Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Les Grands Ballets Canadiens de Montréal /
50 ans à faire bouger le monde autrement

Les Grands Ballets Canadiens de Montréal s’apprêtent à célébrer leur cinquantième saison au sommet de leur forme. « Tout sera meilleur que jamais, promet le directeur artistique Gradimir Pankov, de la saison 2006 2007. Il est vital que la compagnie se surpasse à chaque saison. Une 50e saison devrait éclipser toutes les autres. Elle devrait démontrer que la compagnie peut tout danser. »

Pour 2006-2007, Pankov recherche rien de moins que la perfection. Les danseurs des Grands Ballets feront davantage de pointes cette saison et, pour la première fois depuis longtemps, chacun des quatre spectacles de la compagnie à la Place des Arts sera dansé au son d’un orchestre présent sur place.

Depuis sa nomination à la direction artistique des Grands Ballets, en 2000, Pankov s’est tourné sur l’avenir, commandant des œuvres originales et composant des programmes passionnants. Il travaille des années à l’avance, planifiant les programmes et parcourant le monde à la recherche de chorégraphies inspirantes, qui interpellent à la fois les danseurs et le public. « Je vis dans l’avenir, dit il en riant. Chaque saison doit être plus innovatrice et plus forte que la précédente. »

La transformation des Grands Ballets sous Pankov a retenu l’attention du monde entier. « La révolution de Gradimir Pankov aux Grands Ballets Canadiens de Montréal se poursuit… avec des résultats prodigieux », a proclamé le New York Times. « … la troupe cinquantenaire est acclamée non seulement pour le style et la virtuosité technique de ses danseurs, mais pour son audace à exécuter des danses d’avant garde, défiant tous les genres », a enchéri le Boston Globe.

Dans la tradition de Pankov, la saison 2006 2007 débute en octobre avec un ballet romanesque, somptueux et futuriste et se termine par une soirée entraînante d’oeuvres d’un chorégraphe italien contemporain, présentées en première canadienne. Entre les spectacles de deux compagnies invitées parmi les plus célèbres au monde, les Grands Ballets présentent une soirée de deux maîtres néoclassiques, un jeune homme et le géant du ballet qui fut son inspiration : Christopher Wheeldon et George Balanchine. Sont offertes en prime les deux compagnies invitées, qui porteront l’énergie et les émotions à leur paroxysme. Le trépidant et poignant Alvin Ailey® Dance Theater et l’éblouissant Royal Winnipeg Ballet du Canada complètent la série des abonnements des Grands Ballets.

UN APERÇU DE 2006 2007

1. En réponse à la demande générale, Roméo et Juliette ouvrira la saison en octobre. Ce ballet contemporain sur pointes tirera les larmes du public. Le chorégraphe français Jean-Christophe Maillot raconte l’éternelle histoire d’amour de Shakespeare à travers un prisme psychologique moderne, qui met l’accent sur la fragilité et la vulnérabilité de l’adolescence et peint le personnage du frère Laurent sous un jour résolument sinistre. Les interprètes des Grands Ballets ont parcouru toute la gamme des passions par leur jeu et leur danse, voilà deux ans, lorsqu’ils ont présenté cette oeuvre pour la première fois. Il nous a fallu trois mouchoirs à l’époque; apportez-en davantage cette fois.

Sur les accents des accords de Prokofiev, les interprètes de ce Roméo et Juliette sensuel en trois actes évolueront dans des décors futuristes et des costumes de haute couture aux reflets métalliques, qui font écho aux figures de la chorégraphie. La tragédie de Vérone sera présentée au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts les 19, 20, 21, 26 et 28 octobre ainsi que les 3 et 4 novembre 2006.

2. Qui pourrait deviner que le délicat ballet classique Casse-Noisette est l’un des plus difficiles au répertoire des Grands Ballets, exigeant de la force, du nerf et des muscles de fer ? Les artistes de la compagnie usent 1 500 chaussons pour chaque saison de Casse-Noisette. Ceux des danseuses s’usent plus vite, chaque ballerine adulte en utilisant une paire pour chaque représentation dansée sur la musique sublime de Tchaïkovski.

Cette 43e édition de Casse-Noisette, du chorégraphe montréalais Fernand Nault, comprend 90 danseurs, 234 costumes et 150 personnages. Ce spectacle favori du temps des Fêtes sera présenté avec orchestre lors de 14 matinées et soirées à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, à compter du 16 décembre 2006.

3. George Balanchine fut le grand maître de la chorégraphie du XXe siècle. D’origine et de formation russe, il immigra à New York dans les années 1930 et fut séduit par les belles Américaines élancées aux allures provocantes et émancipées. Elles lui inspirèrent la création de ballets révolutionnaires, pleins de déhanchements et d’angles excentriques, de mouvements élégants et ininterrompus et d’une grande sensibilité musicale. Le jeune Britannique Christopher Wheeldon, chorégraphe de la compagnie de Balanchine, le New York City Ballet, a été salué comme le digne successeur de son maître.

En l’honneur de l’un et l’autre, les Grands Ballets ont créé Beauté, pureté, richesse, programme original juxtaposant un ballet de Wheeldon à deux de Balanchine. Inspirés de la joaillerie de Claude Arpels, Rubis projette des éclats de jazz, écho de la collaboration de Balanchine avec Stravinsky, tandis que Diamants rutile de la grandeur de la Russie impériale. À la fois romantique et comique, Polyphonia, de Wheeldon, est dansé sur une musique pour piano de Ligeti et rempli de figures inattendues et d’équilibres surprenants, dans une mise en scène dépouillée. Lauréat de nombreux prix, Wheeldon démontre clairement que la tradition de Balanchine se poursuit.

Beauté, pureté et richesse sera présenté avec orchestre au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, les 15, 16, 17, 22 et 24 mars 2007.

4. Pour clôturer leur saison 2006 2007, les Grands Ballets présenteront au public montréalais le chorégraphe italien Mauro Bigonzetti, dans un programme double d’oeuvres contemporaines choisies. Les Grands Ballets exécuteront Cantata, tranche juteuse de vie des ruelles napolitaines, décrite comme un hymne à l’âme, à la beauté et à l’énergie des femmes du vieux Naples. Quatre musiciennes peupleront la scène de leurs chansons folkloriques et tsiganes enflammées.

Fondateur directeur de la seule compagnie de danse indépendante d’Italie, Aterballeto, Bigonzetti créera un ballet sur les Quatre saisons de Vivaldi pour les Grands Ballets. Cette création sur commande sera pleine de la couleur, de la passion et de l’énergie qui caractérisent les œuvres du plus célèbre chorégraphe italien, de même que de la compagnie qui la lui a commandée.

Gradimir Pankov dédiera ce programme, Fougue italienne, à la communauté italienne, vibrante et historique de Montréal. Fougue italienne sera accompagné sur scène d’un quatuor de chanteurs musiciens au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, les 24, 25, 26 et 31 mai ainsi que le 2 juin 2007.

LES INVITÉS

Deux compagnies réputées, dont l’une est de retour pour la première fois en 20 ans et l’autre chère aux cœurs des Montréalais, ont été invitées à figurer dans la série des abonnements des Grands Ballets. De façons différentes, le Alvin Ailey American Dance Theater de New York et le Royal Winnipeg Ballet reflètent toute la gamme des émotions.

1. Le Royal Winnipeg Ballet du canada revient à Montréal avec Le Messie, une soirée de ballet luxuriante et lyrique de l’ancien Montréalais Mauricio Wainrot. Sur la musique du célèbre oratorio, Le Messie fait appel à l’immense talent artistique de Händel et aux émotions profondes qui inspirent sa musique. Il s’agit là d’un ballet qui apaise l’âme et élève l’esprit. Le drame et la pureté s’y allient dans un tourbillon vertigineux de mouvements nobles.

Natif d’Argentine, Wainrot dirige une importante troupe de ballet à Buenos Aires, tout en poursuivant une carrière de chorégraphe international. Le Messie a remporté de nombreux prix depuis sa première, en Belgique, il y a neuf ans. Tout nouveau au répertoire du RWB, Le Messie sera présenté à la Salle Wilfrid Pelletier de la Place des Arts, avec chœur et orchestre, les 23, 24 et 25 novembre 2006.

2. De retour à Montréal pour la première fois depuis 1987, la compagnie Alvin Ailey® American Dance Theater fait preuve d’une vigueur et d’une émotion incomparables dans Revelations, triptyque débordant de joie et comprenant le ballet type d’Ailey qui lui donne son titre. Chorégraphié en 1968 par celui que l’on a surnommé l’empereur noir de la danse américaine, Revelations, danse d’une grande spiritualité, a connu un succès mondial, devenant un classique instantané. Allant droit au cœur des spectateurs, ce ballet est exécuté sur une musique gospel par la fougueuse compagnie multiculturelle d’Ailey.

Le triptyque d’Alvin Ailey® American Dance Theater sera présenté à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts les 22, 23 et 24 février 2007.

ADIEU ANIK BISONNETTE

Les Grands Ballets consacreront une soirée d’adieu à Anik Bissonnette, première danseuse qui a conquis Montréal durant 17 années avec la compagnie, interprétant les rôles les plus variés. Anik Bissonnette, qui dansera tout au long de la saison du 50e anniversaire, a choisi Polyphonia, de Christopher Wheeldon, pour sa dernière représentation, le 6 juin 2007. Elle se joindra également à la compagnie dans Noces et dans une nouvelle création d’un chorégraphe québécois.

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX

Pour rehausser davantage cette saison du 50e anniversaire, des événements spéciaux sont prévus pour accompagner chaque programme de ballet. Les préparatifs de ces petits extras demeurent un secret, mais nous vous promettons qu’ils vous procureront encore davantage de joie, d’enthousiasme et d’émotions.

Des causeries précédant d’une heure les représentations sont une tradition aux Grands Ballets et les détenteurs de billet sont invités à y assister. Cependant, pour Casse-Noisette seulement, on donnera lecture du conte dont s’inspire le ballet, une heure avant le spectacle. Les détenteurs de billet sont invités à entendre cette lecture gratuite.

Les Grands Ballets maintiennent la tradition du conte et La souris d’un jour et d’un autre événement, où des groupements de jeunes sont invités à assister à une représentation gratuite du somptueux ballet du temps des fêtes. Pour beaucoup d’enfants, le spectacle spécial de cette année, offert le 18 décembre 2006, constituera la première occasion qu’ils auront d’assister à un ballet. Pour financer cette activité, le Fonds Casse-Noisette pour enfants, avec la participation du milieu des affaires de Montréal, tiendra une levée de fonds le 17 décembre 2006.

AU SUJET DES GRANDS BALLETS CANADIENS DE MONTRÉAL

Fondés par Ludmilla Chiriaeff en 1957, Les Grands Ballets Canadiens de Montréal se sont donnés pour mission de populariser toutes les formes du ballet contemporain. Au fil des ans, la compagnie a présenté, bien sûr, les classiques, mais s’est également distinguée en créant des œuvres d’artistes débutants et de chorégraphes importants. Depuis l’arrivée de Gradimir Pankov à la direction artistique, en 2000, la compagnie n’a cessé de solliciter l’imagination, d’étonner et d’émouvoir son public et de lui infuser la passion de la danse. Déterminé à mettre en scène des œuvres originales, Pankov, en quelques années à peine, a commandé des ballets tels que La Dame de Pique, Noces, Celle qui, dit on, aurait perdu sa chaussure (Cendrillon), TooT et, plus récemment, La Bête et la Belle.

Aujourd’hui, les Grands Ballets incarnent l’audace. Tout simplement. Nous voulons faire bouger le monde autrement. Nous offrons une vision différente du monde par cet art qui nous tient à cœur – une vision plus émotive, théâtrale, accessible, passionnante et, nous l’espérons, plus divertissante que jamais.

Renseignements sur le site Grands Ballets Canadiens