Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

À la demande générale, Les Monologues du vagin, mis en scène par Denise Filiatrault, qui seront présentés les 11 et 12 octobre prochain à la Salle Albert-Rousseau, annoncent déjà des supplémentaires les 5 et 6 janvier 2005.

Voici ce qu’en dit notre collaboratrice spéciale, Jocelyne Tourangelle

Chacune des actrices raconte à sa manière l’intimité des femmes. On entend ici toutes les générations de femmes, on sent toutes les éducations : les scrupuleuses, les libérées, les coquettes, les humbles. On subit toutes les humiliations vécues par les femmes du monde entier : celle causée par l’amoureux incompréhensif, celle de la jeune fille abusée par l’ami de la famille, celle des femmes violées à bout de carabine en pays conquis.

On vit la coquetterie à travers les atours dont chacune affuble cet apanage qui est nôtre : le Vagin. On vit l’horreur à travers les rituels de passage qui mutilent. On vit l’orgasme, selon le tempérament. On vit la douleur, mais surtout le bonheur de donner la vie. On entend tous les mots d’amour par lesquels on le désigne: la chatte, la minoune…

On rit à gorge déployée et quelques instants après, on retient ses larmes. La sensibilité du texte ne laisse personne indifférent.

Autant Broue collait à la peau des hommes; autant les Monologues du Vagin collent à celle des femmes. Je lui imagine un succès qui durera aussi longtemps… Une pièce à vivre et à revoir pour les réflexions qu’elle provoque.

Écriture : Eve Ensler. Mise en scène : Denise Filiatrault. Interprètes : Nicole Leblanc, Louise Marleau, Geneviève Rioux et Sandra Dumaresq.

Les billets sont en vente depuis vendredi au (418) 659-6710 ou 1 877 659-6710. Prix d’entrée : 40 $ (taxes incluses, frais de service en sus)

Critique d’Uparathi

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément