Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Du 4 au 27 février 2016


Le miel est plus doux que le sang

de Philippe Soldevila et Simone Chartrand
Mise en scène : Catherine Vidal

Avec François Bernier, Isabelle Blais, Renaud Lacelle-Bourdon et Simon Lacroix

Concepteurs : Stéphanie Capistran-Lalonde, Julie Charland, Geneviève Lizotte, Alexandre Pilon-Guay et Francis Rossignol
Une production du TDP avec la complicité du Théâtre Sortie de Secours.

Le miel est plus doux que le sang :
Avant qu’ils ne deviennent Buñuel, Lorca et Dali

« Lorca : Luis, tu veux bien lire ce que je viens d’écrire ? Dali dit que c’est très bon.
Buñuel : C’est de la merde !
»

Du 4 au 27 février 2016, le Théâtre Denise-Pelletier présente, avec la complicité du Théâtre Sortie de secours, Le miel est plus doux que le sang de Simone Chartrand et Philippe Soldevila, dans une mise en scène de Catherine Vidal. Écrite et jouée il y a vingt ans, cette pièce, qui emprunte son titre à une toile de Salvador Dali, est une œuvre phare sur les forces de la jeunesse, de l’art et de la dissidence.

En 1922, à la résidence d’étudiants de Madrid, trois jeunes hommes se rencontrent : ils s’appellent Salvador Dali, Federico Garcia Lorca et Luis Buñuel. Leur passage à cet endroit marquera une étape décisive dans leur évolution, ils s’y influenceront mutuellement et deviendront plus tard trois figures incontournables du surréalisme. Luis Buñuel (François Bernier) sera un cinéaste réputé, Salvador Dali (Simon Lacroix), un artiste génial et excentrique, et Federico Garcia Lorca (Renaud Lacelle-Bourdon), un poète et dramaturge dont l’œuvre est saluée à travers le monde. À cette époque, à peine sortis de l’adolescence, les trois créateurs font la rencontre de Lolita (Isabelle Blais), une chanteuse de cabaret révolutionnaire qui les guidera sur les chemins de l’imprudence et de l’insoumission.

Basée sur des faits réels, la pièce enchaîne des tableaux réjouissants qui éclairent l’amitié naissante de ces artistes. Ces jeunes étudiants entrent ainsi en contact avec les mouvements de l’avant-garde espagnole grâce à Lolita, personnage fictif, qui incarne une artiste, une muse, une anarchiste, une figure traversée d’une conscience politique qu’ils n’ont pas encore. « Ce qui transparaîtra dans ma mise en scène, c’est l’humanité des personnages que nous descendons de leur socle ; dans la pièce, ils sont jeunes, ils ne sont pas encore les monuments artistiques qui ont marqué le XXe siècle », dit la metteur en scène Catherine Vidal. « Au début de la pièce, Dali, Buñuel et Lorca projettent une certaine frivolité, mais on sent peu à peu une conscience naître en eux, avec ce qui se profile lentement à l’horizon : les années les plus noires que connaîtra l’Espagne avec la guerre civile, le fascisme… »

Après, entre autres, les mises en scène du Grand Cahier d’Agota Kristof et d’Avant la retraite, la metteure en scène Catherine Vidal fouille cette période effervescente en Espagne où Dali, Buñuel et Lorca, à l’aube de tous les possibles, s’apprêtent à entrer dans l’Histoire.

La metteure en scène Catherine Vidal

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en interprétation, Catherine Vidal se consacre désormais à la mise en scène. En 2008, elle met en scène Walser, un collage de textes de l’écrivain suisse Robert Walser, dans une production du Festival International de Littérature. S’enchaînent ensuite l’adaptation théâtrale du Grand Cahier d’Agota Kristof qui lui vaut à elle et son équipe une belle reconnaissance publique et critique, Amuleto au Théâtre de Quat’Sous et Joseph-la-tache à Espace Libre. Elle présente au OFFTA le laboratoire Mais qui est Philippe Katerine? Elle poursuit avec Des Couteaux dans les poules de l’écossais David Harrower au Théâtre Prospero qui lui vaut le prix de l’Association québécoise des critiques pour la meilleure mise en scène, catégorie Montréal, saison 2012- 2013. En 2014, elle touche à la danse avec le projet 2050 Mansfield et le projet Mayday Remix pour le show Junkyard/Paradis de Mélanie Demers. En 2014, elle signe la mise en scène de Avant la retraite de Thomas Bernhard pour le Groupe La Veillée, pièce reprise à l’automne 2015. En novembre dernier, elle montait un spectacle de théâtre de marionnettes pour jeune public, une adaptation d’Étienne Lepage de La reine des neiges (Le cœur en hiver) du Théâtre de l’Œil.

Le miel est plus doux que le sang
Du 4 au 27 février 2016

Salle Denise-Pelletier
Théâtre Denise-Pelletier
4353, rue Ste-Catherine Est

Billetterie : 514 253-8974
www.admission.com
www.denise-pelletier.qc.ca