Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Le mardi 15 janvier 2008, de midi à 18 h

Figaro-ci, Figaro-là, un barbier à l’Opéra !
Ménick, le célèbre barbier des sportifs,
à l’Opéra de Montréal!

dans les Pas Perdus de la Place des Arts

de midi à 18 h : rasage gratuit sur fond de musique de Rossini

de 17 h à 18 h : airs du Barbier de Séville interprétés par trois solistes de la production.

Oyez, oyez ! L’Opéra de Montréal fait la barbe à l’hiver en invitant le plus célèbre barbier de Montréal dans ses murs le mardi 15 janvier 2008, dans les Pas Perdus de la Place des Arts. À l’affiche de midi à 18 h : rasage gratuit sur fond de musique de Rossini avec Ménick, le célèbre barbier des sportifs et des personnalités de Montréal et amateur d’opéra !

Bienvenue à tous ceux qui voudront profiter de son art et tenter l’expérience. Les participants et le public courront la chance de remporter des paires de billets pour assister à l’opéra de Rossini. Osez, osez !

En prime, de 17 h à 18 h, trois solistes de la production – Aaron St. Clair Nicholson (Figaro), Julie Boulianne (Rosine) et Stephen Morscheck (Bartolo) interpréteront des extraits du chef-d’œuvre de Rossini Le barbier de Séville présenté par l’Opéra de Montréal dès le 2 février 2008.

Ménick
De Maurice Richard à Sidney Crosby, en passant par «Mad Dog» Vachon et Chuck Norris, Ménick les a tous rasés et les compte encore comme clients de la rue Masson où il officie depuis plus de 45 ans.

« J’ai 63 ans, et je suis ici tous les matins à partir de sept heures, sept heures et demi. Pourtant, on ouvre juste à 9 heures. Ça me donne le temps de lire les journaux, et prendre le pouls de la journée qui vient. Le midi, cherche-moi pas ailleurs, je suis là, je ne bouge pas d’ici. C’est comme ça six jours par semaine. Le dimanche, je vais à la messe. C’est vrai qu’on est moins nombreux qu’avant… »

Le Barbier de Séville (Il barbiere di Siviglia) de Gioacchino Rossini,
présenté par l’Opéra de Montréal
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts
2, 6, 9, 11, 14 février 2008 à 20 h
et 16 février 2008 à 14 h

Du Rossini à son meilleur : pétillant, désopilant, rebondissant ! Dans cet opéra-bouffe en deux actes aux nombreux quiproquos où séduction rime avec finesse et humour, la nouvelle génération d’étoiles lyriques canadiennes sera réunie sur une même scène : Le baryton Aaron St. Clair Nicholson (l’impénitent séducteur du Don Giovanni de la saison dernière) sera Figaro, barbier malicieux qui se fait le complice du jeune comte Almaviva, chanté par le ténor Frédéric Antoun (le séduisant Gérald de Lakmé la saison dernière), pour l’aider à gagner le cœur de la belle Rosine, interprétée par la mezzo-soprano Julie Boulianne (qui fait ses débuts dans un rôle principal sur la grande scène), pupille du vieux médecin Bartolo qui prétend la marier, rôle tenu par un grand rossinien, la basse-bouffe italienne Donato di Stefano. À leurs côtés, autre star de l’opéra-bouffe, le baryton-basse américain Stephen Morscheck en Basilio, maître de chant de Rosine et allié de Bartolo.

Jacques Lacombe est de retour à la compagnie à la tête de l’Orchestre symphonique de Montréal et du Chœur de l’Opéra de Montréal ; la mise en scène est signée Alain Gauthier, dont tous ont salué la finesse de son travail dans Il tabarro/Suor Angelica (2006). Production de l’Opéra de Montréal ; décors et costumes d’époque signés Robert Prévost, dans une adaptation de Guy Neveu ; éclairages : Anne-Catherine Simard Deraspe.

infOpéra : www.operademontreal.com