Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->


Ensemble Constantinople
Suzie Leblanc, soprano

Authenticité, régénération… Métamorphose

« Cette conscience d’appartenir à plusieurs espaces-temps est aussi évidente qu’une respiration, qu’une inspiration. ». Voilà qui résume assez bien les projets musicaux ouverts et rassembleurs de l’Ensemble Constantinople. En voici un autre sous étiquette Analekta : Metamorfosi – Impressions Baroques. Cet album, leur 13e en carrière, s’inscrit dans la continuité de leur album précédent, Premiers songes. Ici aussi, Constantinople a imaginé une autre rencontre « plurielle », en invitant le violoniste baroque Miren Zeberio, ainsi que la chanteuse Suzie LeBlanc, l’une des sopranos de musique ancienne les plus recherchées de sa génération, à explorer et revisiter de nouvelles pistes. Celles-ci sont laissées dans le sillon de compositeurs italiens souvent méconnus du grand public, et pourtant, parmi les plus raffinés de la seconde moitié du 16e, début 17e siècle: Claudio Monteverdi (1567-1643), Giovanni Girolamo Kapsberger (1580-1651), Marco Uccellini (1603-1680), Salomone Rossi (1570-1630), Tarquinio Merula (1595-1665), Stefano Landi (1587-1639) ainsi que les chanteuses et compositrices, Barbara Strozzi (1619-1677) et Andrea Falconieri (1585-1656).

Ensemble, ils livrent leurs « impressions baroques », créant du même souffle, un point de jonction entre deux dimensions temporelles et spatiales. Sur ce nouveau terrain de jeu, les poésies et les musiques sont portées par une grande légèreté mêlée d’audace. « Nous aimons déplacer les lignes des cultures et des mémoires pour qu’elles convergent enfin » disent les musiciens de Constantinople.

Le groupe a été imaginé en 1988 par Kiya Tabassian (sétar, chant, direction artistique) et Ziya Tabassian (tombak et percussions), auxquels s’est joint en 2008, le gambiste, Pierre-Yves Martel. « Nous avons fait de la migration, de la rencontre et du métissage, notre terroir » affirment-ils. Des manuscrits médiévaux à l’esthétique contemporaine, de l’Europe méditerranéenne à l’Orient, en passant par les espaces libres du Nouveau Monde baroque, l’ensemble multiplie les projets : en une décennie, pas moins de 35 créations ont voyagé dans près de 120 villes à travers 22 pays (France, Maroc, Roumanie, Grèce, Mexique, Allemagne, Portugal, Turquie, Liban, Iran, Etats-Unis, Canada, etc…). Ce groupe hors du commun ne cesse de fasciner les publics d’un peu partout et il est accueilli et applaudi aussi bien par la critique que par le grand public. La Société Radio-Canada suit son parcours depuis le début, en enregistrant et en diffusant plusieurs de ses concerts.

En faisant appel à l’immense talent de Suzie LeBlanc, cela permet de donner une nouvelle vie à ce répertoire inédit. Suzie LeBlanc travaille régulièrement avec Les Voix Humaines, Tafelmusik, Les Voix Baroques, Les Idées Heureuses, Pacific Baroque Orchestra, Alexander Weimann, David McGuinness et est invitée par divers ensembles. Elle a incarné le rôle principal du film Lost Song (prix du meilleur film canadien au Toronto International Film Festival en 2008). Son enregistrement des poèmes d’Elizabeth Bishop, I am in Need of Music, a reçu le prix ECMA du meilleur disque classique de l’année en 2014. Sa discographie comprend plus de 50 titres. Elle dirige les destinées du Nouvel Opéra, organisme qui consacre ses activités d’éducation à l’opéra baroque.

Habité par la voix suave et enivrante de Suzie LeBlanc, le présent album est chargé d’oxygène et de modernité, tout en étant nourri du passé. « À travers les œuvres revisitées, nous tentons de retrouver la finesse et la sagesse d’esprit que l’homme du passé prenait le temps de chercher et de toucher. Nous voulons nous en inspirer et nous y abreuver afin de nous enrichir et de les transmettre à notre société. ». Ce sont des œuvres authentiques, régénérées… métamorphosées que l’on retrouve ici !

Chez votre disquaire à compter du 28 octobre