Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Le samedi 30 août 2008, à 20 h

Photo Ireno Guerci

NADAKA, A SENSE OF THE INFINITE
Une fusion naturelle entre l’Orient et l’Occident
un croisement unique de la musique traditionnelle indienne et de jazz fusion

La TOHU terminera son été sur de fort belles notes, alors qu’elle présentera Nadaka, un musicien né à Québec en 1958, et vivant en Inde depuis 1974. Avec un spectacle qui ouvre une fenêtre sur la tradition musicale indienne dans un cadre contemporain, Nadaka arrive à nous faire ressentir ce pays mystérieux. Une musique acoustique harmonieuse, à la fois douce et puissante, qui abolit en toute simplicité les barrières entre différentes cultures musicales.
La passion de Nadaka pour la culture indienne l’amène à étudier sa musique, à connaître ses différents instruments, et à découvrir ses techniques vocales. Il a notamment conçu et fabriqué une guitare particulièrement adaptée aux sonorités des ragas indiens. Le chemin se dessine ainsi par lui-même, la musique traçant son propre destin, vers le son à l’état pur.

« La fusion Jazz Indien classique est bien vivante et se porte même bien grâce à des musiciens comme Nadaka qui conservent les meilleurs éléments musicaux des années 70 tout en conférant une note contemporaine à leurs compositions. Ces albums constituent des joyaux parmi les enregistrements les plus récents de ce genre. » – The Internet Guide to Indian Classical /Jazz Fusion

Pour ce spectacle à la TOHU, Nadaka s’entoure de quatre musiciens qu’il estime comme des artistes d’une même tribu, partageant en musique, et au-delà, un idéal commun. Ensemble, ils offrent le fruit de leur collaboration, ragas traditionnels, chants sanscrits et tamouls, passages électriques, … etc.

Aux côtés de ces instrumentistes très estimés, Nadaka conjugue deux des grandes traditions classiques de l’Inde, hindoustani et carnatique. En concert, la spontanéité et l’énergie du groupe sont généreusement soulignées. Par dessus tout, sa musique nous touche et véhicule cet esprit.

Un parcours musical jusqu’à Auroville

En sanscrit, « Nada » signifie l’origine du son, et « Ka », celui qui le porte. La musique fait partie de sa vie depuis toujours. Au Québec d’abord, puis ailleurs, car dès l’âge de 16 ans, il quittera sa terre natale pour parcourir en solitaire les routes du Maroc, d’Iran, d’Afghanistan, jusqu’en Inde qui le retient définitivement.

Il s’installe à Auroville en 1974. Durant les premières années, considérées comme les années pionnières, il est de ceux là, qui ont donné, dans un esprit désintéressé, tout ce qu’ils avaient, afin de concrétiser le rêve de cette cité idéale.

Auroville, la cité de l’Aurore, est située à une dizaine de kilomètres au nord de Pondichéry dans le Tamil Nadu en Inde. Cette ville, qui a fêté cette année ses 40 ans, a été créée par Mirra Alfassa (Mirra Richard), plus connue sous le nom de La Mère, compagne spirituelle de Sri Aurobindo, penseur indien de l’homme nouveau. Cité apatride, elle a pour vocation d’être « le lieu d’une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités ».

Une expérience musicale à vivre absolument!

Extraits Audio-Vidéo au www.tohu.ca

HORAIRE Représentation à 20 h
Une rencontre spéciale avec l’artiste aura lieu immédiatement après la représentation.

BILLETS De 21,25 $ à 25 $

POUR SE RENDRE À LA TOHU
2345, rue Jarry Est (angle d’Iberville)
Métro Jarry (autobus 193 – Est)
Métro d’Iberville ou Frontenac (autobus 94 – Nord)

INFORMATION & BILLETTERIE
Tél.: (514) 376-TOHU (8648)
Sans frais : 1 888 376-TOHU (8648)
www.tohu.ca

***

La TOHU bénéficie du soutien de SSQ Groupe financier, partenaire principal, du ministère du Patrimoine Canadien, du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec et de la Ville de Montréal, ainsi que de La Presse, Métromédia Plus, le Réseau Admission, Uranium Design, Univins, la Brasserie McAuslan et les thés Four O’Clock.