Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les mardi 5 et mercredi 6 avril 2005 à 20 h

Les Grands Concerts / Kent Nagano dirige Messiaen

Mozart a porté le concerto pour piano classique à sa perfection. Conciliant une invention mélodique hors du commun, un langage rythmique fluide et une écriture alliant la plus haute expression musicale à une virtuosité qui ne constitue jamais un but en soi, la plupart d’entre eux témoignent également de tout ce que les concertos de Mozart doivent à sa musique vocale.

Longtemps l’un des plus connus et des plus joués des concertos mozartiens, le Concerto en ré mineur (la même tonalité que l’ouverture de Don Giovanni), met en valeur les richesses sonores de l’orchestre. C’est d’ailleurs peu de temps après sa création en 1785 que Joseph Haydn devait déclarer à Léopold Mozart : » Votre fils est le plus grand compositeur que je connaisse. »

Ce concerto sera interprété par le jeune pianiste autrichien Till Fellner, un des deux protégés d’Alfred Brendel, lauréat du premier prix au Concours international Clara Haskil en 1993 et du prix d’interprétation Mozart du Mozartgemeinde Wien en 1998.

Kent Nagano a attiré l’attention en 1984 alors qu’Olivier Messiaen le choisissait pour devenir l’assistant de Seiji Ozawa lors de la création de son opéra Saint-François d’Assise. »

Le 28 avril [1986], Salle Pleyel, Kent Nagano a dirigé ma Turangalîla-Symphonie à la tête de l’Orchestre de Paris […]. L’exécution fut très belle, et Kent Nagano, qui a dirigé presque toutes mes œuvres, fut splendide de précision, de lyrisme et d’envolée » mentionnait Olivier Messiaen dans Musique et Couleur : nouveaux entretiens avec Claude Samuel en 1986.

Olivier Messiaen demeure l’un des plus grands créateurs du XXe siècle. Le compositeur a cultivé un art profondément original marqué, selon son expression, par le désir d’exprimer l’idée de » l’existence des vérités de la foi catholique « . À partir des années 1940, sa fascination pour les chants d’oiseaux, » ces petits serviteurs de l’immatérielle joie » – le chant de 48 oiseaux issus de tous les coins du monde est noté dans Éclairs sur l’Au-delà – viendra élargir encore l’éventail de ses ressources compositionnelles.

Enfin, les effets de la synopsie de Messiaen – faculté de voir des couleurs en entendant des sons – imprégneront son catalogue de part en part.

Éclairs sur l’Au-delà, » ensemble de méditations sur l’Au-delà et la Jérusalem céleste « , explique la pianiste Yvonne Loriod (veuve du compositeur), a été composée entre 1987 et 1991 et est la dernière œuvre du compositeur. Commande de l’Orchestre philharmonique de New York à l’occasion de son 150e anniversaire, elle a été créée par cet orchestre sous la direction de Zubin Mehta le 5 novembre 1992, un peu plus de six mois après la mort du compositeur.

Les effectifs en sont colossaux : 128 instruments. Dans le neuvième mouvement, » Plusieurs Oiseaux des arbres de Vie « , par exemple, 18 bois, jouant tous hors tempo, reproduisent ainsi le chant de 25 chants d’oiseaux différents, selon leurs propres tempi.

Une conférence pré-concert aura lieu à 19 h 10 au cours de laquelle Françoise Davoine, animatrice à Espace musique, la nouvelle radio musicale de Radio-Canada, reçoit Kent Nagano au Piano Nobile.

Kent Nagano, directeur musical désigné
Till Fellner, pianiste
Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano no 20 K. 466
Olivier Messiaen, Éclairs sur l’Au-delà

Les concerts ont lieu à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Billets en vente sur le site
ou au (514) 842-9951(billetterie OSM) et

sur le site
ou au (514) 842-2112 (billetterie Place des Arts)