Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 28 mai, 2, 5, 7 juin 2008 à 20 h, 31 mai 2008 à 14 h
Photo Yves Renaud

Madame Butterfly (Madama Butterfly)

Tragédie japonaise en trois actes de Giacomo Puccini
En italien, avec surtitres français et anglais

Une production de Opera Australia, présentée par l’Opéra de Montréal

Après l’éblouissant Lakmé, l’Opéra de Montréal présente, pour clore sa 28e saison, une seconde production lumineuse d’Opera Australia : Madame Butterfly (Madama Butterfly), tragédie japonaise en trois actes du grand Giacomo Puccini, le maître de l’émotion musicale. Dans le rôle-titre, la soprano japonaise à la voix d’or Hiromi Omura qui fait ses débuts nord-américains à la compagnie, après avoir chanté le rôle au Deutsche Oper de Berlin. À ses côtés, le ténor américain Richard Troxell, en lieutenant Pinkerton, rôle qu’il interprétait dans le film éponyme de Frédéric Mitterand. Pour compléter la distribution, le baryton canadien James Westman – que l’on a pu entendre dans le rôle de Frédéric (Lakmé) – sera Sharpless, le consul américain à Nagasaki, Annamaria Popescu, mezzo-soprano canadienne au timbre soyeux, revient à la compagnie en Suzuki, la servante de Cio-Cio-San, rôle dont elle est la détentrice à La Scala de Milan, et le ténor américain Jon Kolbet sera Goro, et Le Bonze, la basse américaine Young-Bok Kim.

Yannick Nézet-Séguin dirigera cette œuvre pour la première fois et sera à la tête de son ensemble, l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal, et du Chœur de l’Opéra de Montréal tous les soirs de représentations, excepté le 31 mai qui sera sous la baguette de Giuseppe Pietraroia. La mise en scène est de l’Australien Moffatt Oxenbould, aux côtés d’une équipe de concepteurs d’Opera Australia : Peter England (décors) ; Russell Cohen (costumes) ; Robert Bryan (éclairages).

La jeune geisha Cio-Cio-San, surnommée Madame Butterfly, tombe follement amoureuse d’un lieutenant américain, Pinkerton. Elle est prête à tout abandonner de ses racines pour lui. Mais pour lui, ce n’est là qu’un caprice exotique et passager; il repart sur les mers… Trois ans ont passé avant que ne revienne Pinkerton auprès de Cio-Cio-San pour reprendre l’enfant né de leur passion… une trahison qui sera fatale à Cio-Cio-San.

Hiromi Omura qui interprète Madame Butterfly a une voix sublime, avec de l’ampleur, mais en même temps beaucoup de délicatesse et une grande douceur. Elle joue avec un grand naturel la geisha amoureuse et chante tout aussi aisément en portant son fils de trois ans dans ses bras.

Annamaria Popescu en Madame Suzuki, sa confidente, lui donne la réplique avec brio. Richard Troxell chante très bien l’amoureux Pinkerton et James Westman, en consul américain est tout à fait superbe.

Élément rafraîchissant, un bel enfant de trois ans, fils de Madame Butterfly, tient son rôle avec beaucoup de calme; on le sent habitué à l’opéra.

Les décors sont d’une simplicité très zen. L’ouverture des cloisons de papier de riz sur un ciel constellé d’étoiles où brille aussi la lune est particulièrement réussie. Les voiles sont utilisés avec beaucoup d’inspiration. Une pluie de pétales de fleurs est romantique à souhait.

Les kimonos aux larges manches accentuent en toute beauté la gestuelle des chanteurs. Ils sont de couleurs unies, mais dans des teintes chatoyantes et d’un goût exquis. Leur superposition dans des couleurs différentes est tout à fait séduisante.

Yannick Nézet-Séguin dirigeait son orchestre avec l’intensité qu’on lui connaît.

J’ai pleuré en entendant l’interprétation divine de Hiromi Omua. Je n’ai d’ailleurs jamais entendu une ovation si longue que celle qu’on lui a réservée. La production de Opera Australia est grandiose. Que vous soyez ou non un mordu d’opéra, courez voir cette Madame Butterfly. Vous serez conquis.

1/2

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

PréOpéra – Présentation de l’œuvre par Pierre Vachon : 18 h 30 / 12 h 30 (matinée) avant chaque représentation, au Piano Nobile de la PDA.

infOpéra : www.operademontreal.com

Billetterie : PdA (514) 842-2112 / 1 866 842-2112 ou www.laplacedesarts.com

Billets à la pièce à partir de 44 $.