Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->


LES PROCHAINS CONCERTS DE L’OSM

SUSAN GRAHAM CHANTE CHAUSSON

MURRAY PERAHIA EN RÉCITAL

MAXIM VENGEROV CHEF ET SOLISTE
Concerts symphoniques et rendez-vous de musique de chambre (dont deux à la Salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts, présentés dans le cadre des Journées Debussy) aux amateurs.
La superbe mezzo-soprano américaine Susan Graham, qui sera cette saison de retour au Metropolitan Opera de New York et effectuera une tournée hivernale avec Renée Fleming, sera la soliste du Poème de l’amour et de la mer, œuvre vocale orchestrale majeure de Chausson, charnière d’un programme de musique française dirigé par Marc Minkowski, un des chefs français les plus en vue de la scène internationale et qui fera à cette occasion ses débuts à l’OSM.

Lauréat de deux Grammys, le pianiste américain Murray Perahia n’a cessé de briller sur la scène classique internationale depuis sa victoire au Leeds en 1972. Son jeu réfléchi, mais jamais dépourvu de chaleur, séduit aussi bien pianistes que mélomanes. Il retrouve le public de l’OSM pour la première fois depuis 1988, dans un récital aux couleurs multiples.

SUSAN GRAHAM CHANTE CHAUSSON
Les Grands Concerts du mardi Homeocan
Les Grands Concerts du mercredi 2 Fillion électronique
16 et 17 octobre 20 h
La Maison symphonique de Montréal

Marc Minkowski, chef d’orchestre
Susan Graham, mezzo-soprano

RAVEL, Ma Mère l’Oye
CHAUSSON, Poème de l’amour et de la mer
ROUSSEL, Symphonie no 3

Œuvre dont la composition s’étale sur une dizaine d’années, le Poème de l’amour et de la mer d’Ernest Chausson, dédié à son ami Henri Duparc, est un diptyque pour voix et orchestre dont les poésies sont extraites du recueil d’un autre de ses amis, Maurice Bouchor. Elle s’articule autour de trois segments, dont un interlude orchestral. Il sera chanté ici par Susan Graham, saluée comme une « interprète éloquente d’un large répertoire » (New York Times).

Ma Mère l’oye, de Ravel, voit d’abord le jour dans sa version pour piano quatre mains, cadeau pour Jean et Marie, enfants de ses amis Godebski. « Le dessein d’évoquer dans ces pièces la poésie de l’enfance m’a naturellement conduit à simplifier ma manière et à dépouiller mon écriture », explique-t-il dans son Esquisse autobiographique.
Ce programme français, placé sous la direction de Marc Minkowski, directeur musical des Musiciens du Louvre et du Sinfonia Varsovia, est complété par la Troisième Symphonie de Roussel, commande du Boston Symphony Orchestra pour le 50e anniversaire de sa fondation en 1930, œuvre de maturité et l’une de ses pages les plus connues, dont un thème de cinq notes unit les quatre mouvements.

Lors de la causerie pré-concert, à 19 h, l’animateur Kelly Rice s’entretiendra avec Rosemarie Landry, soprano, professeure de chant et coach de diction lyrique française.

LES JOURNÉES DEBUSSY
Musique de chambre avec les musiciens de l’OSM / Tableaux en musique
19 octobre 18 h 30
Salle Bourgie du MBAM

Olivier Thouin, violon
Brian Manker, violoncelle
François Zeitouni, piano

DEBUSSY, Sonate no 3 pour violon et piano
DEBUSSY, Sonate no 1 pour violoncelle
DEBUSSY, Trio, en sol majeur

Deux concerts de la série « Tableaux en musique » sont consacrés au répertoire de musique de chambre de Debussy, dont on célèbre en 2012 le 150e anniversaire de naissance. Lors de ce concert, on entendra trois œuvres mettant en lumière le violon, le violoncelle et le piano, en duo et en trio.

Troisième d’une série prévue de six et sa dernière œuvre complète, sa Sonate pour violon et piano, d’une grande liberté formelle, est conçue avec finesse, transparence et un parfait équilibre entre les instruments. Œuvre-phare du répertoire pour violoncelle, en trois mouvements dont la 2e et 3e s’enchaînent, la Première Sonate est influencée par la musique de François Couperin, malgré ses références modales. Page de jeunesse que l’on croyait perdue, qui a été reconstituée dans les années 1980 par une équipe de musicologues, le Trio a été écrit alors que Debussy était employé par madame von Meck (la bienfaitrice de Tchaïkovski).

BEETHOVEN HABITE À L’ÉTAGE
Jeux d’enfants
21 octobre 13 h 30
La Maison symphonique de Montréal

Nathan Brock, chef d’orchestre
Jean Marchand, comédien et pianiste
Kim Despatis, comédienne
Philippe Robert, comédien
Hugo Bélanger, metteur en scène

Œuvres de Beethoven dont des extraits des Cinquième, Sixième et Neuvième Symphonies

Spectacle présenté en français

Le quotidien d’un enfant du 19e siècle est bouleversé quand un locataire excentrique s’installe dans l’appartement du dessus. Si au départ il ne comprend pas Ludwig van Beethoven, il finit par prendre conscience du génie du compositeur, de la douleur que représente sa surdité, mais surtout de la beauté remarquable de sa musique. L’une des figures les plus marquantes de l’histoire de la musique, Beethoven a laissé une empreinte indélébile sur le monde de la musique. Jeunes et moins jeunes découvriront certains éléments biographiques, mais pourront surtout apprécier toute la puissance du compositeur, que ce soit dans des œuvres pour piano seul (interprétée par le comédien et pianiste Jean Marchand) ou pour orchestre (des extraits de trois de ses célèbres symphonies).

L’OSM est placé ici sous la direction du chef assistant Nathan Brock.

Ce spectacle est une production de Classical Kids LIVE!, inspirée d’un disque ayant remporté un prix Juno et un Emmy pour sa version filmée. Cette présentation est autorisée par Classical Kids Music Education.

Le concert fait partie de la série Jeux d’enfants présentée par Industrielle Alliance.

Ce concert est aussi présenté dans le cadre des Matinées jeunesse les lundi 29 octobre à 10 h 15 (français), mardi 30 octobre à 10 h 15 et 13 h 15 (français) et mercredi 31 octobre à 10 h 15 (anglais).

Grâce à la généreuse contribution de la Fondation Nussia et André Aisenstadt, plus de 300 jeunes assisteront gracieusement au concert du 30 octobre à 13 h.

MURRAY PERAHIA EN RÉCITAL
Les Récitals
24 octobre 20 h
La Maison symphonique de Montréal

Murray Perahia, piano

HAYDN, Sonate en majeur, H 24
SCHUBERT, Six Moments musicaux
BEETHOVEN, Sonate no 14 en do dièse mineur « Clair de lune »
SCHUMANN, Carnaval de Vienne
CHOPIN, Impromptu no 2 en fa dièse majeur et Scherzo no 1 en si mineur

Murray Perahia revient à Montréal pour la première fois depuis 1988. Loué aussi bien pour ses interprétations du répertoire baroque que romantique, le « poète du piano » est un artiste complet, qui sait aussi bien transmettre l’architecture d’une œuvre que ses moindres subtilités interprétatives.

Il propose au public montréalais un récital consistant, qui s’articule autour de pages classiques (une sonate de Haydn et la célèbre « clair de lune » de Beethoven) que romantiques (deux pages de Chopin et le délicat Carnaval de Vienne de Schumann). En charnière entre les deux, il nous offre les délicats Moments musicaux de Schubert, héritier de Beethoven, qui devait paver la voie à tant d’autres.

Ce récital est présenté par Croesus Finansoft.

Cette série est présentée en coproduction avec Pro Musica.

VENGEROV JOUE BRAHMS ET RIMSKI-KORSAKOV
Les Grands Concerts du jeudi 2 Power Corporation du Canada
Les Grands Samedis OSM
25 et 27 octobre 20 h
La Maison symphonique de Montréal

Maxim Vengerov, chef d’orchestre et violon
Nathan Brock, chef d’orchestre (Brahms)

BRAHMS, Concerto pour violon
RIMSKI-KORSAKOV, Shéhérazade

Soliste époustouflant et chef d’orchestre ayant conquis aussi bien la critique que le public, Maxim Vengerov retrouve l’OSM. « Le plus grand violoniste au monde » (Glasgow Herald) interprétera ainsi une pièce majeure du répertoire romantique pour l’instrument, aux difficultés redoutables, écrit par Brahms pour son ami, le violoniste virtuose Joseph Joachim. L’Orchestre sera alors placé sous la direction de Nathan Brock, son chef assistant.

Il dirigera ensuite Shéhérazade, l’une des œuvres les plus populaires de Rimski-Korsakov, évocation de l’univers merveilleux des contes des Mille et Une Nuits. Deux thèmes, l’un suggérant le sultan Shahryar (fortissimo des cuivres à l’unisson, qu’on entend dès le début du premier mouvement), l’autre Shéhérazade (une mélodie envoûtante jouée au violon solo) et plusieurs éléments thématiques issus d’un même motif traduisent avec brio cet enchaînement d’histoires.

LES JOURNÉES DEBUSSY
Musique de chambre avec les musiciens de l’OSM / Tableaux en musique
26 octobre 18 h 30
Salle Bourgie du MBAM

Olivier Thouin, violon
Marianne Dugal, violon
Rémi Pelletier, alto
Sylvain Murray, violoncelle
Ali Yazdanfar, contrebasse
Denys Bluteau, flûte
Jennifer Swartz, harpe

DEBUSSY, Quatuor à cordes, en sol mineur
DEBUSSY, Syrinx
DEBUSSY, Sonate no 2 pour flûte, alto et harpe
DEBUSSY, Danses sacrée et profane

Dans ce second programme consacré à Debussy, on entendra Syrinx pour flûte seule, illustration de la dernière mélodie que le dieu Pan joue avant de mourir, et deux œuvres mettant en lumière la harpe. La deuxième des six sonates pour divers instruments que Debussy a dédiée à son épouse Emma comporte trois mouvements. Il s’en dégage une atmosphère sonore douce et mélancolique, aux accents orientaux. Pièce de commande écrite pour tester la nouvelle harpe chromatique de Pleyel (une harpe sans pédale, les cordes des altérations étant ajoutées à l’instrument), Danses sacrée et profane reste l’une des œuvres pour harpe les plus connues encore aujourd’hui. Le Quatuor pour cordes, œuvre maîtresse pour la formation, se veut une étude tout en contrastes, à la lumineuse unité.

Suivez l’OSM sur Facebook et Twitter.

L’Orchestre symphonique de Montréal tient à remercier
Loto-Québec, le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des arts de Montréal pour leur généreux soutien.

Renseignements: (514) 842-9951 ou www.osm.ca

L’Orchestre symphonique de Montréal est présenté par Hydro-Québec
La saison 2012-2013 est présentée en collaboration avec Banque Nationale