Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Mot du jour ->

Pour juger combien nous importunons en parlant de nous, il faut songer combien les autres nous importunent quand ils parlent d’eux. – Mme de Sévigné

Tiré du livre Des pensées pour la nuit, Collectif, Éditions Lauzier 

Vaut mieux limiter le nombre de nos amis et apprécier les entendre.