Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Les 2, 3, 4 et 5 décembre 2015, 20 h

Compagnies: BJM – Les Ballets Jazz de Montréal
Spectacles: Rouge + Mono Lisa + Kosmos
© Leda & St.Jacques
Danseurs de gauche à droite, Alexander Hille, Graham Kaplan, Daniel Alwell, Kiera Hill, Céline Cassone, Morgane Le Tiec, Guillaume Michaud, Nicholas Korkos, Christina Bodie

BJM – LES BALLETS JAZZ DE MONTRÉAL
Rouge
Rodrigo Pederneiras
+
Mono Lisa
Itzik Galili
+
Kosmos
Andonis Foniadakis

Les Ballets Jazz de Montréal sont de retour à Danse DanseDanse Danse avec leur énergie contagieuse et un programme triple qui met à l’épreuve la virtuosité et l’endurance de leurs 14 remarquables danseurs. Le chorégraphe Brésilien Rodrigo Pederneiras ouvre la soirée avec Rouge, une danse tribale pleine d’élan et de sensualité par laquelle il rend hommage aux peuples autochtones. Vient ensuite le chorégraphe Itzik Galili avec la première mondiale de Mono Lisa, un vigoureux duo qui revisite le pas de deux et les rapports de couple. Le spectacle s’achève avec Kosmos où le Grec Andonis Foniadakis fait naître la beauté du chaos en recréant sur scène la frénésie urbaine. Musiques puissantes et subtils jeux de lumière viennent renforcer l’impact de ces créations qui ont déjà séduit les publics d’Europe et des deux Amériques.

CRITIQUE

ROUGE
Rodrigo Pederneiras

Fond noir et ligne rouge au sol qui laisse poindre l’horizon. Rouge est dansé sur des sons de la nature, ruisseau qui coule, chants d’oiseaux, hurlements de loups, rythmés par les tambours. Les danseuses portent une robe courte où sont peints des motifs géométriques. Les hommes portent un pantalon souple beige, des brassards noirs et des peintures de guerre au visage. Les costumes et la musique suffisent à nous faire savoir qu’on est chez les Amérindiens. La danse est intense. On perçoit une tension nerveuse, comme si les individus devaient avoir constamment les sens en éveil. Les relations hommes/femmes sont dures. Le mâle domine, sans équivoque. Les interprètes rendent bien le propos. Intéressant moment alors que par un jeu d’éclairage, les interprètes ne sont plus que des ombres chinoises qui évoluent sur un fond totalement rouge.

MONO LISA
Itzik Galili

Fond noir et spots alignés au plafond comme un clavier de machine à écrire. C’est justement au son du crépitement d’une machine à écrire qu’est dansé Mono Lisa. Un couple, se cherche, se trouve et s’exécute avec des mouvements de danse classique où on peut voir la souplesse de la jeune femme qui nous éblouit par ses grands écarts.

KOSMOS
Andonis Foniadakis

Fond de scène noir, les danseurs portent le collant noir, torses nus ou maillots couleur chair. On nous invite ici à voir l’évolution de l’être humain. Né du chaos, il évolue vers une finale l’amenant à l’au-delà. Un savant éclairage remplit la scène de prismes lumineux, les danseurs semblent alors évoluer dans une autre dimension. Une chorégraphie totalement inspirée.

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnémenti les Montréalais – et le reste
BJM Les Ballets Jazz de Montréal
2.3.4.5 décembre, 20 H
Durée – 1 h 45

Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts

Billets à partir de 34 $

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou
www.laplacedesarts.com

Rencontre post-spectacle avec les artistes
Vendredi 4 décembre 2015

PROCHAIN SPECTACLE

DADA MASILO / DANCE FACTORY
JOHANNESBURG
SWAN LAKE
Dada Masilo
14. 15. 16. janvier 2016
Salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts

La turbulente Sud-Africaine Dada Masilo livre une version décapante du Lac des cygnes avec un prince gay, des tutus pour tout le monde, un humour ravageur et des émotions fortes. Une fusion détonante des danses classique et africaine à découvrir de toute urgence.

Rendez-vous sur le site de Danse Danse
pour des renseignements supplémentaires sur les oeuvres et les compagnies.