Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL SALUE LA MÉMOIRE D’UNE GRANDE DAME DU MONDE DES ARTS :                  JACQUELINE DESMARAIS (1928-2018)

Jacqueline Desmarais en compagnie de l’honorable Serge Joyal
au Bal du Musée en 2012. Photo : Denis Bernier.

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) tient à exprimer sa profonde tristesse à l’annonce du décès de madame Jacqueline Desmarais, qui s’est éteinte le 3 mars dernier à l’âge de 89 ans. Femme engagée, passionnée d’art et de musique, elle a favorisé la vitalité artistique et communautaire de Montréal en s’investissant auprès d’organismes culturels, dont le MBAM.
Le MBAM souhaite rappeler la précieuse contribution de madame Desmarais à l’enrichissement du patrimoine culturel collectif. À titre personnel, elle a notamment participé avec d’autres mécènes à l’acquisition du Soleil (2003), sculpture du verre de Dale Chihuly, devenue une icône pour tous les Montréalais et Montréalaises. Aux côtés de son mari, l’homme d’affaires Paul G. Desmarais (1927-2013), fondateur de Power Corporation, et de sa famille, elle a soutenu la mise en oeuvre du pavillon Jean-Noël Desmarais, construit en 1991 grâce à un don important du couple de philanthropes et de Power Corporation.

De concert avec son époux, elle a de plus présidé le premier événement de collecte de fonds que la Fondation du MBAM a organisé en Floride en 2003. Réputée pour s’impliquer activement, elle y avait mis sa touche personnelle jusque dans les moindres détails, contribuant ainsi au succès de cette soirée dont les profits nets ont permis l’acquisition des fameux Coeurs jumeaux de six pieds (1999) de l’artiste Jim Dine, qui sont désormais installés devant l’entrée principale du pavillon Jean-Noël Desmarais du Musée. Grande passionnée de musique, elle a également permis la tenue de concerts de son protégé, le violoncelliste Stéphane Tétreault, à la salle Bourgie du MBAM.

« La communauté montréalaise perd une grande dame, philanthrope et passionnée des arts. Au nom du conseil d’administration et de tous les employés du MBAM, j’offre à toute sa famille et à ses proches nos plus sincères condoléances. », déclare Jacques Parisien, président du conseil du MBAM.

Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, témoigne : « Madame Desmarais incarnait une joie contagieuse et une élégance d’un autre temps. Sa réelle et fort généreuse passion pour la musique et le chant se faisait entendre chez elle jusqu’à plus d’heure autour du piano. J’ai eu quelques occasions inoubliables d’écouter dans son salon les meilleurs solistes ou instrumentistes du Québec, reconnus à l’international : elle les chérissait comme ses enfants. C’est ainsi que j’ai pu entendre le brillant violoncelliste Stéphane Tétreault jouer sur son Stradivarius, avec une rare émotion, son air favori, La Méditation de Thaïs, de Jules Massenet.
Mélomane avertie et amoureuse des arts, elle appréciait la salle de concert Bourgie du Musée. Elle adorait l’originalité de nos expositions pluridisciplinaires – à la croisée des arts plastiques et de la musique, bien entendu – telles que Splendore a Venezia ou Chagall : couleur et musique. Toujours à titre personnel, cette grande dame rayonnante et chaleureuse avait soutenu l’acquisition de notre sculpture publique, Le Soleil de Dale Chihuly, devenue une icône montréalaise… tout comme elle. »