Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Jusqu’au 16 février 2006
Du mardi au vendredi à 20 h
Les samedis à 15 h et 20 h

Le Malade imaginaire de Molière dans une mise en scène de Carl Béchard

MALADE? PEUT-ÊTRE. FESTIF? SÛREMENT!

Le Malade imaginaire du TNM sera une grande fête théâtrale. Grâce à la férocité burlesque de la mise en scène de Carl Béchard, ce classique s’avérera un véritable tourbillon comique. Comédiens et musiciens, joyeusement réunis, feront de ce Molière une réjouissance à ne pas manquer. Cette belle foire puisera avec allégresse à la source d’une multitude de traditions théâtrales. On peut difficilement imaginer plus belle première rencontre entre un metteur en scène comme Carl Béchard et le génie des planches que fût Molière.

MOLIÈRE UN JOUR, MOLIÈRE TOUJOURS
Un classique, c’est une pièce qu’on monte toujours pour la première fois. On a beau la relire, la revoir, la refaire, elle arbore à chacune de ses créations un tout nouveau visage, car un classique interpelle chacune des périodes à laquelle il s’attaque. Peu importe notre âge, notre rang ou les temps incertains qui sont les nôtres, Molière demeure toujours notre contemporain. En montant à l’assaut des baudruches malveillantes de son époque, ce sont les nôtres qu’il pourfend.

UN PROVOCATEUR-NÉ

Face aux pouvoirs, Molière savait fort bien comment se comporter. Entre se soumettre ou se rebeller, son choix s’est très vite fait. Il faut dire que c’était un provocateur-né. Il fallait l’être pour vivre à la Cour et se moquer sans cesse
de ceux qui le faisaient vivre.

«L’art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit. » – Voltaire.

COMBATTRE LE FEU PAR LE FEU

Le Malade imaginaire est la grande aventure d’un monomaniaque terrorisé à l’idée d’être bien portant. C’est aussi celle d’un homme en deuil qui n’aime rien de plus au monde que les médecins, à part peut-être les pharmaciens. Le Malade imaginaire est donc un homme victime de son délire qu’on guérira finalement par la force du délire (ce bon vieux Freud n’est pas très loin).

C’est aussi, et c’est surtout, une charge féroce et grotesque contre les hypocrites, tous les imbus d’eux-mêmes, et autres esprits malveillants. Bref, c’est une belle attaque en règle contre l’obscurantisme et la pédanterie.

QUAND MOLIÈRE RENCONTRE JARRY

Pour sa toute première mise en scène dans l’enceinte du TNM, le comédien
Carl Béchard a choisi de nous présenter cette pièce dans toute son intégralité, c’est-à-dire en incluant les intermèdes chantés et dansés. Il a en effet décidé de faire de ce Molière un spectacle total, aussi baroque que séduisant, puisant sa force et son comique dans ce que Le Malade imaginaire possède de plus moderne et de plus dissonant. De la part d’un homme ayant travaillé tout autant
avec Denis Marleau que Denise Filiatrault, on peut être assuré que l’entrechoquement burlesque de toutes les différences sera au rendez-vous. Molière, on le comprendra, n’est pas très éloigné de la férocité jouissive d’Alfred Jarry, de Raymond Queneau ou de Boris Vian.

« La manière la plus efficace de vaincre la maladie est encore de se débarrasser des médecins. » – Ferron

DISTRIBUTION ET DÉMESURES

C’est l’exceptionnel Alain Zouvi qui incarnera Argan, ce pauvre malade voulant marier sa fille à un médecin pour s’assurer de toujours en avoir un sous la main. Ce grand rôle ouvert à toutes les démesures nous confirme une fois de plus toute l’étendue de son savoir-faire.

Autour de lui, une distribution aussi joyeuse que délinquante, métamorphosera avec verve et talent ce spectacle en un carnaval aussi drôlatique que festif. Seront ainsi de la partie : Marie-Ève Beaulieu, Mélanie Bélair, Gary
Boudreault, Mathieu Campeau, Alexandre Castonguay, Pierre Chagnon, Guillaume Champoux, Patrice Coquereau, Benoît Dagenais, Bénédicte Décary, Pascale Montpetit, Gérard Poirier, Monique Spaziani et Mélanie Vaugeois.

L’équipe des concepteurs est pour sa part composée de Geneviève Lizotte (décor), Marc Senécal (costumes), Martin Labrecque (éclairages), Normand Blais (accessoires), Louise Lussier (chorégraphies), Jacques-Lee Pelletier (maquillages) et Louis Bond (coiffures et perruques). La musique sera
assurée par des membres du groupe de musique TUYO, dirigé par Carol Bergeron, qui donneront à l’ensemble sa juste dissonance. L’assistance à la mise en scène et la régie est assumée par Claire l’Heureux.

UN FAUX MALADE, UN VRAI DÉLIRE ET
UNE GRANDE FÊTE POUR TOUS!

« Les gens bien portant sont des malades qui s’ignorent. » – Jules Romain Knock

Au Théâtre du Nouveau Monde
84 rue Sainte-Catherine Ouest

Renseignements et réservations : Billetterie du TNM au 514.866.8668
ou sur le site