Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

APRÈS 47 ANS, L’OSM PRÉSENTE
SES DERNIERS CONCERTS DE SAISON
À LA SALLE WILFRID-PELLETIER

HOMMAGE au PÈRE EMMETT JOHNS dit POPS,
2 et 3 mai

ALAIN LEFÈVRE joue SCRIABINE et RACHMANINOV à
GUICHET FERMÉ, 8 mai

« L’ÉVOLUTION DE LA SYMPHONIE »
sous KENT NAGANO,10 et 11 mai,
repris à CARNEGIE HALL à NEW YORK le 14 mai

CONCERT-APÉRO avec LOUIS-JOSÉ HOUDE, 18 mai

et pour cette dernière fin de saison
à la salle Wilfrid-Pelletier

L’OR DU RHIN DE WAGNER, opéra en version concert, 29 et 31 mai
Le mois de mai s’avère riche en émotions pour l’Orchestre symphonique de Montréal, puisque l’orchestre offrira son tout dernier concert dans la Salle Wilfrid-Pelletier le 31 mai avec L’Or du Rhin de Wagner, placé sous la direction de Kent Nagano. Autre concert- événement, sous le thème de l’évolution de la symphonie, Kent Nagano dirigera notamment l’OSM dans la Cinquième Symphonie de Beethoven et la pianiste canadienne Angela Hewitt interprètera des œuvres de Bach, compositeur auquel elle a été souvent associée. Ce programme sera également donné au prestigieux Carnegie Hall, en clôture du tout nouveau festival de musique symphonique Spring for Music.

L’OSM retrouvera également les pianistes Alain Lefèvre et Yefim Bronfman. Alain Lefèvre jouera deux œuvres concertantes, le rarement donné Prométhée ou le poème du feu de Scriabine et la version originale de 1926 du Concerto no 4 de Rachmaninov. Ce concert, qui comprend également deux œuvres maîtresses du compositeur français Henri Dutilleux est donné à guichet fermé. Yefim Bronfman interprètera quant à lui le Concerto no 2 de Liszt. Lors du même programme, l’OSM sous la baguette de Kent Nagano jouera aussi Les Préludes de Liszt, la Neuvième Symphonie de Chostakovitch, et créera une œuvre de Jean Lesage écrite en hommage au père Emmett Johns, « Pops », humaniste respecté et engagé consacrant sa vie au soutien des jeunes sans-abri. Dans le cadre de cet hommage à Pops, le comédien Yves Desgagnés lira des témoignages de jeunes qui ont bénéficié du soutien de l’organisme « Dans la rue ». Une exposition d’art visuel, des créations musicales et littéraires signées par des jeunes et produites dans le cadre d’ateliers offerts par « Dans la rue » seront proposées au public au Piano nobile lors des deux représentations.

Enfin, la série des Concerts-Apéro accueillera le populaire humoriste et animateur Louis-José Houde qui partagera quelques coups de cœur musicaux avec l’animateur André Robitaille et le public du Théâtre Maisonneuve.

YEFIM BRONFMAN JOUE LISZT
Hommage à Pops

Les soirées Signature Panasonic, 2 et 3 mai 20h
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts

Kent Nagano, chef d’orchestre
Yefim Bronfman, piano
Yves Desgagnés, comédien
LISZT, Les Préludes
LESAGE, (Beatitudines, création mondiale, commande de l’OSM en hommage au père Emmett Johns)
LISZT, Concerto pour piano no 2 en la majeur
CHOSTAKOVITCH, Symphonie no 9

Ce programme met notamment en lumière deux œuvres de Liszt, dont on célèbre cette année le 200e anniversaire de naissance. On pourra entendre Les Préludes, son poème symphonique le plus célèbre, inspiré des Méditations poétiques de Lamartine, ainsi que son Concerto pour piano no 2, plus proche du poème symphonique que du concerto, dans lequel le pianiste devient souvent accompagnateur des cordes et des vents, surnommé par le compositeur « concerto symphonique ». Il sera interprété par Yefim Bronfman, récipiendaire d’un Grammy pour son interprétation des trois concertos de Bartók, collaborateur de longue date de l’OSM. « On peut affirmer sans risque de se tromper qu’aucun pianiste ne ressemble de près ou de loin à Yefim Bronfman », écrivait le Philadelphia Inquirer.

Kent Nagano dirigera de plus la Neuvième Symphonie de Chostakovitch, créée le 3 novembre 1945, une œuvre néoclassique, l’un des sommets du compositeur. Ce manifeste artistique et politique entrainerait la disgrâce du compositeur pour la décennie qui allait suivre, jusqu’à la mort de Staline. « Lorsqu’on eut joué ma Neuvième, explique Chostakovitch, Staline se mit dans une colère terrible. Il était offensé jusqu’au plus profond de son être. Car il n’y avait ni chœurs ni solistes, et pas davantage d’apothéose. »

L’OSM a tenu également à rendre hommage au père Emmett Johns, fondateur de « Le Bon Dieu dans la rue» surnommé par ses protégés « Pops » et qui, avec sa roulotte, arpente les rues de Montréal depuis maintenant 22 ans. Une commande a également été passée au compositeur Jean Lesage, qui explique en ces termes Beatitudines : « Il m’est apparu qu’une métaphore musicale inspirée par l’un des plus beaux textes des Évangiles – les Béatitudes, extrait du Sermon sur la montagne d’après Matthieu – serait une façon appropriée de rendre hommage à un homme de foi dont l’engagement social semble directement inspiré de l’enseignement moral, hautement subversif, à contre-courant des idées reçues ». En début de concert, le comédien et metteur en scène Yves Desgagnés lira des témoignages de jeunes issus de « Dans la rue ».

Lors des causeries préconcert, Kelly Rice s’entretiendra avec le père Emmett Johns, le compositeur Jean Lesage et le musicothérapeute Julien Peyrin.

Une exposition unique sera également proposée au public au Piano nobile avec toiles, photos, créations musicales et littéraires via des casques d’écoute avant et pendant l’entracte des deux soirs de concert.

Série présentée par Panasonic et Fillion Électronique.
Soirée du 2 mai présentée par The Gazette.
L’OSM remercie la Fondation du Grand Montréal pour son soutien à ce projet.

KENT NAGANO ET ALAIN LEFÈVRE DANS RACHMANINOV ET SCRIABINE – COMPLET
Les Dimanches en musique, 8 mai 14h30
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Kent Nagano, chef d’orchestre
Alain Lefèvre, piano

SCRIABINE, Prométhée ou le poème du feu
DUTILLEUX, Métaboles
DUTILLEUX, Muss es sein ? (Cela doit-il être?)
RACHMANINOV, Concerto pour piano no 4 (version originale de 1926)

Décrit récemment comme un pianiste « charismatique » par la critique londonienne saluant sa virtuosité et sa performance irrésistible lors de son passage au Cadogan Hall, Alain Lefèvre recevait en 2010 un Prix JUNO, un Félix au Gala de l’ADISQ, ainsi qu’un Prix Opus en Janvier dernier. Il interprète ici deux œuvres concertantes peu données. Prométhée ou le poème du feu repose sur ce que Scriabine appelait l’« accord mystique », échafaudage de quartes faisant vaciller la tonalité. Du chaos initial à la coda qualifiée d’« extatique », l’auditeur assiste à un déferlement presque surhumain, auquel il semble difficile de résister. Alain Lefèvre propose aussi la version originale de 1926 du Quatrième Concerto de Rachmaninov, nostalgique, comme si le compositeur cherchait à raviver un souvenir de la Russie quittée près d’une décennie auparavant. Le pianiste jouera sur un tout nouveau piano Yamaha de la série CFX, instrument unique, aux possibilités sonores accrues, privilégié par nombre de pianistes sur la scène internationale au cours de la dernière année.

Deux œuvres du compositeur français Henri Dutilleux, qui vient de célébrer son 95e anniversaire, sont également au programme, Métaboles, l’une des œuvres les plus célèbres du compositeur, concerto pour orchestre en cinq mouvements, et Muss es sein?, écrit en septembre 2000 pour l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, dont le titre fait référence à la citation de Beethoven inscrite dans son dernier quatuor.

Ce concert donné à guichet fermé proposera une ambiance parfum et lumières, grâce à la collaboration de la maison Guerlain.
Concert présenté par Yamaha et Guerlain.

KENT NAGANO ET L’ÉVOLUTION DE LA SYMPHONIE
Les Grands Concerts, 10 et 11 mai 20 h
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Kent Nagano, chef d’orchestre
Angela Hewitt, piano
GABRIELI, Extraits pour cuivres de Symphonioe sacroe
BACH, Sinfonias n° 1 à 5 (pour clavier seul)
WEBERN, Symphonie, opus 21
BACH, Sinfonias n° 8 et 9 (pour clavier seul)
STRAVINSKI, Symphonies d’instruments à vent
BACH, Sinfonias n° 11,12 et 15 (pour clavier seul)
BEETHOVEN, Symphonie n°5

Conçu par Kent Nagano, ce programme unique et novateur met en lumière les différents visages que la symphonie a pu prendre au cours des quatre derniers siècles. L’OSM interprétera ainsi des pages épurées de Gabrieli et la pianiste canadienne Angela Hewitt, « instrumentiste de l’année » aux MIDEM en 2010 et « artiste de l’année » Gramophone en 2006, jouera Bach. On pourra aussi entendre la Symphonie de Webern, concentré du genre et les Symphonies d’instruments à vent de Stravinski, écrites en hommage à Debussy. Le concert comprend également l’incontournable Cinquième Symphonie de Beethoven, qu’on peut notamment entendre sur l’enregistrement L’idéal de la Révolution française, sous étiquette Analekta.

Soirée du 10 mai présenté par Giorgio Armani.
Soirée du 11 mai présenté par Pratt & Whitney Canada.

KENT NAGANO ET L’OSM AU SPRING FOR MUSIC FESTIVAL
14 mai à 19h30
Carnegie Hall de New York

L’Orchestre symphonique de Montréal reprendra ce même programme au Carnegie Hall de New York, en clôture du tout nouveau festival Spring for Music. Ce concert est le 25e de l’OSM dans la prestigieuse salle depuis 1982.

Le concert sera diffusé en direct par Classical 105.9 FM WQXR et sera accessible à l’échelle nationale grâce à America Public Media, dans le cadre de leur nouvelle série « Classical Live ».

L’OSM remercie Tourisme Montréal et Rio Tinto Alcan, partenaires du concert, Croix Bleue du Québec, fournisseur d’assurance voyage pour les musiciens durant les tournées, ainsi que la Fondation de l’OSM.
La participation de l’OSM au festival est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec.

CONCERT-APÉRO AVEC LOUIS-JOSÉ HOUDE
Concert apéro, 18 mai, 18h30
Théâtre Maisonneuve

Stéphane Laforest, chef d’orchestre
Louis-José Houde, invité spécial
André Robitaille, animateur

STRAUSS, Ainsi parlait Zarathoustra
SCHUBERT, Symphonie no 5, D. 485, si bémol majeur (quatrième mouvement)
CONTI et LOWDEN, Rocky Highlights
BERNSTEIN, West Side Story, Suite symphonique
TCHAIKOVSKI, Ouverture 1812
WAGNER, Chevauchée des Walkyries

Diplômé de l’École nationale de l’humour en 1998, Louis-José Houde est l’un des chouchous du public, comme en témoigne ses prix multiples décernés lors des galas des Olivier. Non seulement acteur polyvalent et animateur salué (son émission Ici Louis-José Houde a remporté deux prix Gémeaux en 2006 et un trophé Artis en 2010), il est également batteur mais surtout passionné par un vaste répertoire. Il nous propose ici quelques-uns de ses coups de cœur, qu’il expliquera à l’animateur André Robitaille et qui comprennent les puissantes Ouverture 1812 et la Chevauchée des Walkyries, ainsi que des pages inspirées du cinéma, notamment signées Richard Strauss et Leonard Bernstein. Au pupitre, Stéphane Laforest, chef assistant de l’OSM.

Série présentée par Banque Nationale Groupe financier.

L’OR DU RHIN DE WAGNER – DERNIERS CONCERTS À LA SALLE WILFRID-PELLETIER
Les soirées Signature Panasonic, 29 mai (14h30) et 31 mai (19h30)
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Kent Nagano, chef d’orchestre
Thomas J. Mayer, Wotan
Nikolai Shukoff, Loge
Anke Vondung, Fricka
Wendy Bryn Harmer, Freia
Laurent Alvaro, Donner
Antonio Figueroa, Froh
Anna Larsson, Erda
Eike Wilm Schulte, Alberich
Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Mime
Franz Hawlata, Fasolt
Philip Ens, Fafner
Marianne Lambert, Woglinde
Allyson Michardy, Flosshilde

WAGNER, Das Rheingold (L’Or du Rhin)
Présentation de l’opéra en version concert, avec surtitres bilingues

Après avoir présenté des versions concert de Tristan und Isolde et Tannhäuser, l’OSM interprète cette fois en version concert Das Rheingold (L’Or du Rhin), prologue de la célèbre Tétralogie. L’opéra met en scène trois jeunes ondines gardiennes de l’Or du Rhin, qui permet à qui maudit l’amour la possibilité de devenir maître du monde. Le nain Alberich prononce donc la malédiction et s’en empare. Les dieux en ont également besoin afin de l’offrir à des géants en échange de Fréia, prise en otage. Alberich se retrouve contraint, après avoir été capturé par la ruse, de confier l’anneau aux dieux mais il prononce une malédiction contre tout possesseur futur du bijou. Les géants se disputent alors pour la possession de l’anneau si bien que l’un d’eux est frappé à mort. A la fin de l’opéra, les dieux intègreront une nouvelle demeure, le fameux Walhalla.
Sur un livret de Wagner lui-même, L’Or du Rhin est constitué de quatre scènes reliées entre elles par des interludes orchestraux. Le prélude expose quant à lui de nombreux leitmotivs que Wagner utilisera dans la Tétralogie entière, dont plusieurs construits à partir du célèbre accord initial de mi bémol.

Série présentée par Panasonic et Fillion Électronique.

Renseignements: (514) 842-9951 ou www.osm.ca

L’Orchestre symphonique de Montréal est présenté par Hydro-Québec

La saison 2010-2011 est présentée en collaboration avec
Banque Nationale Groupe financier

INFORMATION TRAVAUX

Arrivez tôt au spectacle et consultez les sites suivants pour vous informer sur les travaux avant de vous rendre à votre soirée :

Section Info-travaux de la Place des Arts

Plan des entraves et des détours dans le Quartier des spectacles