Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

AiglonL’OSM remporte un 1er prix ECHO Klassik pour L’Aiglon

L’Orchestre symphonique de Montréal est fier d’annoncer que son enregistrement intégral de L’Aiglon a remporté le prix ECHO Klassik, la plus prestigieuse récompense en musique classique d’Allemagne, dans la catégorie « Enregistrement d’opéra – musique du 20e/21e siècle ». Gravé sur disque en première mondiale, ce drame lyrique d’Honegger et d’Ibert marquait le renouvellement de l’historique partenariat de l’OSM avec la prestigieuse maison Decca.

« Nous, à l’Orchestre symphonique de Montréal, sommes profondément honorés d’avoir reçu ce prestigieux prix ECHO Klassik. L’Aiglon est une œuvre unique et historique issue de la tradition opératique française. Le projet d’enregistrement est né de l’idée que, grâce à l’opéra, la langue française tout comme sa diction lyrique et ses traditions vocales si distinctives méritent d’être non seulement célébrées, mais aussi préservées pour les générations futures. Nous sommes profondément reconnaissants à ECHO Klassik pour cette reconnaissance et partageons nos sincères remerciements  », a souligné Kent Nagano, directeur musical de l’OSM.

En plus de ce prix important, le coffret double L’Aiglon s’est mérité un Diapason d’or « Découverte » (mars 2016) et a été nommé « Classical Album of the Week » par le Sunday Times Culture Magazine (mars 2016), « La clef du mois » par Res Musica (mars 2016) et « Disc of the Week » par BBC Radio 3 (avril 2016).

Une grande première

C’est en mars 2015 que L’Aiglon a été enregistré, à l’occasion de sa première nord-américaine à la Maison symphonique de Montréal. Sous la direction de Kent Nagano, L’Aiglon regroupe une distribution exceptionnelle composée de chanteurs francophones, avec la soprano belge Anne-Catherine Gillet dans l’Aiglon, duc de Reichstadt, le baryton québécois Étienne Dupuis dans Metternich et le baryton français Marc Barrard dans Séraphin Flambeau. Sont également de la distribution Philippe Sly, Pascal Charbonneau, Isaiah Bell, Tyler Duncan, Jean‑Michel Richer, Hélène Guilmette, Marie-Nicole Lemieux, Julie Bouliane et Kimy McLaren. 

L’œuvre d’Honegger et d’Ibert

L’Aiglon est basé sur une pièce de théâtre d’Edmond Rostand datant de 1900, originalement écrite pour Sarah Bernhardt dans le rôle-titre. L’intrigue se situe dans les années de formation à Vienne de Napoléon II, duc de Reichstadt, fils et successeur de Napoléon, et elle explore son rôle comme pion du chancelier autrichien, le prince Metternich, sur l’échiquier politique. Honegger et Ibert hésitaient à s’investir dans le projet, mais ils auraient changé d’idée un jour que la voiture dans laquelle ils voyageaient ensemble est tombée en panne. Leur musique, accessible quoique raffinée sur le plan technique, a été très bien accueillie à l’époque de la première production de l’œuvre par l’Opéra de Monte-Carlo, en mars 1937.

L’Orchestre symphonique de Montréal

Depuis sa fondation en 1934, l’Orchestre symphonique de Montréal s’est illustré à titre de chef de file de la vie symphonique canadienne et québécoise. Ambassadeur culturel de premier plan, l’Orchestre a acquis une réputation des plus enviables sur la scène internationale par la qualité de ses nombreux enregistrements et tournées. L’OSM poursuit cette riche tradition sous la gouverne de son directeur musical, Kent Nagano, tout en se distinguant par une programmation novatrice qui vise à actualiser le répertoire symphonique et consolider l’ancrage de l’Orchestre au sein de sa communauté. Au fil des ans, l’OSM s’est produit lors de plus d’une quarantaine de tournées (la plus récente a eu lieu du 14 au 26 mars 2016 de la côte Est à la côte Ouest des États-Unis) et d’une trentaine de sorties nationales et internationales. L’Orchestre a réalisé plus d’une centaine d’enregistrements sur étiquettes Decca, EMI, Philips, CBC Records, Analekta, ECM et Sony, ainsi que sur sa propre étiquette, lesquels lui ont valu quelque 50 prix nationaux et internationaux.