Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Le samedi 24 mars, 20 h

5e concert de la saison de Musica Camerata

MUSICIENS

Berta ROSENOHL, piano
Luis GRINHAUZ et Van ARMENIAN, violon
Michael DUMOUCHEL, clarinette
Natalie RACINE, alto
Mariève BOCK, violoncelle

MUSICA CAMERATA MONTRÉAL présente son cinquième concert de saison.

Pour l’occasion, l’ensemble présente trois œuvres romantiques écrites par trois compositeurs qui, en ouvrant la voix à leurs contemporains, ont influencé le vocabulaire musical du temps, tout en laissant derrière eux un héritage colossal. Seront ainsi présentés le « Quintette pour piano et cordes » du pianiste et compositeur Irlandais John Field, le « Trio pour clarinette, violoncelle et piano » (1959) du compositeur Canadien Srul Irving Glick et du célèbre compositeur Américain d’origine russe Bernard Herrman « Quintette pour clarinette et quatuor à cordes « Souvenirs de voyage » » (1967).

JOHN FIELD

Pianiste et compositeur irlandais, John Field (Dublin, 1782 – Moscou, 1837), est l’une des plus grandes figures musicales de l’Irlande de l’époque romantique. Élève de Muzio Clementi, John Field fait ses premières armes comme représentant chez Clementi & Co, un fabriquant de pianos réputé à Dublin. Il profite de ses heures de travail pour apprendre la pratique de son instrument sous la direction de son employeur et accompagne son patron dans plusieurs tournées commerciales en Europe. C’est en 1803, à la faveur d’un passage à Moscou, qu’il décide de se fixer en Russie. Il y fait une brillante carrière de virtuose et de professeur de piano. Il meurt au retour d’une tournée à Naples, épuisé par la maladie. En termes de style musical, John Field inspira Chopin, étant probablement l’un des premiers compositeurs à utiliser la forme des nocturnes. Le « Quintette pour piano et quatuor à cordes », qui sera interprété par la première fois au Canada, est une œuvre en un mouvement, tel un poème-rondo, où le piano est traité d’une manière concertante avec les cordes en accompagnement.

SRUL IRVING GLICK

Le canadien d’origine russe Srul Irving Glick, compositeur, chef d’orchestre et réalisateur d’émissions musicales, reçoit ses diplômes en théorie et en composition de la musique de l’Université de Toronto. Il étudie également auprès de Darius Milhaud, Louis Saguer et Max Deutsch. L’un des compositeurs les plus prolifiques du Canada, il écrit des oeuvres dans tous les genres (musiques pour orchestre de chambre, oratorios, chants pour soliste ou pour chorale).

Fils de chantre, Glick compose de nombreuses oeuvres religieuses pour la synagogue Beth Tikvah de Toronto, où il est directeur de chorale dès 1969. De 1962 à 1986, il a réalise des émissions de musique classiques à la Société Radio-Canada ; on lui doit d’ailleurs la première diffusion de plusieurs oeuvres canadiennes. Récipiendaire de sept Grands Prix du disque et un prix JUNO, Glick reçoit également de nombreux prix pour son apport à la musique juive du Canada, dont le J.I. Segal Award (1972), le Kavod Award décerné par la Cantor’s Assembly of America (1982) et le Solomon Schechter International Award (1985). En 1993, Glick reçoit une médaille du Gouverneur général, et, l’année suivante, il est nommé membre de L’ordre du Canada. Glick enseigna la théorie et la composition au Royal Conservatoire of Music de 1963 à 1969 et à l’Université York de 1985 et 1986. Plus tard, il consacra sont temps à la composition, à la direction d’orchestre, aux conférences et à l’enseignement privé, au Canada et à l’étranger. Le « Trio pour clarinette, violoncelle et piano » est une oeuvre pleine de caractère : brillante, humoristique, rythmique, dynamique, lyrique et contemplative.

BERNARD HERRMANN

Bernard Herrmann (1911, New York – 1975, Los Angeles) compositeur et chef d’orchestre, essentiellement connu pour ses musiques de films, particulièrement celles issues de sa collaboration avec Alfred Hitchcock (North by Northwest, Psycho, Vertigo). Introduit à Hollywood par Orson Welles avec lequel il débuta (Citizen Kane), il fut redécouvert à la fin de sa vie par la génération du nouvel Hollywood pour laquelle il écrivit et dirigea ses dernières partitions (Taxi driver de Martin Scorsese). Il s’illustra aussi par ses compositions et directions pour la radio et la télévision. Vers la fin des années 1920, il s’imprègne des œuvres de Maurice Ravel et Debussy qui constitueront ses influences majeures pour leur vocabulaire largement impressionniste. Il est aujourd’hui considéré comme un des grands maîtres de la musique de film moderne. On peut supposer que sa carrière était sur le point d’être relancée : il devait travailler sur le Carrie de Brian De Palma et Steven Spielberg avait tenu à le rencontrer lors de ses dernières séances d’enregistrements. Compositeur qualifié de néo-romantique, il brille particulièrement dans l’illustration des sentiments exacerbés, passion amoureuse, terreur et psychose auxquels l’ostinato donne corps efficacement, soutenu par les dissonances et orchestrations perturbées. Sa signature musicale est immédiatement identifiable. Ce « Quintette pour clarinette et quatuor à cordes » écrit en 1967 intitulé « Souvenirs de voyage » est une œuvre éminemment poétique et pastorale qui reste parmi les plus belles du répertoire pour cette instrumentation.

MUSICA CAMERATA

Reconnu comme le premier ensemble de musique de chambre au Canada, Musica Camerata Montréal célèbre cette saison son 37e anniversaire. Depuis sa création en 1970, Musica Camerata Montréal offre à son public des programmes d’une rare originalité. Il accorde une place de choix aux compositeurs d’ici et s’attache à faire découvrir, souvent en première canadienne, des œuvres peu connues. Musica Camerata Montréal se démarque notamment par la qualité de ses interprétations d’un répertoire riche de plus de 250 œuvres, du 18e jusqu’au 21e siècle. Le plaisir manifeste que ses membres ont à faire de la musique ensemble touche un public fidèle avec qui il a su développer, au fil des ans, une complicité unique. Musica Camerata Montréal s’est produit au Canada, aux États-Unis, au Costa-Rica et en Argentine, s’attirant à chaque occasion l’éloge de la critique. Il a de plus enregistré de nombreux disques.

PROGRAMME

JOHN FIELD (Irlande,(1782 – Moscou 1837) – PREMIÈRE CANADIENNE
Quintette pour piano et cordes

SRUL IRVING, GLICK (Canada, 1934-2002)
Trio pour clarinette, violoncelle et piano (1959)

BERNARD HERRMANN (Etats-Unis, 1911-1975)
Quintette pour clarinette et cordes « souvenirs de voyage » (1967)

Salle Redpath de l’Université McGill
3461, rue McTavish
(Métro Peel)

Billets 27,00 $ (général) 18,00 $ (aîné & étudiant)
(taxes comprises – frais de services en sus)

Renseignement et réservation : 514 489-8713 ou sur le site