Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 9 et 10 mai à 20 h
et le 11 mai à 14 h

Arion, orchestre baroque
et Claire Guimond, directrice artistique,
présentent, dans le cadre de

la Passion de la Découverte

Mozart
et la clarinette de basset…

Concert sous la direction de Jaap ter Linden,
avec, pour la première fois à Montréal,
Frank van den Brink, clarinette de basset

L’orchestre baroque ARION présentera en première Montréalaise sur instruments d’époque, le concerto pour clarinette et le quintette avec clarinette de Mozart. ARION conclut sa 27ième saison avec un programme entièrement consacré à Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791). Pour l’occasion, la directrice artistique Claire Guimond a invité le clarinettiste néerlandais Frank van den Bruik et a confié la direction à Jaap ter Linden, régulier et aimé collaborateur d’ARION. Mentionnons que l’enregistrement de l’intégral des symphonies de Mozart sous la direction de Jaap ter Linden a été applaudi sur la scène internationale.

Ce concert, sur instruments d’époque, est l’occasion de découvrir un soliste et aussi de redécouvrir la pureté des timbres et la sensibilité des lignes mélodiques de ces sublimes œuvres de Mozart!

Salle Redpath de l’université McGill
3461 rue McTavish

Renseignements et réservations : (514) 355-1825
ou arion@early-music.com

Wolfgang Amadeus Mozart… Tout a déjà été dit sur lui : L’enfant prodige, le créateur prolifique (626 œuvres répertoriées), le virtuose talentueux, le débauché impudent, le franc-maçon philosophe, l’oublié… Et bien d’autres choses encre, composant toutes une personnalité complexe à l’aura éblouissante.

Alors, ce qu’il faut, avant tout, admirer chez ce compositeur de génie, c’est sa musique. Près de trois siècles après sa mort, elle est toujours… immortelle.

Et la clarinette de basset ?
Tombée peu à peu en désuétude au XIXème siècle, au profit de sa petite sœur la clarinette soprane, la clarinette de basset est plus longue et comporte une octave supplémentaire dans les notes basses.

Les œuvres de Mozart pour la clarinette ont certainement été composées pour Anton Sadler, virtuose de la clarinette de basset et grand ami. A son propos, un critique vénitien de l’époque écrivit « Je n’aurais jamais imaginé qu’une clarinette puisse à ce point restituer la voix humaine. Votre instrument est si doux et si délicat que personne, ayant un cœur, ne pourrait y résister ».

La clarinette de basset est, aujourd’hui, remise à l’honneur par des ensembles comme l’Orchestre Baroque Arion, dont la vocation est de restituer, avec des instruments anciens, les sonorités et les couleurs de la musique de l’époque.

Jaap ter Linden

Que ce soit au violoncelle ou à la viole de gambe, Jaap ter Linden est à la tête d’une vaste discographie, tant orchestrale que chambriste.

A noter, en 1997, son premier enregistrement des Suites pour violoncelle de J-S Bach, qui obtint un vif succès. En 2006, il a enregistré, une deuxième fois, cette œuvre monumentale. Jaap ter Linden a fondé et dirigé le Mozart Akademie avec lequel il a enregistré l’intégrale des symphonies de Mozart.
Les invitations récentes à diriger, émanant d’orchestres importants, confirment, s’il était besoin, le talent de Jaap ter Linden, non seulement du point de vue du jeu instrumental, mais aussi et surtout comme un interprète visité par la grâce.

Frank van den Brink

Après des études brillantes aux conservatoires d’Amsterdam et de La Hague, il est engagé, à 20 ans, comme soliste par le North Netherland Philarmonic, poste qu’il occupe aussi pour le Radio Philharmonic Orchestra de Hollande.

Depuis 20 ans, il prête aussi une attention toute particulière aux instruments d’époque. Il est clarinettiste solo pour l’Orchestre d’Anima Eterna et des Arts Florissants. Il est aussi membre du van Swieten Society et a effectué une tournée interprétant les concertos de Mozart avec une clarinette de basset spécialement construite comme à l’époque.

Mozart et la clarinette… de basset

Programme

Symphonie en la majeur no 21, K 134
– Allegro
– Andante
– Menuetto & Trio
– Allegro

Lorsque Mozart compose cette symphonie (1772), il n’a que 17 ans. A cette époque, cette forme musicale était considérée comme un divertissement, au même titre que les sonates ou les concertos. Mozart, tout comme son grand ami Haydn, donne à ses symphonies cette abord divertissant, alternant le nombre de mouvements entre 3 et 4, et les pare ces pare d’une robe accueillante et facile d’écoute, afin de divertir l’oreille facilement.

Quintette pour clarinette et cordes K 581
– Allegro
– Larghetto
– Menuetto
– Allegro con variazioni

Cette œuvre est achevée à Vienne en 1789, année particulièrement difficile pour le musicien, au niveau financier, succès et inspiration. La clarinette est un instrument relativement récent. Cette pièce a été dédiée à Anton Sadler, ami, clarinettiste et facteur d’instrument. L’étude de la partition montre que le quintette avait été écrit pour cet instrument modifié, devenant la clarinette de basset.

Pause

Concerto en la majeur pour clarinette et orchestre K622
– Allegro
– Adagio
– Rondeau (Allegro)

Composé en 1791 seulement quelques mois avant sa mort, ce concerto est le seul qu’il composa pour la clarinette. Écrit pour une clarinette soliste, deux flûtes, deux bassons, deux cors d’harmonie et un ensemble de cordes, il est composé de trois mouvements qui suivent la forme traditionnelle du concerto (rapide/lent/rapide) : un allegro, un adagio et un rondo. C’est l’une des compositions de Mozart les plus écoutées. A juste titre !

A noter que c’est la première fois que ce concerto est interprété à Montréal, sur des instruments anciens.