Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Supplémetaires
le vendredi 26 octobre, 20 h et
le samedi 27 octobre, 16 h

Jusqu’au 20 octobre 2007
Du mardi au vendredi à 20 h
Le samedi à 16 h et à 20 h 30

Le Théâtre du Rideau Vert est heureux d’annoncer une nouvelle représentation de la pièce Marie Stuart, LA pièce à ne pas manquer en ce début de saison ! Cette supplémentaire, qui aura lieu le samedi 27 octobre à 16 h, sera la dernière chance pour les spectateurs de voir cette pièce encensée par la critique ! Les billets sont en vente dès maintenant au guichet du Théâtre du Rideau Vert, au (514) 844-1793 et sur le site http://www.rideauvert.qc.ca

Marie Stuart

La confrontation fatale entre deux reines :
un duel historique aux accents actuels

Photo: Angelo Barsetti, Design: Folio et Garetti

Au terme de 18 ans de prison, le 25 octobre 1586, Marie Stuart, reine d’Écosse, est reconnue coupable de conspiration contre la reine d’Angleterre, Élizabeth 1ere, et condamnée à mort. La reine mettra plusieurs mois avant de signer son acte d’exécution, qui aura finalement lieu le 8 février 1587. Épouse du roi de France François II, Marie Stuart est rentrée en Écosse à la mort de son mari en 1560. Profondément catholique, elle ne peut accepter que le protestantisme devienne la religion d’état en Écosse. Prétendante au trône d’Angleterre, elle complota un assassinat contre la reine.

UNE PIÈCE DE Friedrich von Schiller
TRADUCTION LITTÉRAIRE DE Marie-Élisabeth Morf
TEXTE FRANÇAIS DE Normand Chaurette
MISE EN SCÈNE DE Alexandre Marine

DISTRIBUTION
Sylvie Drapeau
Lise Roy
Catherine Bégin
Robert Lalonde
Jacques Girard
Émile Proulx-Cloutier
Jean-François Casabonne
Jean-Louis Roux
Frédéric Desager
Vitali Makarov

CONCEPTEURS
Jean Bard
Jessica P. Chang
Spike Lyne
Dimitri Marine
Nikita U.

ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE
Maria Monakova

Le Théâtre du Rideau Vert présente, comme première pièce de sa saison 2007-2008, une oeuvre magistrale, inspirée par des faits historiques1. Marie Stuart du dramaturge allemand Friedrich von Schiller, met en scène deux reines imbues de pouvoir et leur entourage. Ce texte, qui date de plus de deux siècles n’a pas pris une ride, car les histoires d’amour, de rivalité et de pouvoir sont universelles et immuables. Est recréé sous nos yeux le combat tragique que se sont livrées Marie Stuart, reine d’Écosse, et Élizabeth 1ère, reine d’Angleterre, un duel qui met en lumière leur force et leur faiblesse, leur grandeur et leur lâcheté, et à l’instar des dirigeants politiques de toutes les époques, leur désir faire accepter leur vision du monde par le peuple qu’elles gouvernent ou aspirent à gouverner.

La pièce est mise en scène par l’artiste russe, établi au Québec depuis quelques années, Alexandre Marine, assisté de Maria Monakhova. Ils sont tous deux co-fondateurs en 1995, avec Vitali Makarov, du Théâtre Deuxième Réalité. Alexandre Marine a signé une soixantaine de mises en scène à Montréal, Moscou, Boston, New York et Tokyo, dont celle de The Winter’s Tale au Centaur Theatre, qui a mérité le prix de la meilleure production anglophone lors de la Soirée des Masques en 1997 et celle de Hamlet avec le Théâtre Deuxième Réalité, qui a été reconnue comme le meilleur spectacle de la saison montréalaise 1998-1999 par l’Association québécoise des critiques de théâtre. Comme Marine a tenu à le mentionner : «Cette pièce de Friedrich von Schiller, un remarquable auteur post Shakespearien admiré par de nombreux artistes dont Dostoïevski, est d’abord et avant tout une tragédie mettant en scène la dignité humaine, celle que
Marie Stuart réclame, celle dans laquelle Élizabeth 1ère se drape. C’est aussi l’histoire très actuelle de deux femmes de pouvoir confrontées à des choix, de deux reines soucieuses de plaire à leurs commettants, à la recherche de gloire, d’admiration et d’amour, de deux femmes fortes et faibles à la fois unies par une même ambition, mais que tout oppose : religion, vie amoureuse, destin.»

La traduction littéraire de Marie-Élizabeth Morf et le texte français de Normand Chaurette ont donné à cette oeuvre toute son actualité dans le respect de la langue poétique originale. Comme le mentionnait Normand Chaurette : «En traduisant chaque réplique de Schiller, il me venait à l’esprit que l’horreur du monde dans lequel nous vivons, et les crimes qu’on voit se commettre au nom d’une allégeance religieuse ou politique, n’ont vraiment rien de contemporain ; chaque jour, au contraire, nous rappelle que notre fragile condition dépend presque toujours des humeurs et des faiblesses de ceux qui la gouvernent.»

Sylvie Drapeau (Marie Stuart) fait face à Lise Roy (Élizabeth 1ère). Elles sont entourées de Catherine Bégin (Hanna Kennedy),
Robert Lalonde (Wilhem Cecil, baron de Burleigh), Jacques Girard (Sir Amias Paulet), Émile Proulx-Cloutier (Mortimer),
Jean-François Casabonne (Robert Dudley, comte de Leicester), Jean-Louis Roux (Georges Talbot), Frédéric Desager (Comte de Belliève) et Vitali Makarov (Sir William Davison).

La musique originale aux accents rock de Dmitri Marine et Nikita U, les décors de Jean Bard, les costumes de Jessica P.
Chang et les éclairages de Spike Lyne ont été revisités pour donner à ce texte classique une modernité vibrante.

Une présentation de Hydro-Québec

AU THÉÂTRE DU RIDEAU VERT
4664 rue Saint-Denis
(métro Mont-Royal ou Laurier)

Pour en savoir plus sur le Théâtre du Rideau Vert, visitez leur site http://www.rideauvert.qc.ca