ton Koopman voue un intérêt particulier à la musique des XVIIe et XVIIIe siècles et s’oriente vers un travail d’interprétation sur instruments d’époque, étayé par de nombreuses recherches. C’est également à cette époque qu’il pose les jalons d’une carrière de chef d’orchestre. Cette spécialisation le conduit très vite à créer son premier ensemble baroque, en 1969, avant de fonder dix ans plus tard l’Orchestre baroque d’Amsterdam et, en 1993, le Chœur baroque d’Amsterdam. Ton Koopman reste de longue date invité par les plus grands orchestres, en Europe ou aux États-Unis. Invité dans les plus grands festivals, dans les prestigieuses salles de concert du monde entier, Ton Koopman a également joué comme soliste sur les plus beaux instruments d’Europe.

Ton Koopman a mené à terme plusieurs projets d’enregistrements imposants : l’intégrale des cantates de Johann Sebastian Bach pour laquelle il a reçu de nombreux prix dont le Deutsche Schallplattenpreis « Echo Klassik » 1997 et le prix Hector-Berlioz ainsi que plusieurs nominations aux Grammy Awards et Grammophone Awards. Il a également enregistré l’intégrale de l’œuvre pour orgue de Bach.

Il Gardellino

Fondé en 1988, cet ensemble baroque emprunte son nom au concerto éponyme de Vivaldi. Tout en parcourant l’œuvre de Bach et en maintenant particulièrement son esprit comme leur guide, en même temps, l’ensemble souhaite le placer dans une perspective contrastive. Ainsi, ils le juxtaposent à ses contemporains, dont le répertoire est trop souvent négligé ou encore de manière dynamique à nos contemporains dans les domaines de la musique contemporaine, du jazz ou de la world music. Après avoir été acclamé dans de nombreuses salles de concerts ou lors de festivals, Il Gardellino accroît son succès auprès du public aux États-Unis, en Amérique Latine, en Israël et au Japon.

moderntimes_1800

moderntimes_1800, jeune orchestre de chambre autrichien, a été créé en 2003 par Ilia Korol et Julia Moretti dans l’intention de former un ensemble à partir d’une nouvelle génération de musiciens, compétents aussi bien dans la pratique de représentation historique que dans la musique du 20e siècle. moderntimes_1800 se sert des instruments originaux et des modes d’interprétation en vigueur au moment de la création des différentes œuvres, convaincu que le langage musical d’une époque peut s’exprimer de la façon la plus vivante en utilisant ses propres moyens sonores. Depuis sa création, moderntimes_1800 a été entre autres convié en ouverture du Festival de Vienne en 2004, aux Triennales de la Ruhr en 2005 et 2006 ainsi que dans différents festivals et salles de concerts allemands et autrichiens.

Martin Stadtfeld, pianiste

Né en Allemagne, Martin Stadtfeld est l’un des interprètes de Bach les plus reconnus de sa génération. En 2002, à l’âge de 21 ans, il devenait le plus jeune lauréat du prestigieux Concours international Johann Sebastian Bach de Leipzig. Son premier enregistrement, paru en 2004, mettait en lumière les Variations Goldberg de Bach. Peu après son lancement, le disque se retrouvait en première place des palmarès classiques. La même année, il remportait le Prix « Echo Klassik » de « meilleur jeune artiste de l’année ». Il a joué dans les plus grandes salles d’Europe et d’Amérique du Nord et dans nombre de festivals importants.

Andreas Martin, luthiste

Le luthiste Andreas Martin est peut-être mieux connu pour son enregistrement salué unanimement par la critique des suites pour luth de Bach. Cet enregistrement paru en 2004, sous étiquette Harmonia Mundi, s’est mérité 5 étoiles sur 5 de la part du magazine Goldberg. Né à Francfort, M. Martin a notamment travaillé à la Schola Cantorum de Bâle sous la tutelle d’Eugen Dombois, Hopkinson Smith et Peter Croton. Très en demande sur la scène internationale, M. Martin a notamment participé au Festival de Musica Antigua (Barcelone), au Europabachfestival (Paris) et à de nombreuses émissions de télévision et de radio.