Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

sinfonia3L’Ensemble Sinfonia de Montréal sous les étoiles

L’Ensemble Sinfonia de Montréal et son chef Louis Lavigueur présentent leur premier concert de la saison, sous le thème des étoiles. Cette soirée aura lieu le samedi 26 novembre 2016 à 19 h 30, à la salle Claude Champagne de L’Université de Montréal. Au programme, Les Planètes de Gustav Holst, accompagné d’une projection de photos de corps célestes issues des grandes agences spatiales, la suite pour orchestre Star Wars de John Williams et le Roi des étoiles d’Igor Stravinsky.

sinfonia2

Igor Stravinsky (1882-1971) : Le roi des étoiles, cantate pour chœur d’hommes et grand orchestre

Alors que Stravinsky a créé avec succès Petrouchka et qu’il commence la composition du Sacre du printemps, il compose vers 1911 cette courte pièce très proche des procédés harmoniques de Debussy, à qui elle est dédiée. Longtemps considérée comme injouable, l’œuvre ne fut créée qu’en 1939 à Bruxelles sous la direction de Franz André. C’est une des œuvres les plus rarement jouées de Stravinsky, notamment en raison de l’instrumentation gigantesque qu’elle requiert pour une durée aussi courte. Avec Les Chantres Musiciens Et l’ensemble vocal Ganymède

John Williams (né en 1932): Star Wars, Suite pour orchestre 

La série de films Star Wars se passe de présentations, ainsi que John Williams, un des plus grands compositeurs de  musique de film. Cette suite pour orchestre comprend 5 mouvements: Le thème principal, la princesse Leia, la marche impériale (thème de Darth Vader), Le thème de Yoda, et salle du trône/finale.

Gustav Holst (1874-1934) : Les planètes, Op.32, Suite pour grand orchestre

C’est en grande partie à cette pièce que Holst doit sa notoriété. L’œuvre est composée de sept mouvements correspondant chacun à une planète du système solaire exprimée selon une vision astrologique. Le premier mouvement Mars fut composé juste avant le début de la Première Guerre mondiale (1914). Il s’agit, pour Holst, d’exprimer plus son sentiment d’une fin du monde, qu’une réaction face à la tragédie de la guerre. Le troisième mouvement Mercure, composé en dernier, sera achevé en 1916. Dans « Neptune », un chœur de femmes hors-scène se fait entendre, sans paroles. Holst rangera ses partitions après les avoir terminées, croyant que personne ne pourrait monter en temps de guerre une œuvre demandant un aussi grand orchestre.

Avec le chœur Adleisia

Accompagné par une projection d’images de la NASA, de l’Agence spatiale européenne ainsi que certaines prises de l’observatoire Mirabilis.  Ce montage nous est gracieusement offert par Rémi Lacasse.

26 novembre 19h30

Salle Claude-Champagne, Université de Montréal  220, av. Vincent d’Indy (métro Édouard-Montpetit) Prévente : 25$ adulte / 20$ 65 ans + / 15$ étudiants  Admission générale à la porte : 30$  www.enseblesinfonia.com