Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

ndt-dansedanseLE GRAND RETOUR DU NDT À MONTRÉAL :

RENDEZVOUS AVEC L’UNE DES COMPAGNIES

LES PLUS CÉLÈBRES AU MONDE

 NDT NEDERLANDS DANS THEATER

Sehnsucht

Sol León, Paul Lighfoot

In the Event

Crystal Pite

StopMoon

Sol León, Paul Lighfoot 

THÉÂTRE MAISONNEUVE, PLACE DES ARTS

1.2. 3. 4. 5 novembre 2016, 20 h

Rencontre aprèsspectacle : vendredi 4 novembre

Révolutionnaire, virtuose, inoubliable, un état de grâce d’une beauté inouïe… les superlatifs se succèdent et ne se démentent pas lorsqu’il s’agit de présenter le Nederlands Dans Theater (NDT) qui, décennie après décennie, demeure l’un des chefs de file incontestable de la danse contemporaine mondiale. Vingthuit danseurs phénoménaux, venus du monde entier, qui en imposent par leur polyvalence, leur technique et leur expressivité. Le retour de la compagnie à Montréal après vingt ans constitue l’évènement de l’automne. Trois pièces au programme : Sehnsucht et StopMotion signées Sol León et Paul Lighfoot, esthétiquement très différentes mais d’une sobriété, d’une précision et d’une harmonie parfaites, et l’étonnant In the Event, de Crystal Pite, qui joue avec les ombres, les mouvements articulés, désarticulés puis statiques. Une soirée enlevante qui promet une expérience inoubliable.

« Cinq minutes de spectacle suffisent à en être sûr : cette compagnie est l’une des sept merveilles du monde de la danse. » − Le Figaro, Paris

ndt3

Sehnsucht + StopMotion de Sol León, Paul Lighfoot

Sol León et Paul Lighfoot collaborent artistiquement depuis plus de 26 ans. Chorégraphes en résidence du NDT depuis 2002, elle et lui ont développé une complicité unique qui a donné naissance à une écriture toujours imprévisible, et soustendue par une intransigeance audacieuse. S’ils savent se mettre à nu dans leurs propres fragilités, leurs joies et luttes, ils exigent la même perfection et le même don de soi de la part des interprètes. Sehnsucht (2009) et StopMotion (2014) s’ajoutent à leur cinquantaine d’oeuvres communes. Dans Sehnsucht (mot allemand qui signifie désir ardent, langueur, nostalgie) une double perspective s’offre au spectateur : sur scène se déploie une danse ciselée et rythmée, tandis que, suspendu audessus d’eux, un couple interprète ses souvenirs dans un cube qui tourne sur luimême. StopMotion est saisissant de grâce. Projections géantes et nuages de poudre blanche virevoltent comme des souvenirs dans une lumière sculpturale.

In the Event de Crystal Pite

Quel amateur de danse n’a pas encore entendu parler de Crystal Pite, la Canadienne éminemment internationale, qui oeuvre aussi bien pour sa compagnie vancouveroise Kidd Pivot que pour les meilleures compagnies du monde ? Ici, elle invente et surprend tout en restant fidèle à sa fluidité incomparable. Sur une scène balayée par une lumière qui se décline aussi en ombres chinoises, In the Event propose une gestuelle puissante, articulée et incisive, sur une musique percussive.

Sehnsucht + StopMotion + In the Event : un programme triple qui donne la pleine mesure du NDT.

 ndt4

“The dancers of Nederlands Dans Theater showed just how wonderfully

exhilarating contemporary dance can be.” The Daily Telegraph, Sydney

Nederlands Dans Theater (NDT 1 et NDT 2)

Idiosyncratique. C’est l’adjectif choisi par le NDT pour se définir luimême. Idiosyncrasie : réactivité singulière d’un individu ou d’un ensemble face aux influences extérieures.

Idiosyncratique donc, hors normes, unique en son genre. Ambitieux, et novateur. Cette orientation intransigeante a prévalu lorsque Benjamin Harkarvy, Aart Verstegen, Carel Birnie et 18 danseurs dissidents du Ballet National de Hollande ont fondé le NDT en 1959, et demeure la boussole pour aujourd’hui, et pour demain. À son répertoire, plus de 600 oeuvres devenues des classiques, créées par des maîtres chorégraphes qui ont fait l’histoire de la danse contemporaine. Pour un danseur, pour un chorégraphe, entrer au NDT ou être invité à créer pour lui, équivaut à une intronisation dans un panthéon dont peu d’autres équivalents existent dans le monde. Après les fondateurs, Jiří Kylián imprime un profil distinct au NDT durant les années 80 et 90. Il insiste aussi beaucoup sur le développement de carrière des danseurs au sein du NDT 1, la compagnie principale dont les membres ont entre 24 et 42 ans, mais également des jeunes interprètes moins expérimentés du NDT 2 qui se préparent à rejoindre le NDT 1. À Kylián ont succédé Hans van Manen, puis depuis 2002, le duo créateur Sol León et Paul Lighfoot comme chorégraphes résidents. Devenu directeur artistique en 2011, Paul Lighfoot continue d’inviter des chorégraphes associés

tels que Marco Goecke, Hofesh Schechter ou Crystal Pite. Avec six programmes complets et neuf premières mondiales en 20152016, le NDT 1 demeure une des compagnies les plus prolifiques et les plus demandées qui soient. Au NDT, idiosyncrasie rime avec exigence, inventivité, exception et singularité autant qu’avec évolution continue.

MOT DE LA DIRECTION ARTISTIQUE

« Le NDT demeure parmi les plus exceptionnelles compagnies du monde. C’est un exploit de ne jamais céder son rang. La compagnie a su relever l’immense défi de l’après Kylián et elle a pleinement réussi ce tournant crucial autant que périlleux.

Depuis 1998, Danse Danse poursuit son rêve d’amener les plus grandes compagnies du monde à Montréal. Présenter le NDT, après 20 ans d’absence, à notre public représente donc pour nous une grande fierté. À la veille de notre vingtième anniversaire, c’est une façon de le remercier pour sa fidélité réaffirmée d’année en année. Avec ce programme triple éclectique et envoûtant, nous souhaitons vous offrir une soirée mémorable. »

– Caroline Ohrt et Pierre Des Marais

CRÉDITS :

Sehnsucht

Chorégraphie Sol León, Paul Lighfoot. Musique Ludwig van Beethoven Pianoconcerto Nr. 3 in Cminor,

Opus 37: Movement II: Largo. Symphony Nr. 5 in Cminor, Opus 67: Movement III: Allegro and Movement

IV: AllegroPresto. Pianoconcerto Nr. 4 in Gmajor. Opus 58: Movement II: Andante con Moto. Enregistré

par Berliner Philharmoniker chef d’orchestre Herbert von Karajan (Symphony Nr. 5) et le chef d’orchestre

Claudio Abbado (Pianoconcertos Nr. 3 & 4); pianiste Maurizio Pollini. Lumières Tom Bevoort. Costumes et

décor Sol León, Paul Lighfoot. Première mondiale 7 mai 2009, Lucent Danstheater, The Hague.

Première mondiale version longue 25 novembre 2010, Lucent Danstheater, The Hague.

In the Event

Chorégraphie Crystal Pite. Musique Owen Belton – nouvelle composition; enregistrement du piano Jan

Schouten. Décor Jay Gower Taylor. Costumes Crystal Pite, Joke Visser.

Première mondiale 16 avril 2015, Lucent Danstheater, The Hague.

StopMotion

Chorégraphie Sol León, Paul Lighfoot. Musique Max Richter: Ocean House Mirror, Powder Pills Truth, He is here, Everything is burning, November, Monologue, A lover’s complaint, On the Shore, End title, Sorrow Atoms, How to die in Oregon. Lumières Tom Bevoort. Décor Sol León, Paul Lighfoot. Costumes Joke Visser, Hermien Hollander. Vidéo Sol León, Paul Lighgoot (concept), Rahi Rezvani (caméra et direction), Dicky Schuttel (caméra), Dicky Schuttel, Harmen Straatman (édition).

Première mondiale 29 janvier 2014, Lucent Danstheater, Den Haag.

Théâtre Maisonneuve, Place des Arts

Billetterie de la Place des Arts : 514 842.2112 | 1 866 842.2112 http://ww.laplacedesarts.com

Billets à partir de 41,50 $