Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Le métrOpéra autour de Roméo et Juliette

Dès aujourd’hui, mardi 30 octobre à 16h à la station de métro Place des Arts, place au MétrOpéra autour de Roméo et Juliette.

MÉTROPÉRA
Quand le métro vous fait une scène… lyrique

Pour une deuxième année, les usagers du métro de Montréal pourront entendre les plus grands airs d’opéra chantés par les jeunes artistes de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Cet événement urbain conçu par l’Opéra de Montréal et la Société de transport de Montréal se déroule la semaine précédant la première de chaque opéra, les mardi, mercredi et jeudi de 16 h à 16 h 30 dans trois stations du réseau de la STM.

Le métrOpéra autour de Roméo et Juliette aura lieu :

Mardi 30 octobre 2007, de 16 h à 16 h30 – station Place des Arts
Mercredi 31 octobre 2007, de 16 h à 16 h30 – station Atwater
Jeudi 1er novembre 200, de 16 h à 16 h30 – station Berri-UQAM

Les chanteurs interpréteront des œuvres du répertoire français.

Deux autres métrOpéras autour du Barbier de Séville de Rossini et de Madame Butterfly de Puccini se dérouleront respectivement les 29, 30 et 31 janvier 2008 et les 20, 21, 22 mai 2008

L’OPÉRA DE MONTRÉAL
présente
Roméo et Juliette
Les 3, 7, 10, 12 et 15 novembre 2007
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Opéra en cinq actes de Charles Gounod (Paris 1818 – Saint-Cloud 1893)
Création : Paris, Théâtre-Lyrique, 27 avril 1867
Livret : Jules Barbier et Michel Carré, d’après Shakespeare
Dernière production à l’Opéra de Montréal : novembre 1992
infOpéra : www.operademontreal.com

PRÉOPÉRA
Quand l’opéra se conte et s’illustre…

Pour en savoir plus sur les œuvres à l’affiche, le musicologue Pierre Vachon offre, avant chaque représentation, une introduction à l’œuvre en y présentant la musique, le livret, le contexte, le tout illustré de larges extraits sonores. Au Piano Nobile de la salle Wilfrid-Pelletier, dès 18 h 30 pour les représentations en soirée et à midi 30 pour celles en matinée.Gratuit pour les abonnés ; 5 $ pour les non-abonnés (billets en vente à la billetterie de la PdA)

Roméo et Juliette est un opéra en cinq actes, transposé dans l’Italie de l’après-guerre, adapté du célèbre drame de Shakespeare, met en scène le sort funeste de deux jeunes amoureux, issus de familles rivales, qu’un même amour enflamma. Dans cette atmosphère surchargée d’émotions, le ténor canadien Marc Hervieux sera Roméo Montaigu et la soprano américaine Maureen O’Flynn, la lumineuse Juliette Capulet de la récente production du Metropolitan Opera de New York, qui fait ses débuts à la compagnie montréalaise. Le baryton canadien Alexander Dobson est Mercurio (ami de Roméo), le baryton-basse américain Denis Sedov, le Frère Laurent, et le baryton-basse Chad Louwerse, Capulet, père de Juliette. Complètent la distribution, de jeunes chanteurs à l’aube de leur carrière, pour la plupart issus de l’Atelier lyrique : le ténor Antoine Bélanger (Tybalt, neveu de Capulet), la mezzo-soprano Geneviève Després (Gertrude, nourrice de Juliette), la soprano Sarah Myatt, (Stephano, page de Roméo), le ténor Bernard Cayouette (Benvolio, ami de Roméo), le baryton Stephen Hegedus (Gregorio, serviteur des Capulet), le baryton Pierre-Étienne Bergeron (Pâris, fiancé de Juliette), la basse Alexandre Sylvestre (Duc de Véronne).

Le chef français Jean-Yves Ossonce fera ses débuts nord-américains à la tête de l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal et du Chœur de l’Opéra de Montréal. La mise en scène est confiée au Canadien Michael Cavanagh; les décors sont signés Claude Girard et les éclairages, Guy Simard. L’opéra est chanté en français, avec surtitres bilingues.

Mourir d’aimer
Un bal masqué est donné dans le palais des Capulet. Grâce à leur déguisement, Roméo Montaigu et ses amis Mercutio et Benvolio, ont pu entrer dans la maison rivale sans se faire remarquer. Roméo ébloui par une belle inconnue, l’aborde et tombe éperdument amoureux. Le coup de foudre est mutuel. Il apprend avec effroi qu’il s’agit de Juliette Capulet, la fille de son pire ennemi, promise au comte Pâris. Démasqués, les Montaigu doivent prendre la fuite. La nuit venue, Roméo se faufile dans le jardin des Capulet et se hisse jusqu’au balcon de Juliette. Les jeunes gens s’avouent leur amour et malgré les querelles familiales, se font le serment de s’épouser. Le Frère Laurent, confesseur de Roméo, les marie en secret, espérant que cette union pourra mettre un terme à cette haine ancestrale. À la suite d’une bataille de rue sanglante, dans laquelle Roméo combat et tue Tybalt, neveu de Capulet, qui vient de poignarder Mercutio, le duc de Vérone bannit Roméo de la ville. Déchirée entre le deuil et l’amour, Juliette rejoint Roméo pour sa nuit de noces, alors que le comte Capulet décide de hâter le mariage de sa fille avec Pâris, au petit matin. Désespérée, Juliette accepte la ruse imaginée par le frère Laurent et boit un narcotique qui la plongera dans un profond sommeil deux jours durant et la fera passer pour morte. Roméo n’a pu être averti du subterfuge. Croyant sa Juliette morte, il avale un poison pour être uni dans la mort avec sa bien-aimée, qui s’éveille alors qu’il est à l’agonie. Ils chantent leur amour. Roméo trépasse et Juliette se frappe d’un coup de poignard.¨

Pour plus de renseignements : infOpéra : operademontreal.com